31 femmes tuées dans une attaque djihadiste au Burkina Faso

Un soldat de l'armée du Burkina Faso en patrouille dans la province du Soum. Copyright de l’image AFP/Getty Images
Image caption Les forces de sécurité au Burkina Faso luttent contre les djihadistes depuis des années

Des militants islamistes présumés ont tué 35 civils, dont 31 femmes, lors d'une attaque mardi contre une base militaire à Arbinda, dans le nord de la province du Soum.

Selon les autorités, sept soldats et 80 militants djihadistes ont également été tués alors que l'armée repoussait l'attaque.

Le président Roch Marc Christian Kaboré a déclaré deux jours de deuil national.

Lire aussi :

Les groupes djihadistes ont intensifié les attaques au Burkina Faso et dans d'autres pays d'Afrique de l'Ouest, ces dernières années.

La violence s'est poursuivie malgré les efforts de l'Occident d'aider les gouvernements régionaux à combattre les insurgés.

En novembre dernier, 13 soldats français sont morts dans une collision d'hélicoptères lors d'une opération dans le sud du Mali, près de la frontière avec le Burkina Faso.

Le week-end dernier, le Président français Emmanuel Macron a mis en exergue la lutte contre les militants dans la région du Sahel lors d'une visite au Niger.

"Les semaines à venir sont absolument décisives pour notre lutte contre le terrorisme", a-t-il déclaré.

L'attaque de mardi a été menée par des dizaines de combattants à moto et a duré plusieurs heures.

Aucun groupe n'a jusqu'à présent déclaré être derrière elle, mais des groupes alliés à Al-Qaïda ou à l'Etat islamique sont actifs dans la région.

Lire aussi :

Ecouter :

Media playback is unsupported on your device
Burkina Faso " Les groupes djihadistes s’appuient sur des groupes de délinquants locaux "

"Cette attaque barbare a fait 35 victimes civiles, pour la plupart des femmes", a déclaré le président Kaboré dans un communiqué. Il a également salué "l'action héroïque " des soldats qui ont combattu les assaillants.

Au début de ce mois, au moins 14 personnes ont été tuées après que des hommes armés ont ouvert le feu à l'intérieur d'une église dans l'est du pays.

Le Burkina Faso, un pays à prédominance musulmane, était autrefois relativement stable, mais il a connu de graves troubles depuis 2015. Environ 700 personnes ont été tuées et 560 000 ont été déplacées.

Le conflit s'est étendu au-delà de la frontière du Mali voisin, où des militants islamistes ont pris le contrôle du nord du pays en 2012 avant que les troupes françaises ne les chassent.

Regarder :

Media playback is unsupported on your device
L'armée française libère 4 otages au Burkina

Lire plus