Génocide au Rwanda : "Je suis une mère, j'ai tué les parents de certains enfants"

Genocide Copyright de l’image NATALIA OJEWSKA

Des dizaines de milliers de femmes ont participé au génocide de 1994 au Rwanda, mais leur rôle est rarement évoqué et la réconciliation avec leur famille est difficile. La journaliste Natalia Ojewska s'est entretenue avec certaines femmes en prison.

Ce qui a commencé comme un banal voyage pour aller chercher de l'eau pour le petit déjeuner s'est terminé par le meurtre de Fortunate Mukankuranga.

Vêtue d'un uniforme de prisonnier orange et parlant d'une voix calme et atténuée, elle se souvient des événements du matin du dimanche 10 avril 1994.

En chemin, elle est tombée sur un groupe d'agresseurs qui battaient deux hommes au milieu de la rue.

Quand ils sont tombés par terre, j'ai pris un bâton et j'ai dit : "Les Tutsis doivent mourir ! Puis j'ai frappé l'un d'eux et l'autre... J'étais l'un des tueurs", dit la septuagénaire.

Hantée par les meurtres

Il s'agit de deux des 800 000 meurtres de Tutsis ethniques et de Hutus modérés qui ont eu lieu pendant 100 jours.

Après sa participation au massacre, Mukankuranga, une Hutue, est retournée chez elle auprès de ses sept enfants en éprouvant une profonde honte. Les flashbacks de la scène du crime n'ont cessé de la hanter.

"Je suis une mère. J'ai tué les parents de certains enfants", dit-elle.

Media playback is unsupported on your device
Voici comment une émission de la BBC a réuni des familles rwandaises il y a 25 ans.

Quelques jours plus tard, deux enfants tutsis terrifiés, dont les parents venaient d'être massacrés à la machette, ont frappé à sa porte pour demander refuge.

Une vague de culpabilité

Elle n'a pas hésité et les a cachés dans le grenier, où ils ont survécu aux massacres.

"Même si j'ai sauvé les enfants, j'ai échoué avec ces deux hommes. Cette aide n'inversera jamais le courant de la culpabilité", dit Mukankuranga.

Elle fait partie des quelque 96 000 femmes condamnées pour leur implication dans le génocide - certaines ont tué des adultes, comme Mukankuranga, d'autres des enfants, et d'autres encore ont incité des hommes à commettre des viols et des meurtres.

Le soir du 6 avril 1994, un avion transportant le président hutu du Rwanda, Juvenal Habyarimana, a été abattu alors qu'il approchait de l'aéroport de la capitale, Kigali.

Media playback is unsupported on your device
Le récit d'une survivante du génocide du Rwanda

Bien que l'identité des assassins n'ait jamais été établie, les extrémistes hutus ont immédiatement accusé les rebelles tutsis d'avoir perpétré l'attaque. En quelques heures, des milliers de Hutus, endoctrinés par des décennies de propagande ethnique haineuse, se sont joints à l'assassinat bien organisé.

La participation des femmes remet en question le stéréotype du Rwanda qui considère les femmes comme des protectrices et des pourvoyeuses d'une voix apaisante.

"Il est très difficile de comprendre comment une mère qui aime ses enfants peut aller chez ses voisins pour tuer leurs enfants", explique Regine Abanyuze, qui travaille pour Never Again, une organisation non gouvernementale qui promeut la paix et la réconciliation.

Pourtant, une fois que l'étincelle des atrocités a été allumée, des milliers de femmes ont agi comme des agents de violence aux côtés des hommes.

Copyright de l’image NATALIA OJEWSKA
Image caption En prison, les femmes ont le temps d'avouer et d'essayer de se réconcilier avec les victimes

Pauline Nyiramasuhuko, ancienne ministre de la Famille et de la Promotion de la Femme, est l'une des rares femmes rwandaises à avoir pris une position de leader puissant sur la scène politique dominée par les hommes. Elle a joué un rôle essentiel dans l'orchestration du génocide.

En 2011, le Tribunal pénal international pour le Rwanda l'a reconnue coupable de génocide. Elle reste la seule femme à avoir été condamnée pour viol en tant que crime contre l'humanité.

Media playback is unsupported on your device
Au Rwanda, la victime qui a pardonné à son boureau

Nyiramasuhuko portait la responsabilité du commandement des miliciens qui ont violé des femmes tutsies à la préfecture de Butare.

Mais alors qu'elle était assise au sommet, certaines femmes rwandaises ordinaires incitaient également des hommes. D'autres n'hésitaient pas à utiliser toutes les armes disponibles pour massacrer leurs voisins.

