'J'étais la seule femme journaliste dans ma ville'

Maryan reporting live from a conference in Somalia

Crédit photo, Maryan Seylac

Légende image,

Maryan en direct lors d'une conférence de presse en Somalie

Maryan Seylac est une journaliste somalienne. Elle a été l'une des premières femmes journalistes de sa ville, Baidoa. Elle a créé une organisation qui cherche à encourager et soutenir les femmes journalistes dans le pays.

Elle a raconté à la BBC son histoire relative aux défis auxquels les femmes sont confrontées dans l'un des pays les plus dangereux du monde pour devenir journaliste et comment elle a failli être tuée dans une attaque du groupe islamiste militant Al-Shabab.

J'ai toujours été intéressée par le journalisme. Dès mon plus jeune âge, j'écoutais le service somalien de la BBC avec mon père et je discutais de ces reportages avec lui - c'est ainsi que je me suis intéressé à la politique.

La Somalie fait face à de nombreux problèmes politiques et a été le théâtre de conflits entre divers groupes depuis que le régime militaire a été renversé en 1991, lorsque j'avais environ quatre ans. Depuis 2012, la situation s'est progressivement stabilisée, mais la Somalie reste un pays dangereux pour les journalistes, surtout si vous êtes une femme.

À l'école, j'étais toujours franche et j'avais l'habitude de m'adresser à mes camarades de classe pendant qu'ils faisaient le rang avant les cours. En Somalie, tes parents ne te demandent jamais ce que tu vas devenir à l'avenir, car en tant que femme, ta place est à la maison, à la cuisine et au ménage. Mais j'ai su très tôt que je voulais faire carrière, et que ce serait dans le journalisme.

J'étais une nouveauté dans la salle de rédaction

Mon père était enseignant et il a toujours voulu qu'un membre de notre famille adopte la même profession. Comme mes frères et sœurs plus âgés ne l'ont pas fait, il pensait que ce serait moi qui deviendrais enseignant - et je l'ai fait, pendant un certain temps. Quand j'ai quitté le lycée, j'ai passé un an à enseigner dans une école à Baidoa. Mais ce n'était pas le travail que je voulais faire.

Le mari d'une amie travaillait à la station de radio locale et j'ai demandé si je pouvais y acquérir de l'expérience le soir. La plupart des médias somaliens appartiennent à des intérêts privés et s'efforcent d'être équilibrés dans leurs reportages, mais la radio, en tant que principale source d'information, est très importante.

En tant que seule femme, j'étais une nouveauté dans la salle de rédaction et ils m'ont proposé de me former. J'avais l'habitude d'aider, d'accueillir les invités et de présenter les nouvelles.

Crédit photo, Maryan Seylac

Finalement, j'ai quitté l'enseignement et j'ai commencé à travailler à temps plein à la station de radio. Ma famille n'était pas heureuse. Mon père craignait que je n'y parvienne pas, que j'abandonne et que je sois au chômage. Mais je lui ai dit : "Je ne suis pas heureuse d'être enseignante. C'est ce que j'ai toujours voulu faire."

Un long moment s'est écoulé, mais voyant à quel point j'étais heureuse dans mon travail, ma famille a fini par accepter ma décision.

C'était plus difficile pour ma communauté. Ils me méprisaient et jugeaient ma profession. J'avais l'impression d'être un paria. Culturellement, en Somalie, les femmes sont censées être l'épouse de leur mari.

Heureusement, j'ai épousé un collègue journaliste qui comprend ma carrière. Je savais que je ne pourrais pas me marier et rester à la maison.

Chaperon masculin pour une journaliste

J'ai travaillé dans différentes salles de rédaction de radios locales à Baidoa, Mogadiscio et Bosaso, mais j'ai toujours aimé l'idée d'être sur le terrain comme journaliste.

Un jour, dans des circonstances difficiles, j'ai eu ma chance. Il y a eu une explosion dans la ville et j'ai été envoyé sur les lieux. C'est ainsi que j'ai commencé ma carrière de journaliste.

Crédit photo, Maryan Seylac

Légende image,

Maryan veut être un modèle pour la prochaine génération de femmes journalistes.

Quand j'ai commencé dans ce milieu à prédominance masculine, j'étais la seule femme reporter dans ma ville. Je me sentais en infériorité numérique - les hommes me regardaient différemment, ne me prenaient pas au sérieux, et cela avait un impact sur ma confiance. Je me sentais seule. En fait, j'ai failli abandonner.

