Michael Kiwanuka : "Pourquoi j'ai refusé de changer de nom"

Michael Kiwanuka Copyright de l’image Olivia Rose
Image caption Michael Kiwanuka : "J'attendais toujours que quelqu'un me découvre."

"Je ne changerai pas mon nom, peu importe comment on m'appelle", chante Michael Kiwanuka sur son dernier single, "Hero".

Au fil des ans, le chanteur londonien, né de parents ougandais qui avaient fui le régime d'Idi Amin Dada, a vu son nom écorché de plusieurs manières.

"Michael Kiwa-nin-nin-nin-nooko, Michael Keena-wooka, Michael Kawaski... N'importe quoi d'autre que Michael Kiwanuka", a-t-il déclaré à la BBC.

En 2012, il a pris la tête du sondage Sound of 2012.

"Une fois, dans ma loge, il y avait cinq 'n' - Kiwaninininininanuku !"

Lire aussi :

Les femmes effacées de l'histoire de la musique

En tant que jeune musicien, on lui a demandé à plusieurs reprises de choisir un nouveau nom pour le rendre "plus commercialisable".

Aujourd'hui, avec une grande confiance en lui, il a appelé son troisième album Kiwanuka. Tout en majuscules.

Accompagné d'un portrait du chanteur déguisé en roi africain de l'époque Tudor.

Vous pourriez interpréter cela comme de l'arrogance ou de la fierté, mais ce n'est pas son intention.

Le titre de l'album est "une déclaration pour moi", dit Kiwanuka.

Un rappel qu'il a vaincu son doute de soi handicapant.

"J'ai toujours eu le syndrome de l'imposteur", dit le chanteur.

"J'attendais toujours que quelqu'un me découvre et me dise : 'On voit que tu n'es pas si bon que ça et que tout va s'effondrer'".

''Vraiment effrayé''

Peu importe que son dernier album de 2016, ''Amour & Haine'', ait été numéro un et nominé pour un Brit Award.

"Cold Little Heart", le titre d'ouverture symphonique de l'album, n'a pas non plus été placé sur les premiers titres de Big Little Lies, ce qui lui a valu une reconnaissance internationale.

"C'était frustrant parce que je pensais que le [succès] aurait un effet différent, dit-il, mais c'était presque le contraire. J'ai été submergé par la réponse à l'enregistrement."

Il commence à croire que les producteurs de l'album, Danger Mouse et Inflo, sont les vrais talents et que ses propres contributions sont sans importance.

Parce qu'ils sont si bons et que je les admire tellement, j'ai commencé à me dire : "Peut-être que je ne suis en fait qu'un moyen et que c'est grâce à eux que c'est populaire", dit-il.

"Et parce que l'album a bien fonctionné, il a amplifié ces sentiments, d'une manière étrange. J'ai vraiment commencé à avoir peur de ça."

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le nouvel album du chanteur est unanimement salué.

La perte de confiance de Kiwanuka a commencé à affecter son travail, surtout quand il a commencé à enregistrer la suite de ''Amour & Haine''.

"Il y a des moments sur cet album où je serais très gêné de mes capacités et de ce que je peux apporter à la table. Je me dirais que s'ils entendaient cela, ils diraient probablement : 'Oh, je ne travaille plus avec lui'".

"Mais il y a environ un an et demi, j'en avais assez de cette façon de penser. J'ai dit : "Ça n'aide personne, surtout pas moi."

Lire également:

Au fur et à mesure que sa confiance reprenait, cela alimentait une explosion de créativité : le troisième album éponyme de Kiwanuka est un magnifique voyage dans l'âme psychédélique, qui a déjà eu des critiques positives quatre et cinq étoiles.

"Un des plus grands albums de la décennie", a déclaré The Guardian.

"Un chef-d'œuvre de compassion et de définition de carrière", convient Q Magazine.

Rolling Stone, quant à lui, a noté qu'il se sentait "comme un véritable album à l'ancienne", conçu pour être entendu d'une séance à l'autre, chaque morceau saignant dans le suivant par des intermèdes musicaux et des dialogues échantillonnés.

Kiwanuka espère que les auditeurs seront "perdus et immergés" dans la musique, comme il le faisait sur ses albums préférés.

"Quand j'étais à l'école, j'adorais 'The Score' du groupe Fugees. Il y avait tous ces sketchs, ces chansons et ces motifs musicaux qui revenaient. Je me souviens d'avoir eu 12 ans et d'avoir eu l'impression d'être dans un autre monde", se souvient-il.

Lire aussi :

Ne l'appelez plus Kanye West mais "Ye"

"C'était l'une des ambitions de ce disque : comment puis-je garder les gens engagés, surtout en ces temps de playlists, où l'écoute d'albums est une chose rare ? Il n'y a donc pas de fondu enchaîné ni de pause entre les chansons. Si vous appuyez sur 'Play' quand vous nettoyez la maison, vous êtes aspiré pendant toute la durée, et vous ne saurez même pas quand la chanson a changé."

Le bonheur conjugal

L'album récompense votre attention, en particulier sur les écouteurs, car Kiwanuka colore et nuance ses chansons avec des rythmes décontractés, des guitares torrides, des cordes majestueuses, des harpes, des cuivres, des percussions, des accords de jazz convulsifs et des crochets gospel à l'appel et en réponse.

