La France est-elle en train de perdre la bataille en Afrique face aux djihadistes ?

Le président français Emmanuel Macron. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le président français Emmanuel Macron.

L'augmentation du nombre d'attaques par les djihadistes en Afrique de l'Ouest a suscité des inquiétudes croissantes quant à l'implication militaire française dans la région.

Le président français Emmanuel Macron se rend au Niger ce week-end pour aborder ces questions et présenter ses condoléances après la perte récente de soldats français et locaux lors d'opérations militaires.

L'opération française actuelle, qui se déroule depuis 2014, coordonne les questions de sécurité avec le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad.

Lire aussi :

Ils combattent un réseau complexe de groupes djihadistes que le président du Niger, Mahamadou Issoufou, a décrit comme étant devenus des " professionnels de l'art de la guerre ".

Une attaque des djihadistes sur une base de l'armée au début de ce mois a entraîné la mort de plus de 70 soldats au Niger.

En novembre, 13 soldats français sont morts dans une collision d'hélicoptères au cours d'une opération contre les djihadistes au Mali, la plus grande perte de vie pour l'armée française depuis les années 1980.

Les dirigeants de la région ont appelé à un soutien international plus important pour s'attaquer aux militants, mais il y a également eu une montée du sentiment anti-français et des protestations dans certaines villes de la région.

Image caption Le général Lecointre, chef d'Etat-major de l'armée française.

Un réseau complexe de groupes militants

Le Sahel, vaste région semi-désertique qui s'étend sur toute l'Afrique de l'Ouest, abrite de nombreux groupes d'Al-Qaida et de d'affiliés de l'État islamique.

Il existe également des milices locales à base ethnique, certaines luttant contre les forces françaises et nationales et d'autres aux côtés de celles-ci.

Les efforts de lutte contre le terrorisme ont connu un certain succès, en éliminant les commandants djihadistes et en étouffant certaines opérations militantes.

Lire également :

Mais la situation semble devenir de plus en plus instable.

Au Niger, il y a eu une forte augmentation des attaques de militants cette année.

Et au Mali voisin, une opération anti-insurrectionnelle, lancée en 2014 et soutenue par les forces françaises, s'est révélée largement inefficace dans ses efforts pour lutter contre l'insécurité généralisée.

Le nombre de décès liés aux affrontements entre les forces de sécurité maliennes et les groupes djihadistes a plus que doublé au cours de l'année écoulée, selon le Projet de données sur les lieux et les événements des conflits armés (Acled), un groupe qui surveille la violence politique.

Les principaux groupes djihadistes :

  • Jamaat Nusrat al-Islam wal-Muslimin (JNIM) - une alliance de groupes jihadistes, active dans toute la région du Sahel
  • L'Etat islamique du Grand Sahara (ISGS) - affilié à l'IS, actif dans le nord-est du Mali
  • Ansarul Islam - actif dans le nord du Burkina Faso
  • Boko Haram - présent dans le nord-est du Nigeria, le Niger, le Tchad et le nord du Cameroun

La plupart des pays de la région ont subi un nombre croissant de décès parmi les civils, les militaires, les djihadistes et les groupes communaux.

" La recrudescence des attaques est attribuable à la capacité croissante du JNIM et de l'ISGS, en particulier à leur aptitude à semer des divisions entre les communautés sahéliennes ", explique Judd Devermont, directeur du programme Afrique au Centre d'études stratégiques et internationales (CSIS).

"Ils sont également capables d'exploiter les erreurs des gouvernements régionaux, notamment les violations des droits de l'homme et l'absence d'investissement dans ces communautés vulnérables ", dit-il.

Le Burkina Faso - un pays auparavant moins sujet aux attaques des djihadistes - a connu une recrudescence du militantisme.

Une partie de cette augmentation peut être attribuée à un débordement de groupes djihadistes du Mali vers les pays voisins, bien que ce ne soit pas toute l'histoire.

Lire aussi :

"Le Mali reste l'épicentre de la violence au Sahel, mais celle-ci s'étend aussi au Burkina Faso et au Niger", explique Flore Berger, de l'Institut international d'études stratégiques.

" Les groupes militants sont bien équipés et lors de la récente attaque à Indelimane, au Niger, plusieurs centaines de militants ont attaqué avec des obus d'artillerie et des véhicules kamikazes, tuant 71 soldats nigériens ".

L'insécurité croissante est également liée à la violence des groupes communautaires à base ethnique, dont certains ont formé des milices d'autodéfense contre les militants djihadistes, créant un dangereux cycle de violence encouragé par des griefs locaux de longue date.

Les analystes de la sécurité attribuent également les activités extrémistes naissantes au racket illicite, comme le trafic d'armes, de drogues, d'or et de carburant.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le président français Emmanuel Macron et le président malien Ibrahim Boubacar Keita avec des soldats maliens

Qui opère dans la région du Sahel ?

Il y a actuellement plus de 4 500 soldats français basés dans la région, la plus grande opération française d'outre-mer.

L'ONU dispose de plus de 15 000 personnes au Mali, dans le cadre d'une opération appelée Minusma.

Les États-Unis apportent également un soutien militaire dans la région, un déploiement qui a été mis en lumière en 2017 lorsque des soldats nigérians et américains ont été tués par des militants de l'État islamique.

Lire aussi :

Les analystes de la sécurité et les militaires français affirment que les efforts de lutte contre l'insurrection doivent être accompagnés d'un processus politique plus fort.

"Les forces françaises ont toujours souhaité que le Mali prenne plus de responsabilités et que l'ONU soit plus efficace dans la mise en œuvre du processus de paix ", déclare Mme Berger.

Le nombre de personnes déplacées à l'intérieur du pays continue d'augmenter dans toute la région, beaucoup d'entre elles se déplaçant maintenant dans les grandes villes pour éviter le conflit.

Media playback is unsupported on your device
La mission la plus périlleuse au monde