La vente de passeport, un business lucratif

Passports Copyright de l’image Getty Images
Image caption L'achat et la vente de la citoyenneté est maintenant une industrie mondiale d'une valeur estimée à 25 milliards de dollars par an.

On peut naître avec, la gagner et la perdre. De plus en plus, vous pouvez également investir dans la nationalité.

Il y a 50 ans, quelques rares pays autorisaient la double nationalité.

Aujourd'hui, c'est devenu presque universel.

Plus de la moitié des pays du monde ont aujourd'hui des programmes de citoyenneté par l'investissement.

Selon Christian Kalin, avocat suisse, la nationalité est aujourd'hui une industrie mondiale d'une valeur de 25 milliards de dollars US (20 milliards de livres sterling) par an.

M. Kalin, surnommé " Mr Passport ", est le président de Henley & Partners, l'un des plus grands acteurs mondiaux sur ce marché en pleine croissance.

Son entreprise mondiale aide les personnes fortunées et leurs familles à acquérir la résidence ou la citoyenneté dans d'autres pays.

Il dit que les notions traditionnelles de citoyenneté sont "dépassées".

"C'est l'une des rares choses qu'il reste au monde qui soit liée aux lignées sanguines, ou à l'endroit où l'on naît ", dit-il.

Il fait valoir qu'il est grand temps de repenser la question.

Image caption Le gouvernement de l'État insulaire du Pacifique de Vanuatu vous vendra un passeport pour environ 150 000 $.

"C'est super injuste", dit Christian Kalin.

Il explique que là où nous sommes nés, ce n'est pas du tout grâce à nos propres compétences ou talents, mais plutôt grâce à la "pure chance".

"Qu'y a-t-il de mal à considérer la citoyenneté comme une adhésion, ajoute-t-il.

"Et qu'y a-t-il de mal à admettre des gens talentueux qui contribueront?"

Il y a ceux qui appuient son argument.

Pour beaucoup, l'idée que les passeports, si liés à l'identité, sont en quelque sorte une marchandise, ne convient pas bien.

Nous avons suivi le chemin de la citoyenneté jusqu'à la petite nation insulaire du Pacifique, Vanuatu.

Depuis que le pays a introduit son nouveau programme de citoyenneté, il y a quatre ans, il a connu une explosion d'intérêt.

Les passeports constituent aujourd'hui la principale source de revenus de son gouvernement.

Pour de nombreux aspirants détenteurs d'un passeport vanuatuan, le plus grand attrait est le voyage sans visa dans toute l'Europe.

Lire aussi:

Que savez-vous sur votre passeport ?

Gambie : plus de passeport diplomatique pour Yahya Jammeh

La plupart des détenteurs étrangers de passeports vanuatuans ne mettent même pas les pieds dans le pays.

Au lieu de cela, ils demandent leur citoyenneté dans des bureaux à l'étranger, comme le courtier agréé en citoyenneté vanuatuan PRG Consulting, basé à Hong Kong.

Hong Kong est l'un des plus grands marchés de la citoyenneté au monde.

Dans un café de l'aéroport de Hong Kong, nous avons rencontré l'agent de citoyenneté MJ, un homme d'affaires privé qui aide un nombre croissant de Chinois à obtenir un deuxième ou même un troisième passeport.

"Ils ne se sentent pas en sécurité en Chine", dit-il de ses clients.

"Ils veulent avoir accès à l'Europe pour ouvrir un compte en banque, acheter une propriété ou créer une entreprise."

Image caption MJ dit que de nombreux Chinois fortunés utilisent un passeport du Vanuatu pour entrer en Europe.

La citoyenneté est un marché mondial concurrentiel et, pour de nombreux petits pays et pays insulaires, notamment dans les Caraïbes, le prix d'un passeport est d'environ 150 000 $.

Le coût d'un passeport vanuatuan se situerait à peu près au même niveau.

Combien coûte l'achat d'un passeport?

- Antigua-et-Barbuda: à partir de 100 000 dollars

- St Kitt's et Nevis: à partir de 150 000 $.

- Monténégro: à partir de 274 000 dollars

- Portugal: de 384 000 $ à 384 000

- Espagne: à partir de 550.000 dollars

- Bulgarie: à partir de 560.000 dollars

- Malte: à partir de 1 million de dollars

- US ; à partir de 900 000 $ investis dans une entreprise créant 10 emplois

- Royaume-Uni: à partir de 2,5 millions de dollars

Un passeport vanuatuan, explique MJ, est "si rapide" à obtenir.

Vous pouvez l'obtenir en seulement 30 jours.

Et cela aide à faire de ce passeport un choix populaire.

Mais M. Kalin et d'autres mettent en garde contre le fait que Vanuatu a une réputation de corruption.

En conséquence, Henley & Partners et d'autres ne s'occupent pas du programme de citoyenneté de Vanuatu.

Cela n'empêche pas l'intérêt de la Chine.

