Comment l'Afrique risque d'être affectée par le changement climatique

Quelqu'un debout dans une rivière asséchée dans le nord du Kenya Copyright de l’image Getty Images
Image caption Quelqu'un debout dans une rivière asséchée dans le nord du Kenya

L'Afrique est plus vulnérable que toute autre région du monde aux changements climatiques, explique Richard Washington, spécialiste du climat.

Le continent africain sera le plus durement touché par le changement climatique.

Il y a quatre raisons principales à cela :

  • Premièrement, la société africaine est très étroitement liée au système climatique ; des centaines de millions de personnes dépendent des précipitations pour produire leurs aliments.
  • Deuxièmement, le système climatique africain est contrôlé par un mélange extrêmement complexe de systèmes météorologiques à grande échelle, provenant souvent de régions éloignées de la planète et, en comparaison avec presque toutes les autres régions habitées, il est très peu étudié. Il est donc capable de toutes sortes de surprises
  • Troisièmement, le degré de changement climatique attendu est important. Les deux baisses de précipitations les plus importantes prévues à la fin du siècle sur terre, se produisent sur l'Afrique, l'une sur l'Afrique du Nord et l'autre sur l'Afrique australe.
  • Enfin, la capacité d'adaptation au changement climatique est faible ; la pauvreté équivaut à un choix réduit au niveau individuel alors que la gouvernance ne parvient généralement pas à établir des priorités et à agir sur le changement climatique.

L'Afrique se dirige-t-elle vers une catastrophe potentielle ?

L'altération des moussons

Le climat africain est plein de complexité et de merveilles.

Le Sahara est le plus grand désert du monde avec la couche la plus profonde de chaleur intense au monde.

En juin et juillet, les tempêtes de poussière les plus étendues et les plus intenses que l'on puisse trouver sur la planète remplissent l'air de particules fines qui interfèrent avec le climat d'une manière que nous ne comprenons pas bien.

Copyright de l’image AFP
Image caption On ne sait pas comment les tempêtes de poussière affectent le climat à long terme.

La région est presque complètement dépourvue de mesures météorologiques, mais c'est un facteur clé du système de mousson ouest-africain, qui apporte trois mois de pluie qui interrompent la longue saison sèche de neuf mois dans la région du Sahel, au sud du désert.

Au cours des décennies qui ont suivi les années 1960 et qui ont culminé en 1984, il y a eu une baisse des précipitations d'environ 30 % dans l'ensemble du Sahel, ce qui a entraîné la famine et la mort de centaines de milliers de personnes et le déplacement de plusieurs millions de personnes.

Vous pouvez également être intéressé par :

Aucune autre région n'a documenté une sécheresse aussi longue et aussi étendue dans l'espace.

Les faits montrent que la pollution par les aérosols industriels occidentaux, qui a refroidi certains océans au niveau mondial, altérant ainsi le système de mousson, en est la cause.

Le retour des pluies actuellement observé devrait se poursuivre tout au long du 21ème siècle, en particulier sur le centre et l'est du Sahel.

Copyright de l’image AFP
Image caption La capacité d'adaptation de l'Afrique au changement climatique est faible - et cette année, des glissements de terrain se sont produits au Kenya.

Mais ce changement semble dépendre exactement de l'endroit où le réchauffement futur du Sahara central atteindra son point culminant, mettant cruellement en exergue la région que nous comprenons le moins.

En Afrique australe, nous constatons un retard dans l'apparition et l'assèchement des pluies du début de l'été, ce qui devrait s'aggraver dans les prochaines décennies.

On prévoit que les températures y augmenteront de cinq degrés ou plus, en particulier dans les régions de Namibie, du Botswana et de Zambie qui sont déjà intolérablement chaudes.

Le paradoxe est-africain

Pendant ce temps, sur le Kenya et la Tanzanie, les longues pluies de mars à mai commencent plus tard et se terminent plus tôt, ce qui entraîne une diminution générale des précipitations.

Ce changement observé se situe à côté des prévisions d'un avenir plus humide au cours de la même saison - un problème que les scientifiques ont appelé le Paradoxe climatique de l'Afrique de l'Est.

L'Afrique centrale, l'une des trois régions de la planète où les orages entraînent le reste des systèmes météorologiques tropicaux et subtropicaux de la planète, vit dangereusement près du minimum de précipitations nécessaire pour soutenir le deuxième plus grand système de forêts tropicales du monde.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les forêts tropicales jouent un rôle énorme dans les systèmes météorologiques mondiaux.

Même un peu moins de pluie à l'avenir pourrait mettre en danger la forêt et son énorme réservoir de carbone.

