Comment le bois du Ghana pourrait reconstruire Notre-Dame de Paris?

Scene of blaze in Paris Copyright de l’image Reuters

Le bois d'une vaste forêt sous-marine du Ghana pourrait être utilisé pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris après que sa flèche et son toit ont été consumés par un incendie en avril dernier.

Des arbres tropicaux massifs ont été submergés sous le lac Volta depuis 1965, lorsque la construction du barrage Akosombo au Ghana a inondé une partie du bassin du Lac Volta.

Une entreprise ghanéenne, qui a obtenu des concessions gouvernementales pour récolter ce bois, croit que l'utiliser pour reconstruire Notre-Dame est plus écologique que d'abattre de nouveaux arbres.

Copyright de l’image Dennis Ivers
Image caption Le lac Volta s'étend sur 8 500 km2 (3 300 mi2) et est le plus grand réservoir artificiel du monde.

Kete Krachi Timber Recovery affirme que ce bois est "beaucoup plus solide" parce qu'il a été préservé de la décomposition et a commencé à se fossiliser.

Certains experts ont qualifié la proposition de "solution géniale".

D'autres préviennent qu'elle pourrait avoir des conséquences désastreuses pour l'écosystème du lac.

Lire aussi:

Notre-Dame de Paris, entre amour et haine

La cathédrale Notre-Dame de Paris en flammes

L'entreprise ghanéenne a soumis sa proposition au gouvernement français, faisant valoir que l'utilisation du bois du lac Volta contribuerait à restaurer Notre-Dame dans son état original.

On estime que 1 300 arbres, principalement des chênes, ont été abattus au XIIe siècle pour construire le cadre et la flèche emblématiques de Notre-Dame.

La zone déboisée à l'époque équivaut à 26 terrains de football.

Selon Bertrand de Feydeau, vice-président de la Fondation du Patrimoine, la France n'a plus de chênes géants de la même taille et de la même maturité que ceux utilisés pour construire la structure originale.

Francis Kalitsi, président et co-fondateur de Kete Krachi, est d'accord.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le toit et la flèche de Notre-Dame se sont effondrés après l'incendie qui a ravagé la cathédrale en avril.

"Nous ne pensons pas qu'il y ait encore du chêne dans ces volumes pour la construction de cathédrales ", dit-il.

Lire aussi:

Ghana : cyberattaque contre la commission électorale

Au Ghana, des cercueils hors du commun

"Alors que sous le lac Volta, on trouve des arbres africains typiques qui ressemblent aux chênes - leur densité peut varier de 650 kg à 900 kg par mètre cube. Ce sont des charpentes en bois qui pourraient être utiles pour la reconstruction".

Kete Krachi récolte déjà le bois sous-marin à l'aide de machines télécommandées guidées par vidéo, sono et navigation GPS.

La majeure partie du bois est exportée vers l'Europe et une partie vers l'Afrique du Sud, l'Asie et le Moyen-Orient.

Copyright de l’image Jacob Tetteh Ageke
Image caption Des machines télécommandées sont utilisées pour extraire le bois du lac Volta.

La société affirme qu'elle pourrait vendre pour 50 millions de dollars US de bois au gouvernement français.

Sa proposition a déjà été reçue par le ministère de la culture.

Jérémie Patrier-Leitus du ministère français de la Culture a déclaré à la BBC, que "pour l'instant, nous ne savons pas si le cadre sera reconstruit en bois".

"Nous sommes en train de sécuriser le monument, puis nous devrons reconstruire la voûte et la flèche. La reconstruction commencera lorsque la structure du monument sera stabilisée et préservée. Nous étudierons les différentes offres généreuses une fois que nous aurons confirmé le matériau utilisé pour reconstruire le cadre", a-t-il déclaré.

La chêne des tourbières, un bois plus durable

Cathy Oakes, spécialiste de l'architecture et de l'iconographie médiévale française et anglaise à l'Université d'Oxford, a déclaré que le bois du lac Volta pourrait être similaire au "chêne des tourbières", qui était largement utilisé dans les constructions et le mobilier médiévaux, mais pas dans la structure originale de Notre-Dame.

"Le chêne des tourbières a également été exposé à l'eau pendant une longue période de temps. Donc il est plus résistant et plus durable", a-t-elle dit avant sa mort cet été.

Copyright de l’image Dennis Ivers
Image caption Le bois du lac Volta pourrait stimuler l'industrie du bois au Ghana

Le manque d'oxygène et les conditions acides des tourbières et des lits de rivières contribuent à préserver les troncs d'arbres de la décomposition.

Le bois commence alors à se fossiliser, ce qui le rend beaucoup plus résistant.

Andrew Waugh, directeur du cabinet d'architecture durable londonien Waugh Thistleton Architects, a déclaré que l'utilisation de bois africain comme l'iroko du lac Volta pourrait être une "solution de génie".

"Cela semble être un excellent moyen de résoudre un problème et d'aider une économie plus pauvre", a-t-il dit.

Copyright de l’image Dennis Ivers
Image caption Le bois est chargé sur une barge après avoir été extrait du lac.

