Dialogue national au Cameroun: des opposants dénoncent un “monologue”

Des opposants quittent le dialogue national et dénonce un "monologue" Copyright de l’image AFP
Image caption Des opposants quittent le dialogue national et dénonce un "monologue"

Au Cameroun, plusieurs formations politiques ont quitté mardi le dialogue politique qui s'est ouvert la veille.

Elles évoquent des divergences sur la méthodologie et le choix des thématiques affectées aux commissions.

Parmi ces formations politiques, l'Alliance des forces progressistes dénonce un monologue du RDPC, le partir au pouvoir.

"L'option méthodologique choisie par le Premier ministre ne nous convainc pas. Il nous a mis devant le fait accompli lors de la cérémonie d'ouverture. Il nous a imposé la composition de son bureau ainsi que les présidents des huit commissions", dénonce la présidente Alice Sadio.

Lire aussi:

Selon la présidente de l'Alliance des forces progressistes, chaque partie prenante a soumis des propositions lors des consultations préliminaires, mais pour ce qui concerne son parti, cela n'a pas été pris en compte.

"Nous proposions un modérateur neutre. Ce qui n'a pas été le cas. Nous avions aussi proposé des thématiques qui nous étaient chères. Cela n'a pas été fait. Nous ne pouvons pas prendre part à un monologue", déclare-t-elle.

Lire aussi:

Au Cameroun, l'opposant John Fru Ndi relâché

Toutefois, Alice Sadio indique que le départ de son parti du dialogue n'est pas définitif:

« Si nos revendications sont prises en compte, nous pourrions revenir », ajoute-t-elle.

Outre Alice Sadio, des personnalités telles que Akere Muna, candidat à la présidentielle 2018, Célestin Bedzigui et Jean Jacque Ekindi ont quitté le dialogue, estimant que tout est joué d'avance.

Ecoutez aussi:

Media playback is unsupported on your device
"L’absence de certains leaders ne peut arrêter la marche de la nation "

Lire plus