Nous en savons remarquablement peu sur ce système climatique - il est à peine surveillé - il y a plus de pluviomètres dans le comté britannique de l'Oxfordshire que dans l'ensemble du bassin du Congo.

Le système climatique complexe de l'Afrique est exceptionnellement influencé par les trois bassins océaniques mondiaux.

Lire également :

Sortis de l'un de ces océans qui se réchauffent rapidement, les cyclones tropicaux Idai et Kenneth en mars et avril 2019 ont détruit des parties du Mozambique, du Zimbabwe et du Malawi, et Kenneth a suivi une trajectoire particulièrement inhabituelle sur la Tanzanie.

Percée scientifique

Mais sur le plan scientifique, il y a de l'espoir.

Dans le cadre d'efforts de collaboration, nous travaillons d'arrache-pied pour améliorer les prévisions climatiques.

Copyright de l’image AFP/UN
Image caption Plus de 1 000 personnes sont mortes après le passage du cyclone Idai au Mozambique et au Zimbabwe

Les projections du changement climatique dépendent de modèles climatiques dont il existe des dizaines, chacun aussi compliqué à comprendre que le monde réel.

Grâce à des efforts tels que le Future Climate for Africa (FCFA), un programme financé par le Department for International Development et le Natural Environment Research Council du Royaume-Uni, l'expérience et les connaissances des climatologues africains ont permis d'améliorer notre capacité à comprendre et modéliser le climat africain.

Cette ingéniosité scientifique nous a permis d'acquérir de nouvelles connaissances.

Media playback is unsupported on your device
La pêche est menacée par des tempêtes.

Chaque région et sous-région d'Afrique change différemment, mais un point commun émergeant est un changement vers des précipitations plus intenses - même là où l'on observe et prévoit un assèchement futur.

Les précipitations arrivent en rafales plus courtes, ce qui entraîne plus de ruissellement et des périodes de sécheresse plus longues entre temps.

De nouveaux modèles, développés dans le cadre du FCA, sont désormais exploités à très haute résolution avec un espacement de grille d'environ 4 km sur l'ensemble du continent.

Media playback is unsupported on your device
Batio Bassière : "Nos Etats sont confrontés aux effets néfastes du changement climatique"

Comprendre les orages

Les résultats indiquent sans ambiguïté une augmentation de l'intensité des précipitations et de la durée des périodes de sécheresse, et nous avons de bonnes raisons de les croire.

Le comportement des orages, qui fournissent environ 70 % des précipitations en Afrique, est au cœur de ce changement pluviométrique.

Copyright de l’image Richard Washington
Image caption Wilfried Pokam (2e à gauche), qui dirige des chercheurs au Cameroun, fait partie des scientifiques qui aident à analyser le changement climatique en Afrique.

Les modèles standard du climat global ne peuvent représenter ces systèmes clés qu'indirectement, mais les nouveaux modèles sont capables de représenter adéquatement les systèmes orageux pour la première fois.

Cela fait partie de l'approche que nous adoptons - pour savoir exactement comment les modèles simulent les changements climatiques.

Wilfried Pokam et son équipe de chercheurs d'un laboratoire au Cameroun, par exemple, dont les ressources sont extrêmement modestes, exposent la façon dont le système climatique de l'Afrique centrale et celui de l'Afrique australe sont liés, brisant ainsi notre vision régionale obstinée et fragmentée du climat continental.

Copyright de l’image AFP
Image caption Les gouvernements africains n'ont généralement pas accordé la priorité au changement climatique

De telles percées sont improbables si l'on considère que ces chercheurs téléchargent des ensembles de données massifs au moyen de cartes sim bon marché dans leurs téléphones mobiles et analysent le résultat du jour au lendemain.

De jour, ils font fonctionner le premier système Lidar d'Afrique centrale.

Le Lidar mesure les vents dans les quelques kilomètres les plus bas de l'atmosphère, contribuant ainsi à combler le vaste vide de données en Afrique centrale.

Media playback is unsupported on your device
Jacques Morisset : "la Côte d’Ivoire est exposée aux effets du changement climatique".

Ils font partie d'un groupe de jeunes scientifiques qui se joignent à la course à l'adaptation au changement climatique avant que l'Afrique ne soit submergée.

C'est une question de justice sociale que nous réussissons.

L'Afrique sera la plus durement touchée par les changements climatiques, mais c'est elle qui a le moins contribué à provoquer ces changements.

Richard Washington est professeur de climatologie à l'École de Géographie et d'Environnement de l'Université d'Oxford au Royaume-Uni.

Lire plus