Burkina Faso : 17 personnes tuées dans des attaques

Quelque 300 000 personnes ont quitté le nord et l'est du Burkina Faso à cause des violences djihadistes. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Quelque 300 000 personnes ont quitté le nord et l'est du Burkina Faso à cause des violences djihadistes.

Neuf personnes sont mortes lorsque des dizaines d'hommes armés ont attaqué le village de Komsilga.

Sept autres ont été tuées dans le village de Deneon. Un soldat a péri dans une autre localité.

Toutes les attaques ont eu lieu samedi.

Le Burkina Faso est pris depuis quatre ans et demi dans une spirale de violences attribuées à des groupes armés djihadistes, certains affiliés à Al-Qaïda et d'autres au groupe Etat islamique.

Lire aussi :

Six civils tués dans trois villages au Burkina Faso

Six gendarmes tués lundi au Burkina Faso

Depuis début 2015, les attaques djihadistes, de plus en plus fréquentes et meurtrières, en particulier dans le nord et l'est, ont fait des centaines de morts.

Ces violences ont engendré une crise humanitaire, avec près de 300 000 déplacés qui ont fui le nord et l'est pour se réfugier au sud, où la pression djihadiste est moins forte.

Les attaques djihadistes ont aussi attisé les violences intercommunautaires. Environ 2 000 écoles sont fermées.