Ces animaux disparus qu'on ne reverra jamais

Os de dinosaure fossilisés dans le sable Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les dinosaures se sont éteints il y a environ 66 millions d'années

On peut penser que l'extinction est un cataclysme, un événement rare, qui anéantit les dinosaures et autres... mais l'extinction se produit avec une régularité alarmante.

En fait, selon le Fonds mondial pour la nature - l'ONG de préservation de la nature sauvage - chaque année, quelque 10 000 espèces disparaissent à jamais.

Le WWF affirme qu'il est difficile d'être certain de chiffres absolus, surtout parce que nous ne savons pas combien d'espèces existent au départ.

Lire aussi :

Jetons un coup d'œil sur certains animaux qui ont autrefois prospéré sur la planète et découvrons un retour remarquable :

Colobe rouge de Mlle Waldron (Ghana et Côte d'Ivoire)

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le colobe rouge de Zanzibar est l'un des plus proches parents du colobe rouge de Miss Waldron disparu, qui n'a pas été officiellement repéré depuis 1978

Une perte récente, ce singe à crinière rouge de taille moyenne est considéré comme éteint depuis le début des années 2000.

Vivant à la frontière entre le Ghana et la Côte d'Ivoire, le Colobe rouge de Miss Waldron était un animal des plus remarquables, puisqu'il n'avait pas de pouce.

C'est une créature douce, habituée à vivre en grands groupes en haut des arbres, qui a été forcée de changer son mode de vie lorsque l'homme a commencé à abattre son habitat forestier.

Lire aussi :

Au fur et à mesure que la taille des parcelles de forêt diminuait, les groupes de Colobes rouges devenaient trop petits, ce qui entraînait une protection moindre contre les prédateurs et une faiblesse génétique causée par la consanguinité.

Dauphin du fleuve Yangtze (Chine)

Image caption Le dauphin de la rivière de Chine, aussi connu sous le nom de baiji, était considéré comme l'un des plus anciens mammifères d'eau douce du monde

Déclaré éteint en 2006, le dauphin chinois du fleuve Yangtze était un mammifère de couleur pâle et mastic qui avait l'air moins lisse et moins élégant que ses cousins nageant en mer.

Son apparence simple cachait un système de localisation par écho très évolué, bien supérieur à celui des autres dauphins : il était si finement réglé qu'il pouvait même identifier la position de chaque poisson.

Lire aussi :

Son extrême sensibilité devint cependant un danger, car le fleuve se remplissait de bateaux de pêche, de porte-conteneurs, de chalutiers et de pollution d'origine humaine.

Le dauphin du fleuve Yangtze, désorienté par un trafic aussi intense, n'avait aucune chance de survie.

Phoque moine des Caraïbes ( Banc Serranilla, entre la Jamaïque et le Nicaragua)

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les phoques - pas trop différents de celui-ci - vivaient autrefois dans les Caraïbes

Cette espèce de phoque indigène des Caraïbes se trouvait autrefois dans le golfe du Mexique, sur la côte est de l'Amérique centrale et sur la côte nord de l'Amérique du Sud.Mais ils ont été victimes de l'huile qui peut être extraite de leur graisse, tandis que la surpêche de leurs sources de nourriture a gravement affecté les animaux survivants.

Lire aussi :

Leur nombre a diminué jusqu'à l'extinction, et ils ont été repérés pour la dernière fois en 1952 au banc Serranilla, entre la Jamaïque et le Nicaragua.

Fruit de mer d'Alabama (Etats-Unis)

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les moules de rivière - comme celles de la République tchèque - ressemblent davantage à des palourdes géantes

Cette humble moule a vécu dans la rivière Mobile en Alabama, aux États-Unis, jusqu'en 2006 environ.

Appelée ainsi parce qu'elle ressemblait à un pied de cochon, elle filtrait l'eau polluée de la rivière sale - mais les niveaux de pollution sont devenus si élevés qu'elle ne pouvait plus y faire face.

