Lettre d'Afrique: Le code de la route de la Gambie

Une voiture qui s'est renversée après un excès de vitesse en Gambie

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Une voiture qui s'est renversée après un excès de vitesse en Gambie

Dans notre série de lettres de journalistes africains, l'écrivain sierra-léonais-gambien Ade Daramy, qui a déménagé pour vivre en Gambie au début de cette année, attache sa ceinture de sécurité.

Lors d'un déménagement dans un nouveau pays, il y a beaucoup de choses à considérer, notamment apprendre la langue locale vous aide toujours à vous déplacer.

Mais si vous êtes chauffeur, il est indispensable d'apprendre la " culture de la route ".

Après six mois en Gambie, je suis retourné au Royaume-Uni pour une visite et je me suis senti étrangement désorienté, mais je ne comprenais pas pourquoi.

Ce n'est qu'au quatrième jour, lorsque j'ai entendu un "beeeeep" solitaire alors que je marchais, que je me suis exclamé : "C'est ce qui manque". C'était les klaxons de la voiture.

En Gambie, une symphonie de cacophonie est si omniprésente qu'un intervalle de quatre secondes serait considéré comme une éternité.

Lire aussi:

Comme vous pouvez l'imaginer, entendre un son de corne à une telle fréquence indique que les Gambiens ont trouvé de nombreuses utilisations du klaxon.

Il s'agit notamment de saluer des amis, en espérant que les amis dans une foule de centaines de personnes sachent que c'est eux qu'on salue.

Et puis il y a le klaxon pour avertir les piétons: "Ne vous avisez pas de traverser la route".

Les conducteurs jugent qu'il est malsain de laisser quelqu'un traverser et j'ai été surpris que la Gambie n'ait pas produit plus de sprinters de classe mondiale - car le sprint est le seul moyen de se rendre de l'autre côté de la route.

En fait, vous vous faites klaxonner par d'autres conducteurs lorsque vous cédez le passage à un piéton.

Lire aussi:

On entend rarement un klaxon courtois. J'ai essayé, sans succès, de savoir si c'est un délit de permettre à d'autres voitures de se garer devant vous.

En fait, de nombreux conducteurs semblent préférer se coller contre une autre voiture plutôt que de la laisser partir.

Cela est confirmé par le fait que j'ai été témoin du résultat d'un accident par jour depuis janvier, juste dans la petite région où je vis et travaille.

Les meilleurs conseils

Donc, si vous voyagez en Gambie, voici quelques points à surveiller:

  • S'arrêter à un feu rouge: obligatoire dans la plupart des pays, il semble être facultatif ici - et ceux d'entre nous qui ont trop peur pour prendre le volant risquent d'être soit poussés par le klaxon, soit dépassés par un flot continu de pilotes de Formule 1.
  • Conduite sur l'axe central: Cela se produit lorsqu'une voiture lente est devant, le véhicule derrière sera en mode de dépassement permanent bien que, pour être honnête, les seules personnes qui conduisent lentement sont les nouveaux arrivants au pays ou ceux qui ont un problème sérieux avec leur véhicule. Cet excès de vitesse est assez ironique, car personne n'arrive à l'heure à ses rendez-vous, jamais. C'est un pays où une montre-bracelet n'est qu'un bijou de main.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Il est courant de voir des véhicules circuler sur les trottoirs

  • Passages piétons : il est tout à fait normal de voir des gens dépasser aux passages piétons. Devant les sorties d'écoles, des policiers doivent être postés pour obliger les conducteurs à s'arrêter.
  • Les conducteurs au téléphone : la plupart des gens ont deux téléphones portables, et beaucoup en ont trois. Les passagers me lancent souvent des regards bizarres quand je laisse le mien sans réponse parce que je conduis.
  • Les feux de voiture "facultatifs" : Sur mon trajet de nuit pour rentrer chez moi, soit un trajet de 4,8 km (3 milles), je peux vous garantir que je depasserai entre 20 et 25 véhicules avec un feu ou aucun feu. Même s'ils passent devant cinq postes de contrôle de police, ils ne seront jamais arrêtés pour cela.
  • Il n'y a pas de surcharge : Le seul cas où cela entre en considération pour les véhicules commerciaux est s'ils ne peuvent pas bouger. Le seul exemple qui a réussi, c'est lorsqu'un taxi, déjà plein, m'a dépassé et s'est arrêté devant pour laisser le passager suivant monter dans le coffre, me donnant ainsi le temps de prendre une photo.

Crédit photo, Ade Daramy

Légende image,

Les piétons regardaient quelqu'un monter dans le coffre du taxi

  • Les "voies" à l'heure de pointe : si vous vous trouvez pris dans le trafic à l'heure de pointe du matin, vous conduisez simplement sur le trottoir ou sur la voie opposée si elle est libre. De plus, si vous êtes dans la circulation et qu'une ambulance arrive avec des sirènes hurlantes, faites attention à ceux qui se glissent derrière elle.

Crédit photo, Ade Daramy

Légende image,

Certains conducteurs n'ont aucun scrupule à utiliser la voie prévue pour la circulation en sens inverse

  • Les SUV ne suivent aucune règle: Si vous avez un de ces véhicules, tout ce que vous avez à faire le matin, c'est d'allumer vos feux de détresse et de conduire du côté opposé de la route en forçant ceux qui ont la priorité de passage à céder le passage - créant ainsi l'impression que vous êtes quelqu'un d'important et encore plus pressé que les autres.
  • Aucune voiture n'est trop vieille: il y a beaucoup de véhicules qui labourent les routes ici et qui seraient jetés dans un parc à ferraille et beaucoup d'autres qui ont arrêté leur production il y a des décennies. Parfois, on roule en se demandant s'il y a un feu quelque part. Environ 20 % des véhicules dégagent une épaisse fumée noire ou blanche. Personne ne s'y oppose. Il y en a trop.
  • Des véhicules qui bloquent les carrefours: c'est tout à fait acceptable et c'est quelque chose que vous verrez tous les jours.

Surtout, n'oubliez pas, lorsque vous montez dans votre voiture, de laisser vos bonnes manières à la maison comme tout le monde semble le faire.

Lire aussi: