Un temple du Jazz au Nigéria, le pays de l'Afrobeat

Olakunle Tejuoso au Jazzhole Lagos Copyright de l’image AP
Image caption Olakunle Tejuoso, disquaire et libraire à Lagos

Olakunle Tejuoso se tient au milieu de son magasin de disques, The Jazzhole, et s'adresse au personnel qui réarrange les livres sur les étagères.

Il commence à se souvenir de son passe-temps d'enfance.

"Tout d'abord, j'ai toujours rêvé d'avoir un magasin de disques... J'ai toujours collectionné la musique quand j'étais petit. C'était juste une façon naturelle pour moi après avoir quitté l'école, de retomber sur le passe-temps de mon enfance ", dit Tejuoso.

Lire aussi :

Les femmes effacées de l'histoire de la musique

DJ Arafat: sa personnalité et sa musique vues des réseaux sociaux

Copyright de l’image Princess I. Abumere/BBC
Image caption Le Jazzhole

Le Jazzhole, qui est actuellement niché sur Awolowo Road dans la capitale commerciale du Nigeria, Lagos, a ouvert ses portes en 1991 dans un espace plus petit ailleurs dans la ville.

Aujourd'hui, à l'heure où l'afrobeat règne en maître à la radio et dans les boîtes de nuit, The Jazzhole se positionne comme le gardien d'un autre type de musique.

Par conséquent, la librairie est l'une des cachettes préférées de Lagos pour remonter dans le temps et profiter de disques sans âge à travers des oreilles contemporaines.

Lire aussi:

Copyright de l’image Princess I. Abumere/BBC
Image caption Le Jazzhole abrite de la musique jazz de différentes époques

"Nous avons ouvert principalement pour vendre du jazz et de la musique africaine essentiellement, de la musique noire essentiellement...", dit Tejuoso

Il y avait une scène jazz vibrante dans les années 1990, mais elle a maintenant cédé la place à d'autres genres.

Lire aussi:

"Mes clients étaient des hommes riches et les CD étaient nouveaux à l'époque. Ils n'achetaient pas seulement de la musique, ils la comprenaient aussi parce qu'ils avaient vu beaucoup de musiciens. Ils avaient tous été à l'étranger et avaient assez d'argent pour aller aux festivals", dit Tejuoso.

Copyright de l’image Princess I. Abumere
Image caption La librairie du Jazzhole.

Tejuoso dit que de nos jours, il y a plus d'appétit pour le jazz funk et le jazz doux.

"La jeune génération est un peu différente de quand on était petits", dit Tejuoso

Lire aussi:

Copyright de l’image Princess I. Abumere/BBC
Image caption Bien qu'il soit à l'ère de la musique en streaming, The Jazzhole vend toujours des copies physiques de disques sous forme de vinyle et de CD.

Live events

Le Jazzhole sert également de lieu de spectacle vivant. Tejuoso dit que les événements en direct ont commencé comme un moyen de vendre la musique.

"Vous devez vous rappeler que nous opérions avant l'avènement d'Internet. La seule façon de vendre des disques était soit d'utiliser la radio, soit de vendre des disques, soit de trouver des moyens d'attirer les gens dans le magasin. Donc tu as un concert, puis tu vends les disques et tu fais passer le mot", dit Tejuoso.

Lire aussi:

37 ans après sa disparition, Bob Marley impressionne toujours

DJ Arafat vise le disque d’or

Copyright de l’image Princess I. Abumere/BBC
Image caption La performance de la chanteuse nigériane Nneka au Jazzhole en août 2019

Le Jazzhole a accueilli de nombreux artistes dont Asa, Brymo et plus récemment Nneka.

Alors que Tejuoso se souvient des événements mémorables des années 90, il fait appel à sa femme, copropriétaire de la boutique.

"Pour moi, c'est toujours le jour où Fatai Rolling Dollar est venu jouer. Pour ce qui est de la musicalité, c'est à cause de ces vieux gars", dit-elle.

Lire aussi:

Tejuoso se souvient de l'époque où l'un des pionniers de la musique highlife, Fatai Rolling Dollar, a partagé une scène avec le chanteur Keziah Jones.

"Juste l'interaction ou la fusion de quelqu'un de cette période [les années 1950] avec des musiciens des années 1990", dit Tejuoso.

Copyright de l’image Jon Lusk/Getty
Image caption Le musicien nigérian Fatai Rolling Dollar se produit sur scène au Cargo le 14 juin 2009 à Londres.

"J'ai trouvé cela fascinant, ainsi que le public, le fait que nous travaillons avec un musicien d'une génération plus âgée et que nous sommes capables d'attirer un public plus jeune", dit Tejuoso.

"Le concert d'Asa était mémorable. C'était mémorable parce qu'il y avait tant de monde, le magasin était plein à craquer," dit sa femme.

Lire aussi:

Jazzhole Records

Alors que la demande de musique d'artistes africains augmentait, Tejuoso considérait qu'il était de son devoir d'être non seulement le gardien de la musique, mais aussi le producteur. C'est ce qui l'a amené à créer son propre label en 1995.

"Dans les années 90, la plupart de ce que nous recevions était de la musique africaine importée d'Europe ou d'ailleurs. Je me suis réveillé un jour et j'ai dit que nous devrions au moins avoir nos propres produits que nous produisons et exportons aussi. C'est comme ça qu'on a commencé avec un label", dit Tejuoso.

Copyright de l’image Princess I. Abumere/BBC
Image caption Albums produits par Jazzhole Records

Malgré le fait que la scène jazz soit maintenant différente et qu'elle doive coexister avec des genres plus populaires, Tejuoso croit qu'il y a encore de la place pour qu'elle prospère dans ce marché.

"Pour que le jazz ait un avenir ici, il faut qu'il devienne notre propre langue. Nous allons devoir le retravailler dans notre ADN d'une certaine façon", dit Tejuoso.

Lire aussi:

Le magasin a été visité par des artistes et des dignitaires comme le chanteur malien Salif Keita, les acteurs des Black Panthers Lupita Nyong'o et Danai Gurira et le roi Mohammed VI du Maroc.

Avec des étagères de livres, de CD et de disques vinyles, le parfum du café et du jazz en fond sonore, The Jazzhole se positionne comme l'endroit idéal pour les amateurs de jazz.

"Pour moi, le jazz est un peu plus sérieux quand les gens viennent écouter la musique et ne fument pas et ne boivent pas sur la musique. C'est une façon tellement différente de recevoir l'ambiance de la musique", dit Tejuoso.

A regarder :

Media playback is unsupported on your device
Le Mali de Mokobe

Sur le même sujet

Lire plus