Tunisie : le candidat Saied renonce à faire campagne

Kais Saied a tenu à éviter certains plateaux de télévision durant la campagne électorale. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Kais Saied a tenu à éviter certains plateaux de télévision durant la campagne électorale.

Le président par intérim de la Tunisie et de nombreux responsables politiques ont appelé à assurer une "égalité des chances" entre les deux candidats au second tour du scrutin.

Les Nations unies et les observateurs internationaux ont également demandé que les mêmes chances soient données à Kais Saied et à son adversaire Nabil Karoui, en prison depuis août.

Lire aussi :

Tunisie, les "anti-système" au second tour de la présidentielle

Peu d'engouement dans les bureaux de vote en Tunisie

"Je ne ferai pas personnellement campagne pour des considérations morales et afin d'éviter tout doute concernant l'égalité des chances entre les candidats", a déclaré M. Saied sur sa page Facebook.

Arrivé en tête au premier tour, le 15 septembre, après une campagne de terrain à petit budget, cet universitaire a continué à rester discret. Il a tenu à éviter certains plateaux de télévision durant la campagne électorale.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Nabil Karoui est incarcéré depuis plusieurs semaines.

Son adversaire du second tour prévu le 13 octobre est sous le coup d'une enquête pour fraude fiscale et blanchiment depuis 2017.

Il a été incarcéré une semaine avant le début de la campagne pour le premier tour de la présidentielle.

Ses partisans ont évoqué la possibilité de faire recours contre l'élection, si leur candidat était écarté au second tour.

M. Karoui a fait campagne par l'intermédiaire de la télévision qu'il a fondée, Nessma, l'une des principales chaînes privées en Tunisie.

Sur le même sujet