Le gouvernement libyen d'union nationale se retire des pourparlers de Genève

Fayez al-Sarraj , Giuseppe Conte, Ghassan Salame lors de la Conférence pour la Libye à la Villa Igiea le 13 novembre 2018 en Italie Copyright de l’image Getty Images
Image caption Fayez al-Sarraj , Giuseppe Conte, Ghassan Salame lors de la Conférence pour la Libye à la Villa Igiea le 13 novembre 2018 en Italie

Le gouvernement libyen d'union nationale (GNA), basé dans la capitale et reconnu par l'ONU, a annoncé dans la nuit de mardi à mercredi la suspension de sa participation aux travaux d'une commission conjointe militaire à Genève, sous l'égide de l'ONU.

Une décision qui fait suite aux violations répétées de la trêve.

"Nous annonçons la suspension de notre participation aux pourparlers militaires qui se déroulent à Genève jusqu'à ce que des positions fermes ne soient adoptées à l'encontre de l'agresseur (Khalifa Haftar) et ses violations" de la trêve, a indiqué le GNA dans un communiqué.

Confirmée lors du sommet international du 19 janvier à Berlin, cette commission militaire conjointe est composée selon le format dit "5+5", avec cinq membres représentant le GNA et cinq autres le maréchal Khalifa Haftar, dont les forces tentent de s'emparer de Tripoli depuis avril dernier.

Mardi en début d'après-midi, le port maritime de Tripoli et al-Chaab, un port secondaire, ont été la cible de plus de 15 roquettes, malgré l'entrée en vigueur en janvier d'un cessez-le-feu peu respecté par les forces en conflit en Libye.

Selon Amin al-Hachemi, porte-parole du ministère de la Santé, trois civils ont été tués et cinq autres blessés.

La Libye perd près d'un milliard de dollars de recettes pétrolières

Macron accuse Erdogan "d'ingérence" en Libye

Selon le GNA, Khalifa Haftar tente, en vain, de créer un état de confusion pour déstabiliser" la population.

En outre, le GNA a condamné les "violations commises avant et pendant la trêve", les qualifiant de "crimes de guerre documentés", nécessitant "des mandats d'arrêt" internationaux.

Il a dénoncé "le mépris continu" de la résolution du conseil de sécurité, adoptée la semaine dernière, et des décisions du sommet international de Berlin.

Les belligérants libyens ont entamé mardi une nouvelle série de pourparlers militaires indirects, en présence de l'émissaire des Nations unies pour la Libye, Ghassan Salamé.

Il a invité les pays à aider les Nations unies à contrôler le respect de l'embargo sur les livraisons d'armes dans ce pays, au lendemain d'un accord européen sur le sujet.

Sur le même sujet

Lire plus