Des funérailles militaires pour Hosni Moubarak en Egypte

Des militaires égyptiens saluent une calèche transportant le cercueil d'Hosni Moubarak à la mosquée Tantawi du Caire (26 février 2020) Copyright de l’image EPA
Image caption Le président de l'Egypte a rendu hommage au Hosni Moubarak lors de ses funérailles

Des funérailles militaires ont eu lieu en Egypte pour l'ancien président Hosni Moubarak, décédé mardi à l'âge de 91 ans.

Le président actuel, Abdul Fattah al-Sisi, a marché aux côtés des fils de Moubarak, Alaa et Gamal, dans une procession derrière son cercueil, alors qu'il était conduit à la mosquée du maréchal Tantawi au Caire.

Le gouvernement a déclaré trois jours de deuil national.

Moubarak a été forcé de quitter le pouvoir par un soulèvement populaire du Printemps arabe en 2011, après 30 ans au pouvoir.

A lire aussi

Qui était Hosni Moubarak, l'ancien président égyptien ?

Egypte : Hosni Moubarak libéré

Egypte: Hosni Moubarak libre

Il a passé les six années suivantes en prison ou dans des hôpitaux militaires tout en étant jugé pour diverses accusations.

En 2012, Moubarak a été condamné à la prison à vie après avoir été reconnu coupable de complicité dans le meurtre de manifestants pendant le soulèvement. Mais il a finalement été innocenté en appel.

Il a également été condamné à une peine de trois ans de prison pour détournement de fonds publics.

Les médias d'État ont rapporté qu'il était mort dans un hôpital du Caire après avoir subi une opération chirurgicale.

Les Egyptiens divisés sur l'héritage de Moubarak

Par Sally Nabil, BBC News, Le Caire

Copyright de l’image EPA
Image caption Des partisans de Hosni Moubarak réunis devant la mosquée Tantawi

Des dizaines de partisans d'Hosni Moubarak, dont beaucoup étaient vêtus de noir, se sont rassemblés devant la mosquée où les funérailles ont eu lieu. Ils tenaient des pancartes exprimant leur gratitude pour le "plus grand leader" d'Egypte.

La stabilité était le mot d'ordre de Moubarak. Il était fier de garder tout sous contrôle pendant son long règne autocratique. Mais cela a eu un prix énorme, selon ses détracteurs.

Les Égyptiens qui ont participé à la révolution de 2011 disent qu'il était un dictateur corrompu. Ils le tiennent pour responsable des problèmes dont souffre l'Egypte en ce moment.

Certaines personnes sur les médias sociaux ont demandé pourquoi Moubarak a eu droit à de telles funérailles alors qu'il avait été condamné pour corruption.

Ils ont également comparé son traitement à celui de son successeur évincé, Mohammed Morsi, qui est mort l'année dernière alors qu'il était au tribunal et a été enterré pendant la nuit en présence de quelques membres de sa famille seulement.

Morsi était cependant islamiste, tandis que Moubarak appartenait à l'armée - une institution qui a dominé la scène politique égyptienne pendant plus de six décennies.

Si certains Égyptiens considèrent Moubarak comme une figure du passé, un nombre considérable de personnes pensent que l'époque où il était au pouvoir était meilleure que celle d'aujourd'hui.

Ils disent qu'il a laissé un petit espace pour la liberté d'expression, contrairement au président actuel.

Media playback is unsupported on your device
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak quitte la prison

Le président Sisi a exprimé ses "profondes condoléances" à la famille de Moubarak.

Une déclaration a rendu hommage à son service militaire pendant la guerre israélo-arabe de 1973. Mais il n'a pas mentionné son temps de présidence.

"[Il était] l'un des héros de la glorieuse guerre d'octobre, lorsqu'il a dirigé l'armée de l'air pendant la guerre qui a rendu sa dignité et sa fierté à la nation arabe", a-t-il déclaré.

M. Sisi a été le chef du renseignement militaire de Moubarak et a dirigé le renversement par l'armée de son successeur démocratiquement élu, Mohammed Morsi, en 2013.

Depuis lors, il a supervisé une répression sans précédent de la dissidence, au cours de laquelle des dizaines de milliers de personnes auraient été détenues, des centaines auraient été condamnées à mort et des centaines d'autres auraient disparu.

Copyright de l’image AFP
Image caption Le président Abdul Fattah al-Sisi (C) et d'autres personnalités

Sur le même sujet