Lire aussi :

L'éradication de cette simple créature a révélé des vérités plus sombres sur l'eau, qui était remplie de produits chimiques dangereux provenant des usines et causant des maladies mortelles dans la communauté principalement afro-américaine qui vivait à ses côtés.

Dodo (île Maurice)

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le dodo est devenu un symbole de l'extinction provoquée par l'homme

C'est un honneur étrange d'être l'oiseau disparu le plus célèbre, mais pour une raison quelconque, le dodo est la seule espèce disparue depuis longtemps, à part les dinosaures, que tout le monde connaît.

Cet oiseau à l'air effronté et sans vol vivait autrefois sur l'île Maurice, sans aucun prédateur naturel.

Lire aussi :

Quand les humains sont arrivés à l'île Maurice, apportant avec eux d'autres animaux et leur propre appétit pour la viande, le dodo n'a pas duré longtemps.

Le dernier dodo s'est dandiné à la fin des années 1700.La vache de mer de Steller (mer de Béring entre l'Alaska et la Russie)

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le naturaliste George Steller, naufragé sur l'île de Béring en 1741, a observé cette créature étonnante avant qu'elle ne soit chassée jusqu'à son extinction

Si vous aviez rencontré une vache de mer de Steller, vous le sauriez.

Cette parente du lamantin ou du dugong ressemble beaucoup à cette douce créature aquatique larmoyante, sauf qu'elle était beaucoup plus grosse : les vaches de mer de Steller pouvaient atteindre neuf mètres de long.

Lire aussi :

Son apparence remarquable, sa peau formidable et toute cette graisse précieuse en faisaient une cible de choix pour les chasseurs - il avait apparemment le goût du bœuf mariné dans de l'huile d'amande.

On pense qu'elle a été anéantie par un mélange de chasse et de changements dans son environnement alimentaire, peu de temps après la disparition du Dodo.

Le zèbre Quagga (Afrique du Sud)

Image caption La jument Quagga d'Amsterdam qui est morte au Zoo Artis d'Amsterdam le 12 août 1883

La beauté inhabituelle de la pauvre vieille quagga a été la raison de son extinction.

Cet animal africain d'apparence remarquable avait une moitié avant rayée comme un zèbre, mais ces rayures s'effaçaient sur sa moitié arrière, qui était unie et brune comme un cheval.

Lire aussi :

Il a été chassé jusqu'à l'extinction par des braconniers qui appréciaient son apparence étrange, le dernier étant mort en captivité dans les années 1880.

Élan d'Irlande (Irlande)

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Tout comme un élan normal, mais beaucoup, beaucoup plus grand

Bon nombre d'animaux disparus les plus remarquables étaient semblables aux espèces que nous connaissons encore aujourd'hui, mais un peu plus bizarres.

Il y a le mammouth, par exemple, qui n'est pas différent d'un énorme éléphant au pelage poilu et massif.

Lire aussi :

L'élan irlandais, ou cerf irlandais, ressemble beaucoup au cerf encore vivant, à part le fait qu'il mesurait plus de deux mètres de haut et que ses bois pouvaient atteindre 3,65 m.

Il s'est éteint il y a environ 7 700 ans, probablement en raison de la chasse et du changement de climat.

Pygargue à queue blanche (Royaume-Uni)

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Un pygargue à queue blanche pêchant en Norvège

Pour finir sur une note plus heureuse, l'aigle à queue blanche a été conduit à l'extinction au Royaume-Uni au début du 20ème siècle... mais pas pour longtemps.

Ce magnifique oiseau, d'une envergure de plus de deux mètres, a été chassé impitoyablement en Grande-Bretagne pendant des années - en fait, sa mise à mort a été activement encouragée.

Au moment où il est devenu illégal de tuer les oiseaux, il était trop tard pour inverser la tendance à l'extinction.

Heureusement, les pygargues à queue blanche ont survécu ailleurs en Europe et ont pu être réintroduits au Royaume-Uni.

Mais tous les animaux n'ont pas droit à une deuxième chance.

Regarder :

Media playback is unsupported on your device
A Madagascar, le triste sort des lémuriens

Sur le même sujet

Lire plus