En Tunisie, un candidat réclame le report du second tour de la présidentielle

L'instance électorale et de nombreux observateurs tunisiens et internationaux appellent à sa libération. Copyright de l’image Getty Images
Image caption L'instance électorale et de nombreux observateurs tunisiens et internationaux appellent à sa libération.

A quatre jours du second tour du scrutin présidentiel en Tunisie, Nabil Karoui, un des deux candidats, réclame son report.

Emprisonné depuis le 23 aout, toutes ses demandes de libération ont été rejetées par la justice.

Il réclame ce report pour ''non-respect de l'égalité des chances''.

Lire aussi : En Tunisie, le candidat Saied renonce à faire campagne

Dans un communiqué rendu public par son équipe de campagne, Nabil Karoui, indique avoir déposé un recours auprès du tribunal administratif pour demander un report du scrutin.

Ce magnat des médias qui a récolté au premier tour 15,5% de votes favorables est, malgré son incarcération, toujours en course à la présidentielle.

Depuis plusieurs semaines, l'instance électorale et de nombreux observateurs tunisiens et internationaux appellent à sa libération.

Lire aussi : Tunisie, les "anti-système" au second tour de la présidentielle

Son adversaire, Kais Saied, arrivé en tête avec 18,4% de voix a confié être ''mal à l'aise face à ce déséquilibre''.

Il y a deux jours il a annoncé qu'il arrêtait sa campagne afin d'être à égalité avec son adversaire.

Le tribunal administratif n'a pas indiqué dans quel délai il répondrait à la demande de report du second tour introduite par Nabil Karoui.

Sur le même sujet

Lire plus