Il y a quelques années, les chaînes de télévision de Hong Kong diffusaient des publicités télévisées accrocheuses faisant la promotion de la citoyenneté vanuatuane, qui visaient le flux constant de visiteurs venus du continent.

Alors, combien de clients chinois visitent effectivement Vanuatu, après avoir obtenu la citoyenneté ?

Peut-être un sur dix, devine MJ.

Image caption Vanuatu est un pays du Pacifique qui comprend 80 îles.

Port Vila est la capitale de Vanuatu et c'est une ville de contrastes.

Les routes sont souvent inondées et marquées de nids-de-poule.

Il n'y a pas un seul feu de circulation, mais les embouteillages sont nombreux en raison du nombre croissant de véhicules.

C'est un paradis fiscal, et a récemment rejoint la "liste noire" des pays de l'UE, sur les questions de transparence et de corruption.

Lire aussi:

L'écrivain Patrice Nganang libre

Controverse sur les passeports biométriques

Le peuple du pays - connu sous le nom de Ni Vanuatu - n'a été officiellement reconnu comme citoyen qu'en 1980, lorsque le pays a accédé à l'indépendance.

Auparavant, il s'agissait d'un condominium anglo-français appelé les Nouvelles-Hébrides, et la population est dispersée sur une chaîne de marguerites de plus de 80 îles.

Il y a moins de 40 ans, ils étaient apatrides.

Un fait que l'ancien Premier ministre Barak Sope n'a pas perdu de vue.

Image caption L'ancien Premier ministre Barak Sope déclare que le programme de citoyenneté de Vanuatu est une "trahison".

"Je n'avais pas de passeport avant 1980, dit-il, assis dans un hôtel et un casino sur la route principale de Port Vila.

"J'ai dû voyager avec un bout de papier que les Anglais et les Français m'ont donné. C'était humiliant", déplore-t-il.

M. Sope dit que c'est une "trahison" pour Vanuatu de vendre sa citoyenneté et souligne l'afflux des investissements chinois dans la région.

"Les Chinois ont tellement plus d'argent que nous", dit-il exaspéré.

L'investissement chinois est critiqué par des locaux comme M. Sope, qui se plaignent que les entreprises chinoises gardent tout l'argent et n'emploient que de la main-d'œuvre chinoise.

Le gouvernement de Vanuatu, l'un des trois seuls pays au monde où les femmes sont totalement exclues de la politique, n'a pas voulu nous parler de son programme de citoyenneté.

Mais nous avons retrouvé un agent de la citoyenneté nommé par le gouvernement, Bill Bani, qui explique son point de vue sur l'initiative.

Image caption Bill Bani dit que le programme de citoyenneté est un moyen essentiel pour Vanuatu de faire de l'argent

"Nous devons regarder Vanuatu à l'échelle mondiale", dit-il.

"D'autres pays vendent des passeports pour gagner leur vie, nous n'avons pas beaucoup de ressources naturelles. Ça rapporte beaucoup d'argent à Vanuatu".

Mais pour la population essentiellement rurale, la politique a été très controversée depuis son lancement en 2015.

Anne Pakoa, animatrice communautaire, nous fait visiter un village typique composé de cabanes en tôle ondulée. Il n'est qu'à 10 minutes en voiture. Le long du chemin de terre, l'ont trouve des magasins et restaurants de la capitale. Mais on se sent à l'autre bout du monde.

Anne dit que les communautés locales ne voient pas l'argent des ventes de passeports, malgré les promesses de reconstruction des infrastructures et des maisons après le cyclone dévastateur Pam en 2015.

Image caption Anne Pakoa dit que les villages ruraux du pays n'ont pas vu l'argent.

"Nos ancêtres sont morts pour notre liberté. Maintenant, les gens ont le même passeport vert que moi ? Pour 150 000 $ ? Où est l'argent ? Je pense que cela doit cesser ", dit-elle.

Susan, une autre femme du même village, nous montre un puits sale.

"Je veux que le gouvernement fournisse un robinet d'eau courante pour que les enfants puissent prendre une douche et boire de l'eau propre et salubre ", dit-elle.

Alors que la demande du marché chinois est en plein essor, Dan McGarry, qui dirige le journal local, affirme qu'il sera difficile d'imaginer un changement de politique dans un avenir proche.

Les ventes de passeports représentent maintenant plus de 30 % des revenus du pays, selon Dan.

"Pour un petit pays comme le nôtre, c'est important. Mais nous devons nous demander si c'est pour cela que nous nous sommes battus. Est-ce que c'est vrai ? Est-il juste de vendre notre souveraineté durement acquise au plus offrant ?"

C'est une question à laquelle de nombreux pays, et pas seulement Vanuatu, devront faire face dans un monde de plus en plus globalisé.

Mais comme le dit M. Kalin, de Henley & Partners : " La citoyenneté par l'investissement et les programmes d'investissement migratoire ne sont que le reflet d'un monde où tout est devenu plus fluide ".

Sur le même sujet