Mais au lieu de cela, j'ai décidé de faire quelque chose. Nous avions besoin de plus de femmes journalistes sur le terrain. Beaucoup d'histoires affectant les femmes n'étaient pas couvertes. J'ai créé l'Association des femmes des médias somaliens (SOMWA) en 2006 et j'ai commencé à recruter d'autres femmes journalistes. Depuis nos débuts, le nombre de femmes journalistes dans ma ville est passé de cinq à 20.

En tant qu'organisation, nous défendons également les droits des femmes comme la lutte contre les mutilations génitales féminines (MGF) et la violence sexiste. C'est une façon de nous assurer que nos voix peuvent être entendues et que nous pouvons changer les choses.

La perception des femmes dans les médias en Somalie est en train de changer, mais il y a encore beaucoup de défis à relever : J'ai été menacée ; al-Shabab a déclaré qu'il allait fermer mon bureau. Les femmes journalistes sont empêchées d'occuper des postes de responsabilité.

Je connais une femme qui a changé de nom pour que ses parents ne sachent pas qu'elle travaillait comme journaliste à la radio. Quand ses parents l'ont su, ils ont essayé de la faire quitter son emploi, mais elle a refusé. En guise de compromis, ses parents ont demandé à son cousin masculin de l'accompagner lorsqu'elle sortait faire son reportage. Je n'arrivais pas à y croire.

Crédit photo, Royal TV

Légende image,

Maryan présente maintenant le journal à la télévision en Somalie

En Somalie, les journalistes, hommes et femmes, sont régulièrement harcelés et menacés. Certains ont été tués pour leur profession, la plupart par al-Shabab, et les assassinats de journalistes en Somalie restent souvent impunis.

En juillet, la journaliste Hodan Nalayeh a été tuée. En tant que journaliste, sa mission était de montrer une autre facette du pays - sa beauté et celle de ses habitants. Elle était incroyable, mais tout d'un coup, on l'a perdue.

C'est ce qui se passe en Somalie. Nous sommes tous une cible.

J'ai survécu à un attentat suicide

Il fut un temps où j'ai failli être tuée. C'était en septembre 2006, et je faisais un reportage en direct alors que le président s'adressait au Parlement. Quand le président a terminé son discours et rentrait avec son convoi, il y a eu soudain un énorme boum.

J'ai regardé autour de moi et tous les gens autour de moi étaient allongés sur le sol. J'étais encore en direct, et le présentateur me demandait quel était ce bruit fort. Je ne savais pas à l'époque que c'était un attentat suicide.

J'ai couru à l'extérieur pour obtenir plus d'informations et j'étais entourée de voitures en feu. Puis les forces de l'ordre ont ouvert le feu sur moi. J'ai crié et j'ai couru à l'intérieur du Parlement pour vérifier si j'avais du sang sur mon corps.

Ma famille s'inquiétait tellement pour moi - elle ne savait pas si j'étais morte ou vivante. Heureusement que j'allais bien, mais ce jour m'a laissé une marque permanente. Quand j'entends un bruit fort, tout revient, comme si j'étais encore là-bas.

Malgré tout cela, je devais poursuivre ma mission. Je devais être quelqu'un que la jeune génération peut admirer. Si j'avais arrêté, je suis sûr que nous n'aurions pas le nombre de femmes journalistes que nous avons actuellement sur le terrain. Je ne le faisais pas pour moi, je le faisais pour les autres.

Crédit photo, Maryan Seylac

Légende image,

Maryan et d'autres femmes journalistes à SOMWA

La situation s'améliore pour les femmes journalistes dans le pays, mais il reste encore beaucoup à faire. Je veux qu'un plus grand nombre d'entre elles soient impliquées dans les médias et qu'elles occupent des postes de responsabilités. Je veux que les organisations de médias aient un quota pour le nombre de femmes qu'elles emploient. Je veux que leurs voix soient entendues. Je veux qu'elles fassent partie des décideurs.

Aux jeunes femmes qui envisagent de devenir journaliste, je dis que les médias ont besoin de vous. N'ayez pas peur, ne vous sentez pas moins humain, ne pensez pas que vous ne pouvez pas le faire. Parce que vous le pouvez.

Légende vidéo,

Zehra Dogan, a Kurdish journalist and artist, was sentenced to jail for a painting