L’ex directeur de cabinet de Ali Bongo arrêté

Le president Ali Bongo a lancé une vaste opération anti corruption depuis son retour au pays après son accident vasculaire cérébral Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le president Ali Bongo a lancé une vaste opération anti corruption depuis son retour au pays après son accident vasculaire cérébral

L'opération baptisée "scorpion" a déjà abouti à l'arrestation et la mise en détention de plusieurs hauts responsables gabonais, proches de Brice Laccruche.

Deux anciens ministres ont également été arrêtés mardi après leur limogeage du gouvernement.

Il s'agit de Tony Ondo Mba, ex-ministre de l'Energie, et de Noël Mboumba, qui détenait le portefeuille du Pétrole.

"Les trois ex-ministres ont été cités par des personnes actuellement en détention dans des faits de détournements de deniers publics, de concussion et de blanchiment de capitaux", a assuré le procureur de la république de Libreville Andre Patrick Roponat.

Lire aussi:

Selon le magistrat, ce sont au total 13 personnes qui ont été placées en garde à vue depuis le lancement de l'opération anticorruption.

Parmi eux, Gregory Laccruche, le frère de l'ex directeur de cabinet.

La justice s'intéresse notamment à la Dupont Consulting Company, une société privée administrée par Grégory Laccruche et soupçonnée d'avoir détourné de l'argent public à l'occasion de contrats avec l'entreprise publique Gabon Oil Company (GOC), dont le directeur général, Patrichi Tanasa est incarcéré depuis jeudi.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes s'interrogent sur la réalité de ces détournements présumés, évalués à plus de 85 milliards de francs CFA.

"Nous assistons à une chasse aux sorcières, les dossiers ne sont pas consistants", a réagi Anges Nzigou, l'avocat de Brice Laccruche qui s'inquiète d'une violation des droits de son client.

Nommé directeur de cabinet par le président Ali Bongo en aout 2017, l'influence de Brice Laccruche Alihanga n'avait cessé de croitre au fil des mois, plus particulièrement après l'accident vasculaire cérébral du président gabonais en octobre 2018.

Sur le même sujet

Lire plus