Niger : Enquête sur le meurtre de huit personnes dont six Français et deux Nigériens

Des girafes au Niger

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Malgré les dangers, les touristes se rendent à Kouré pour voir les seules girafes qui restent en Afrique de l'Ouest

Une enquête a été ouverte au Niger sur le meurtre de huit personnes samedi dans un parc animalier de la région de Koure dans le sud-est de Niamey, la capitale nigérienne.

Six citoyens français, dont des salariés de l'ONG française Acted, leur chauffeur et un guide touristique, tous deux Nigériens, ont été tués dans cette attaque.

Selon le ministère de l'Intérieur, des opérations de ratissage ont été lancées par l'armée nigérienne en collaboration avec l'armée française.

M. Macron, le president francais a qualifié l'attaque de "lâche", selon l'Agence France Presse.

Les hommes armés sont arrivés à moto et ont ouvert le feu, a déclaré à l'AFP le gouverneur de la région de Tillabéri, Tidjani Ibrahim, à l'agence de presse française.

A lire aussi :

Ils se trouvaient dans la région de Koure qui attire les touristes qui veulent voir les derniers troupeaux de girafes en Afrique de l'Ouest.

Les auteurs de cette attaque ne sont pas connus pour le moment.

Recrudescence de violence

Des correspondants affirment que l'attaque a probablement été menée par des djihadistes qui sont devenus de plus en plus actifs au Niger et traversent les frontières du Mali, du Burkina Faso et du Nigéria.

Le gouvernement français met en garde contre les voyages dans de grandes parties de l'ancienne colonie française en dehors de la capitale Niamey.

Des groupes militants, dont Boko Haram, opèrent dans la région et la violence des groupes liés à Al-Qaïda et à l'État islamique est en hausse dans la région du Sahel.

Malgré cela, les touristes continuent de venir voir les girafes du Niger, une sous-espèce qui se distingue par sa couleur plus claire. Elles se sont installées dans la région il y a environ 20 ans et ont été largement protégées contre les braconniers.

Dix travailleurs humanitaires ont été enlevés en juin.