Coronavirus : quelles sont les fausses nouvelles en Afrique?

  • Par Reality Check team
  • BBC News
Une femme prend la température d'un enfant à l'aéroport de Lagos, au Nigeria

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Actuellement, 33 des 47 pays d'Afrique subsaharienne disposent d'installations de test, contre deux seulement en janvier

Alors que les cas de coronavirus augmentent dans le monde entier, une vague d'informations fausses ou trompeuses a également s'est également répandue.

Il y a eu relativement peu de cas confirmés de ce virus en Afrique jusqu'à présent, mais les autorités de certains pays du continent doivent encore faire face à une vague de désinformation.

1 - Non, vous n'avez pas besoin de vous raser la barbe pour vous protéger contre le virus

Un vieux graphique créé par les autorités sanitaires américaines sur les poils du visage et les masques respirateurs a été utilisé à tort pour suggérer aux hommes de se raser la barbe pour éviter d'attraper le coronavirus.

Le titre du journal nigérian Punch disait "pour être à l'abri du coronavirus, rasez votre barbe", avertit le CDC.

L'image du Centre américain de contrôle des maladies (CDC) montre des dizaines d'exemples de poils sur le visage et ce qu'il faut éviter lorsqu'on porte un masque respiratoire.

Les barbes telles que les moustaches latérales et le Zappa sont approuvées, mais le Garibaldi et le French Fork peuvent interférer avec la valve et empêcher le bon fonctionnement du respirateur.

Pour en savoir plus sur le coronavirus

Le graphisme est authentique - mais il a été créé en 2017 (bien avant l'épidémie de coronavirus) pour les travailleurs qui portent des respirateurs bien ajustés.

Contrairement à ce qui a été rapporté, le CDC ne l'a pas publié récemment et il ne recommande pas aux gens de se raser la barbe.

Des titres similaires sont apparus dans d'autres pays, générant des milliers d'actions.

L'agence de presse australienne 7News a postée sur Twitter : "Comment votre barbe peut sans le savoir augmenter votre risque de coronavirus".

Les conseils de santé actuels sont que si les masques sont utiles au personnel médical des hôpitaux, "il y a très peu de preuves d'un bénéfice généralisé pour les membres du public".

2 - Un prédicateur nigérian lutte contre le coronavirus

Un prédicateur évangélique qui prétend pouvoir guérir le virus a également fait l'objet d'une fake news.

Des allégations sur David Kingleo Elijah, de l'église du Mont Glorieux de la Possibilité, ont commencé à se répandre en ligne après qu'une vidéo de lui disant qu'il se rendrait en Chine pour "détruire" le virus ait été mise en ligne sur YouTube et partagée sur d'autres plateformes.

"Je vais prophétiquement détruire le coronavirus. Je vais en Chine, je veux détruire le coronavirus", dit-il dans la vidéo.

Quelques jours plus tard, des informations sont apparues sur des blogs, alléguant qu'il avait voyagé en Chine mais avait été admis à l'hôpital après avoir contracté le virus. Les blogs font référence au pasteur sous un autre nom - Elija Emeka Chibuke.

La photo utilisée pour le montrer à l'hôpital est en fait une photo d'Adeshina Adesanya, un acteur nigérian connu sous le nom de Pasteur Ajidara, qui est mort à l'hôpital en 2017.

3 - Faux posts sur un chauffeur de taxi

Une histoire sur le chauffeur nigérian d'un homme atteint d'un coronavirus a été publiée sur les médias sociaux et partagée par les utilisateurs de WhatsApp - mais elle est fausse.

Selon le message, le chauffeur de taxi a conduit un "homme blanc" diagnostiqué avec un coronavirus à un endroit qui a été mis en quarantaine. Le gouvernement de l'État d'Ogun a alors dit au chauffeur d'aller à l'hôpital.

On a prétendu que le chauffeur avait alors été testé positif au coronavirus - mais il s'est échappé de l'hôpital et a menacé de propager le virus à moins que sa famille ne soit payée 100 millions de nairas (274 000 dollars).

L'information a été rejetée par les autorités.

Le gouvernement de l'État d'Ogun a rejeté cette prétendue "demande de rançon" dans une déclaration, affirmant qu'aucun patient ne s'était échappé du centre d'isolement.

Le post original est apparu sur un faux compte du réseau privé Africa Independent Television (AIT), qui a publié une déclaration disant que la page n'était pas sa page Facebook officielle.

Il comprenait une photo du chauffeur et le nommait Adewale Isaac Olorogun. Cependant, exactement la même photo est apparue dans un article de Buzzfeed sur la Libye et sous un nom complètement différent - Jude Ikuenobe.

M. Ikuenobe a indiqué à Yemisi Adegoke de la BBC qu'il avait été choqué d'apprendre qu'il avait été désigné dans des posts et qu'il avait été bouleversé par certains des commentaires qui contenaient des menaces violentes à son encontre.

"Je ne me déplace plus tout seul. Depuis que le message est devenu viral, il n'a pas été facile pour moi de faire face à la situation".

Le premier cas de coronavirus confirmé au Nigeria et en Afrique subsaharienne est celui d'un Italien qui s'est envolé pour Lagos le 25 février.

Les autorités affirment avoir contacté une centaine de personnes qui auraient pu être en contact avec lui.

4 - Une session de formation au Kenya suscite l'inquiétude

Au Kenya, le gouvernement a dû publier une déclaration dénonçant les "fausses nouvelles" sur le coronavirus, qui comprend un enregistrement audio, diffusé sur WhatsApp, prétendant être un point de presse officiel sur le virus.

L'enregistrement indique qu'il y a eu 63 cas dans le pays, ce qui n'est pas vrai. Il n'y a actuellement aucun cas confirmé au Kenya.

Le ministère de la santé a déclaré qu'il avait participé à un exercice de formation en communication mais n'a pas expliqué comment il avait été rendu public.

En vertu d'une loi existante, les Kenyans risquent une amende de 50 000 dollars ou une peine de deux ans de prison pour avoir publié ou partagé de fausses nouvelles sur une épidémie.

5 - Les prétendus médicaments

Crédit photo, Getty Images

Au Nigeria, un prédicateur a posté une vidéo et une affiche affirmant que la soupe au poivre est un remède contre le coronavirus. Cette affirmation a également été diffusée sur WhatsApp.

Il n'existe pas de remède ou de traitement spécifique pour le coronavirus et l'allégation donne peu de détails sur les propriétés médicinales de la soupe au poivre - un plat traditionnel nigérian épicé.

L'OMS affirme que l'épidémie a provoqué une "infodémie" d'informations fausses et trompeuses.

Au Cap-Vert, la minuscule nation lusophone d'Afrique de l'Ouest, un post a été diffusé sur les médias sociaux affirmant qu'un médecin brésilien avait recommandé le thé au fenouil comme remède contre le coronavirus. Cela a provoqué une ruée vers cette herbe sur les marchés locaux, a rapporté l'AFP.

Le ministère brésilien de la santé a averti les gens de ne pas partager un article suggérant le fenouil comme remède contre le coronavirus.

L'Organisation mondiale de la santé affirme que le lavage des mains complet et régulier est crucial dans la lutte pour éviter l'infection.