Un Égyptien meurt après avoir été "forcé" de quitter un train en marche

Mohamed Eid Copyright de l’image Unknown
Image caption Les images de l'homme décédé, Mohamed Eid, ont été largement diffusées sur les réseaux sociaux.

Des responsables des chemins de fer égyptiens ont été arrêtés après la mort d'un homme et les graves blessures d'un autre près de la ville de Tanta, dans le Delta du Nil, lundi.

L'homme décédé, nommé Mohamed Eid sur les médias locaux, aurait sauté d'un train en marche avec un autre homme, Ahmed Mohamed, pour ne pas payer l'amende de 70 livres égyptiennes (4,92 $) en voyageant sans billet.

Dans une vidéo largement diffusée en ligne, les passagers soutiennent que le chef de train a "forcé" les hommes à sortir du train pendant qu'il ralentissait mais qu'il était toujours en mouvement.

Le chef du train - qui a nié tout acte répréhensible - a été arrêté et une enquête le concernant est en cours. .

"Je n'ai rien fait et ce sont eux qui ont sauté", a déclaré le conducteur au site d'information égyptien Masrawy.

"Ils ont ouvert la porte du train parce qu'ils n'avaient pas l'argent pour le billet."

Vous pouvez également être intéressé par :

L'incident a attiré l'attention dans les médias locaux et provoqué des récriminations en ligne, où certains utilisateurs des réseaux sociaux ont exigé la démission du ministre égyptien des Transports, Kamel al-Wazir.

En réponse à cet incident, M. Wazir, ancien officier supérieur de l'armée, a choqué de nombreux Égyptiens en disant que l'homme n'était "pas un enfant".

"Si vous n'avez pas d'argent, pourquoi prenez-vous un train de première classe ? Prenez un train normal que vous pouvez vous permettre", a-t-il précisé, tout en ajoutant qu'il rendrait personnellement visite à la famille du jeune homme pour lui présenter ses condoléances.

Selon le site d'information Youm7, M. Wazir a également promis une indemnisation à la famille de M. Eid et de M. Mohamed.

'Martyr du billet'

Dès mardi, le hashtag arabe se traduisant par "le martyr du ticket" avait été utilisé plus de 24.000 fois sur Twitter.

"La punition pour ceux qui n'ont pas [d'argent] est devenue un meurtre maintenant", a écrit le comédien Waleed Abulmagd sur Facebook.

"Nous ne savions pas que le nouveau système dicte que vous payez ou que vous mourez", a déclaré un autre utilisateur sur Twitter.

En février, l'ancien ministre des Transports, Hashim Arafat, a démissionné après qu'un accident de train a déclenché un grand incendie à la gare centrale du Caire, faisant de nombreux morts et blessés.

Mardi, les autorités ferroviaires ont déclaré qu'au moins quatre personnes avaient été tuées et d'autres blessées dans un accident impliquant un train à Louxor, dans le sud de l'Égypte.

Sur le même sujet