Angélique Kidjo: "Afawa veut faciliter l'accès des femmes au crédit"

angélique kidjo, afawa, femmes africaines, financement, crédit Copyright de l’image Getty Images
Image caption Angélique Kidjo se considère comme une porte-voix de la cause des femmes africaines

Dans une interview exclusive accordée à la BBC, l'artiste musicienne Angélique Kidjo fustige les obstacles qui se dressent devant les femmes africaines lorsqu'elles veulent accéder aux crédits auprès des banques.

"Les micro-crédits ne fonctionnent pas pour les femmes les plus pauvres", affirme Angélique Kidjo.

Pour elle, le système financier actuel ne tient pas compte des spécificités des femmes africaines. Pourtant, elles constituent une frange importante de commerçantes en Afrique et sont portées vers l'entreprenariat.

Media playback is unsupported on your device
Le système financier exerce une pression sur les femmes africaines qui vivent avec des cré

Angélique Kidjo soutient qu'"il existe aujourd'hui un déficit de financement de 42 milliards de dollars entre les hommes et les femmes en termes d'accès au financement en Afrique".

C'est pour faciliter aux femmes l'accès aux financements qu'elle milite pour la réussite d'Afawa (Initiative pour favoriser les femmes à avoir accès aux financements en Afrique).

Lire aussi:

Vaincre les clichés sur les femmes africaines

La césarienne 50 fois plus mortelle pour les femmes africaines

Le projet Afawa vise à réduire les inégalités d'accès aux ressources financières entre les hommes et femmes. D'autant plus que, lorsque les femmes veulent accéder aux crédits, elles font face à plusieurs obstacles. Notamment, l'incapacité des institutions financières de comprendre les vrais besoins des femmes.

Afawa va collecter des fonds qui vont faciliter l'accès aux crédits et financements. L'argent mobilisé par le G7 et mis à la disposition de la Bad, Banque africaine de développement afin de faciliter l'accès des femmes au financement pour la réussite de leurs différents investissements, sans qu'elles ne soient asphyxiées par les taux d'intérêts élevés pratiqués actuellement dans les banques.

Media playback is unsupported on your device
Le système financier actuel ne tient pas compte des spécificités des femmes africaines

Au dernier sommet du G7 à Biarritz, le Président français Macron, le Président de la Banque africaine de développement Akinwumi Adesina ainsi qu'Angélique Kidjo, chanteuse béninoise et avocate inlassable des droits de la femme, ont annoncé une contribution exceptionnelle du G7 de 251 millions de dollars en faveur de l'initiative AFAWA (Affirmative Finance Action for Women in Africa).

Sur le même sujet

Lire plus