La grande ruée vers les applications pour moto-taxi en Afrique

A motorbike taxi rider in Nigeria Copyright de l’image AFP

Dans la série de la BBC intitulé Courriers d'auteurs africains, le Zimbabwéen Andile Masuku examine les raisons pour lesquelles les investisseurs en capital-risque s'intéressent aux taxis-motos.

Les embouteillages sont la première grande source de perte de temps en l'Afrique.

Ayant eu le plaisir de sauter à l'arrière d'une moto-taxi dans la capitale rwandaise, Kigali, je peux témoigner de l'habileté d'un chauffeur qui m'a fait traverser les embouteillages aux heures de pointe.

Bien qu'illégaux dans des pays comme l'Afrique du Sud et le Zimbabwe, ces taxis sont populaires dans une grande partie de l'Afrique de l'Est, où on les appelle "boda bodas", "moto-taxis", ou simplement "motos", et dans certaines parties de l'Afrique occidentale, ils sont appelés "okadas" ou "zémidjan".

De jeunes hommes sans emploi ont été les précurseurs de cette nouvelle mode du transport en Afrique, fournissant un service de transport à bas coût à des millions de personnes.

Ils ont cependant leur juste part de détracteurs sur le continent, avec des plaintes pour conduite dangereuse.

Au Ghana, un débat fait rage sur l'opportunité de les interdire, mais lorsque le gouvernement rwandais l'a fait il y a quelques années, il est revenu sur cette décision après un véritable chaos dans les rues de Kigali.

A lire aussi

Copyright de l’image Getty Images
Image caption On espère que l'uber-isation de l'industrie la rendra plus sûre.

Le Rwanda encourage maintenant les jeunes entreprises à relever le défi d'aider le gouvernement à réglementer une industrie dans laquelle la plupart des conducteurs de moto-taxi sont des travailleurs autonomes.

Alors que les anciennes boites de covoiturage comme SafeBoda et YegoMoto intensifient leurs efforts pour devenir des marques connues au Rwanda, une entreprise appelée SafiRide, fondée par des diplômés américains, a lancé des taxis-motos électriques - promettant non seulement de contrôler leurs conducteurs mais également de réduire la pollution.

Leurs e-motos peuvent être hélés aux abords des routes ou via une application dans cinq villes rwandaises.

Selon certaines estimations, le marché des motos-taxis en Afrique subsaharienne pourrait représenter environ 80 milliards de dollars US, et les investisseurs soutiennent vivement les start-ups qui s'engagent à promouvoir l'"uber-isation" dans ce secteur.

C'est le cas de la start-up nigériane MAX.ng, cofondée par Adetayo Bamiduro et Chinedu Azodoh, anciens élèves de la MIT Sloan School of Management.

Elle a récemment levé 6 millions de dollars auprès d'investisseurs en fonds propres et 1 million de dollars en subventions pour développer ses opérations en Afrique.

Copyright de l’image Getty Images

Ce n'est pas beaucoup d'argent selon les normes de la Silicon Valley, mais c'est significatif étant donné que, par rapport aux start-ups basées dans des marchés relativement importants dans d'autres parties du monde en développement, les entreprises technologiques africaines peinent généralement à attirer des investisseurs.

En juin, MAX.ng, qui opère actuellement à Lagos, a également obtenu une participation de Yamaha.

L'année dernière, le constructeur japonais de motos avait déjà investi 150 millions de dollars dans la société de transport Grab, basée à Singapour.

L'opération MAX.ng représente la deuxième initiative stratégique de Yamaha pour soutenir une entreprise de transport en commun desservant les marchés émergents.

Vers une super application pour l'Afrique

Osarumen Osamuyi, un ancien investisseur de capital-risque et un habitué des motos-taxis qui vit entre Nairobi et Lagos, reconnaît qu'il existe un grand potentiel en Afrique.

Il se souvient avoir laissé passer l'occasion d'investir dans une jeune entreprise prometteuse de taxis-motos alors qu'il travaillait pour une société de capital-risque, il y a quelques années, puis d'avoir réuni une somme considérable à un taux intéressant.

M. Osamuyi, en analyste de cette industrie du transport en plein essor, n'est pas amer - et il est plus circonspect quant à l'opportunité à long terme de soutenir une entreprise qui se dispute une place de choix dans un domaine où il y a foule.

Il estime que ce à quoi nous assistons sur le continent est une course pour établir la super-app la plus utile, avec le plus grand réseau d'utilisateurs actifs.

Copyright de l’image AFP

Essentiellement, c'est une autre ruée pour l'Afrique alors que les investisseurs technologiques parient sur ceux qui, à leur avis, pourraient construire la plateforme numérique ultime du continent.

Des entreprises comme MAX.ng, Gokada et SafeBoda cherchent à imiter le succès de Grab et Go-Jek en Asie du Sud-Est, en essayant de construire un réseau d'utilisateurs panafricains actifs aussi rapidement que les marchés le permettront.

Ensuite, une fois l'échelle critique atteinte, ils prévoient de monétiser leurs réseaux d'utilisateurs en leur vendant des services utiles comme la vérification d'identité, ainsi que des services financiers comme les paiements mobiles, les facilités de crédit et la micro-assurance.

Au-delà, il n'y a pas de limite s'ils réussissent dans leur mission de bâtir un vaste réseau viable d'utilisateurs actifs.

À ce stade, les investisseurs pouvaient raisonnablement s'attendre à glaner des gains importants au fur et à mesure que les équipes concevaient et conditionnaient des moyens novateurs et lucratifs de tirer de la valeur ajouté via leurs plateformes.

Pour l'instant, il s'agit plutôt d'une quête aux financements alors que les start-ups technologiques qui explorent le filon des motos-taxis cherchent des fonds pour soutenir leurs plans audacieux qui visent à créer la super application pour utilisateur et propriétaire de motos-taxis en Afrique.

Sur le même sujet