Il n'existe pas de programmes de réhabilitation distincts pour les femmes génocidaires et beaucoup d'entre elles ont du mal à concilier ce qu'elles ont fait avec les perceptions traditionnelles du rôle de la femme.

Deux visions d'un massacre

Copyright de l’image NATALIA OJEWSKA
Image caption Martha Mukamushinzimana dit qu'elle ne faisait que suivre les ordres

Martha Mukamushinzimana est une mère de cinq enfants, qui a secrètement porté le fardeau de son crime pendant 15 ans, avant de décider de se dénoncer aux autorités judiciaires en 2009, car elle ne pouvait plus vivre avec le fardeau de ses crimes.

Se définissant à travers le prisme de la maternité, beaucoup sont trop accablées par la honte pour admettre face à leurs proches qu'elles ont échoué à protéger la vie.

"Le temps est le principal outil de réhabilitation que nous utilisons. Nous voulons leur donner autant de temps que nécessaire pour les écouter et les amener lentement jusqu'à la confession", déclare Grace Ndawanyi, directrice de la prison pour femmes de Ngoma, dans la province orientale du Rwanda.

"Comme ma maison était située près de la route principale, j'ai entendu tous les sifflements et j'ai vu mes voisins tutsis être rassemblés et emmenés à l'église", dit Mukamushinzimana, assise dans une petite salle de prison vide et pleurant parfois.

Lire aussi

Des milliers de Tutsis, entassés dans et autour de l'église catholique de la paroisse de Nyamasheke, ont lutté pour leur vie pendant une semaine. Stanislus Kayitera, qui a maintenant 53 ans, est l'un des rares survivants. Son avant-bras porte une large et irrégulière cicatrice due à des éclats de grenade.

"Je me souviens de femmes qui ramassaient des pierres et les donnaient aux hommes, qui les lançaient sur nous. Les hommes aussi tiraient, lançaient des grenades et versaient du carburant sur les gens, puis les mettaient en feu".

"Ensuite, ils ont pris d'assaut l'église et ont commencé à nous tuer à coups de matraque", raconte M. Kayitera, qui a survécu en se cachant sous les cadavres".

Mukamushinzimana dit qu'elle s'est sentie obligée de suivre les ordres.

"J'ai pris mon bébé sur le dos et j'ai rejoint le groupe qui ramassait les pierres utilisées pour tuer les gens qui se cachaient à l'église", dit Mukamushinzimana, qui avait accouché deux semaines plus tôt.

Copyright de l’image NATALIA OJEWSKA
Image caption L'objectif est de réintégrer les auteurs dans la société

Lorsqu'elle a été emprisonnée en 2009, aucun de ses proches n'était prêt à s'occuper de ses cinq enfants.

"Le génocide est un crime contre des communautés entières. Il porte atteinte non seulement à la dignité des victimes, mais aussi à celle des auteurs. Et ces personnes ont également besoin de guérison", déclare Fidele Ndayisaba, secrétaire exécutif de la Commission nationale pour l'unité et la réconciliation du Rwanda.

Les femmes génocidaires qui ont révélé la vérité sont encouragées à écrire des lettres à leurs familles et aux proches de leurs victimes afin de regagner peu à peu la confiance perdue.

Une fois libérées de prison, les femmes génocidaires sont confrontées à des défis très différents des hommes sur le chemin de la réinsertion.

Media playback is unsupported on your device
Rwanda: le génocide enseigné à l'école

Certains de leurs maris se sont remariés et les ont déshéritées. Leur communauté d'origine ne les accueille pas et elles luttent contre le rejet de leur famille la plus proche.

Mais on insiste beaucoup sur le fait que la guérison prend du temps et certains prisonniers sont encore réticents à rejeter l'idéologie de la haine ethnique.

"Oui, il y a des gens qui nient leurs crimes. Ce sont les plus durs, mais leur nombre est en baisse", explique M. Ndayisaba.

Je n'ai pas pu retenir mes larmes

La malheureuse Mukankuranga n'a trouvé le courage d'avouer ses crimes que quatre ans après sa condamnation en 2007.

Elle se souvient avoir été nerveuse avant de demander pardon au fils d'une de ses victimes.

Contre toute attente, "il était heureux et enthousiaste lorsqu'il m'a rencontrée et je n'ai pas pu retenir mes larmes en l'embrassant", dit-elle.

Mukankuranga envisage maintenant l'avenir avec prudence, espérant qu'elle pourra renouer les liens fragiles avec ses proches.

"Quand je rentrerai chez moi, je vivrai en paix avec ma famille et je serai plus aimante et plus attentionnée envers les gens. Je paie maintenant les conséquences de mon crime. Je n'étais pas censée être en prison en tant que mère", ajoute-t-elle.

Lire plus