Les influences dont il s'inspire sont impeccables : le jeu de mots de Gil Scott Heron, le chant à vitesse variable de Prince, la guitare à sonorité floue d'Eddie Hazel de Funkadelic et les grooves chauffés et étirés de Hot Buttered Soul d'Issac Hayes.

"Je pense qu'il y a une référence à Hot Buttered Soul dans chaque chanson que j'ai essayé de faire au cours des cinq dernières années", confie-t-il.

"J'adore cet album."

Au centre de tout cela se trouve la voix de Kiwanuka, pleine de chaleur, de résonance et d'humanité.

C'est sur Piano Joint, une chanson sur le pouvoir guérisseur de l'amour inspirée par son épouse Charlotte, qu'il est le plus émotif.

"Je suis marié depuis trois ans, et il n'y a rien de tel. C'est tellement solide. C'est tellement thérapeutique de savoir que vous êtes deux dans la même équipe. Ce genre d'amour est la chose qui me permet de surmonter les difficultés."

Le jeune homme de 32 ans dit qu'il est devenu un peu comme un oiseau domestique au cours des trois dernières années, ce qui rend la vie de touriste un peu perplexe.

"Sur le premier album, mon appartement était juste dans des cartons. Je ne me souciais pas du tout d'être un foyer. J'ai dit : 'Envoyez-moi en tournée pendant sept ans, ça va aller ! Et bien que je l'aime autant que je l'aimais à l'époque, c'est beaucoup plus difficile de partir'', se rappelle Kiwanuka.

Lire aussi :

Appelez-moi Gims

La Fédération de taekwondo change de nom

"La vie à la maison est amusante, tu sais ? On sera genre : 'On réserve cette fête ?' ou 'On peint les murs ?' Les petites choses qui ne semblent pas si grandes, que tout le monde peut faire, deviennent vraiment amusantes. C'est une autre facette de la vie que n'importe qui peut atteindre, et c'est tout simplement magnifique. C'est difficile à décrire, mais je le recommande."

''Racisme subtil''

Le couple a récemment déménagé à Southampton, loin de Muswell Hill, où Kiwanuka vivait depuis son enfance, né de parents ougandais qui avaient fui le régime d'Idi Amin Dada.

Leur banlieue verdoyante du nord de Londres était à prédominance blanche, laissant le jeune homme avec un sentiment d'altérité et de dés-appartenance qui a inspiré son single ''Black Man In A White World'' en 2016.

Il dit qu'il n'a jamais connu de racisme "flagrant" au Royaume-Uni - mais cela ne veut pas dire qu'il n'y en avait pas.

"En Amérique, tout est tellement plus polarisé et amplifié, mais les choses que j'ai traversées sont beaucoup plus subtiles", dit-il.

"C'est plutôt comme si vous alliez à l'université et qu'il n'y avait pas de Noirs, pas de professeurs noirs, pas de Noirs dans les postes de direction. (...) Ce n'est pas forcément : 'Je te déteste, je tire, je te tue dans la rue', mais il y a quelque chose de travers."

Les gens qui lui ont dit de changer de nom craignaient que ses disques ne soient catalogués comme de la "world music", mais ils n'ont jamais pensé qu'ils lui demandaient d'effacer son identité.

"Un nom est une chose puissante", dit-il.

"Vous n'avez pas plus de 'vous' que votre nom de naissance, votre prénom."

Copyright de l’image Olivia Rose
Image caption "J'ai toujours aimé les albums qui me gardent dans l'espace pendant toute la durée du disque."

Son refus d'adopter un pseudonyme était un petit acte de défi, mais il continue à réfléchir sur les sacrifices bien plus importants consentis par les militants des droits civiques, comparant le meurtre du président des Black Panthers, Fred Hampton, aux récentes fusillades policières américaines.

"Je regardais des photos de Fred Hampton sur mon téléphone et j'ai été ému par son jeune âge quand il a été tué", raconte le chanteur.

"Et puis j'ai commencé à penser aux icônes musicales qui sont mortes jeunes aussi. Et j'ai eu l'idée de devenir un héros, tu as besoin d'être un martyr ? Avez-vous tant de bien à donner que c'est trop pour le monde, et vous vous faites descendre - que vous soyez Bob Marley, John Lennon ou Fred Hampton, ou qui que ce soit ?"

"Les mots sont sortis assez vite à ce moment-là. J'avais enfin de quoi chanter."

Mais si le sujet du troisième album de Kiwanuka devient assez lourd, il y a toujours une lueur d'espoir et d'humanité, enracinée dans la foi chrétienne qui "m'a aidé toute ma vie".

C'est dans l'échantillon de militants américains des droits civiques qui organisaient des sit-in pacifiques dans des cafés séparés dans les années 1950 : "Vous ne causez aucune violence. Tu n'as pas de mots fâchés, l'idée que je suis assis à côté d'un autre être humain."

Et c'est là, dans le dernier morceau édifiant, "Light", que Kiwanuka balaie son anxiété en chantant : "Fais briller ta lumière sur moi/Toutes mes peurs ont disparu".

"J'ai finalement accepté d'être chanteur, artiste et auteur-compositeur et j'adore ça", sourit-il.

"C'est là que j'ai décidé d'appeler l'album 'Kiwanuka', parce qu'il n'y a rien à cacher. Voilà qui je suis, beau temps mauvais temps. Je suis complètement moi-même. Je ne suis pas un imposteur."

Lire plus