"L'Iroko est un bois incroyablement durable et résistant à l'usure. C'est très stable. À moins qu'il n'y ait des problèmes de pourriture à cause de la sortie de l'eau, on pourrait imaginer qu'il s'agirait d'un excellent bois d'oeuvre à travailler."

Mais qu'en est-il de l'environnement ?

Toutefois, des préoccupations ont été soulevées au sujet de l'impact négatif que l'exploitation du bois du lac Volta pourrait avoir sur l'écosystème local.

Selon un rapport publié dans la revue Environmental Health Perspectives, le fait d'arracher des arbres du lit d'un lac peut polluer l'eau avec des sédiments, bloquant ainsi la lumière nécessaire à la survie des organismes aquatiques.

Copyright de l’image Dennis Ivers
Image caption Certains disent que le bois du lac Volta est plus fort parce qu'il a été submergé pendant six décennies.

Les arbres constituent également un habitat pour les poissons et d'autres espèces sauvages.

Les couper pourrait perturber l'écologie du lac, menaçant ainsi l'industrie de la pêche du Ghana, une bouée de sauvetage pour environ 300 000 familles de pêcheurs.

Stephen Anani, chargé de projet à l'ONG locale Friends of the Nation, a déclaré à la BBC que l'abattage des arbres sous-marins avait entraîné une "forte diminution" du nombre de poissons dans le lac Volta, car ils ont tendance à se reproduire autour des souches.

"Cela détruit l'habitat où les poissons pondent leurs œufs, dit-il. Certains poissons sont maintenant en danger. Si vous parlez aux pêcheurs le long du lac, ils se plaignent amèrement."

Kete Krachi Timber soutient qu'il ne déracine pas les arbres, mais coupe au-dessus du contrefort, laissant une partie de la tige et toutes les racines intactes.

L'entreprise soutient que cela "minimise" les perturbations écologiques.

Des questions ont également été soulevées sur l'empreinte carbone associée à l'extraction et au transport du bois du Ghana vers la France.

Copyright de l’image Dennis Ivers
Image caption Le bois du lac Volta comprend des feuillus africains typiques tels que l'iroko et le wawa.

Selon la troisième étude de l'Organisation maritime internationale sur les gaz à effet de serre, le transport maritime émet environ 940 millions de tonnes de dioxyde de carbone chaque année et représente environ 2,5 % des gaz à effet de serre dans le monde.

Le Dr John Recha, climatologue du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale, basé à Nairobi, affirme que la récolte et le transport du bois vers la France pourraient laisser une empreinte carbone "significative".

"Un navire consomme généralement beaucoup de carburant, a-t-il dit à la BBC.

"Les machines utilisées sur les mers, les océans et les lacs sont aussi généralement plus complexes et nécessitent plus de combustibles fossiles, qui émettent du carbone dans l'atmosphère."

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Certains pêcheurs craignent que l'abattage des arbres du lac Volta ne réduise les populations de poissons.

Kete Krachi soutient, cependant, que les niveaux d'émission liés à la récupération du bois du lac sont "beaucoup plus bas" que les émissions provenant de la coupe des arbres sur terre.

"La plus grande partie de la consommation de carburant pour l'abattage des arbres se fait dans le transport des grumes et le transport par eau est plus économe en énergie que le transport terrestre ", a déclaré M. Kalitsi.

Lire aussi :

M. Tristan Smith, expert en énergie et en transport maritime à l'Institut de l'énergie de l'University College de Londres, explique que le transport maritime est normalement considéré comme le mode de transport le plus efficace en termes d'émissions de gaz à effet de serre.

Copyright de l’image Jacob Tetteh Ageke
Image caption On dit que le bois submergé est semblable au "chêne des tourbières", largement utilisé dans l'architecture médiévale.

Toutefois, il a averti que la pollution due au transport maritime n'a pas été réglementée de manière aussi stricte que dans d'autres industries, de sorte que le plan de transport du bois n'est peut-être pas aussi écologique qu'on pourrait le supposer.

"Selon les particularités de la route empruntée et des navires utilisés, les émissions de gaz à effet de serre du voyage maritime peuvent être d'une ampleur similaire à celles du camionnage utilisé à chaque extrémité du voyage ", a déclaré M. Smith.

Kete Krachi indique que les navires qu'il prévoit d'utiliser se rendraient de toute façon en France sur les routes commerciales établies, de sorte qu'il contribuerait une quantité "négligeable" de carbone supplémentaire dans l'atmosphère.

Copyright de l’image Dennis Ivers
Image caption Le transport de marchandises par eau peut être plus économe en carburant que par voie terrestre.

En fin de compte, l'entreprise croit que son implication potentielle dans la reconstruction de Notre-Dame serait non seulement bénéfique pour l'économie ghanéenne, mais qu'elle aurait aussi une importance symbolique plus large.

"Cela signifierait que nous pourrions jouer un rôle dans un exploit architectural qui est un trésor non seulement pour la France, mais pour le monde entier ", dit M. Kalitsi.

Le Dr Oakes est d'accord.

"En fin de compte, tout dépend de l'expérience pratique. Mais penser que le monde est invité à contribuer à la reconstruction de ce bâtiment est formidable."