Marée noire sur l'île Maurice : les habitants mobilisés pour contenir les dégâts environnementaux

Les habitants s'appliquent tresser des barrages flottants en chanvre et en tissu afin de contenir et d'absorber la nappe de carburant qui s'échappe du navire.

Crédit photo, EPA

Légende image,

Les habitants s'appliquent à tresser des barrages flottants en chanvre et en tissu afin de contenir et d'absorber la nappe de carburant qui s'échappe du navire.

Tandis que l'Ile Maurice est menacée par une marée noire, des habitants se sont mobilisés dimanche pour protéger les côtes de la pollution pétrolière provoquée par des fuites de carburant transporté par un navire.

Le MV Wakashio, qui aurait transporté 4 000 tonnes de carburant, s'est échoué sur un récif de corail au large de l'île de l'océan Indien le 25 juillet.

Les habitants s'appliquent à tresser des barrages flottants en chanvre et en tissu afin de contenir et d'absorber la nappe de carburant qui s'échappe du navire.

L'île Maurice abrite des récifs coralliens de renommée mondiale et le tourisme est un élément crucial de son économie.

Les images publiées en ligne par les médias locaux montrent des volontaires collectant de la paille dans les champs et remplissant des sacs pour faire barrière.

D'autres ont tenté de ramasser dans des seaux les produits échappés du navire pour contribuer à l'effort d'assainissement des plages de l'île.

Leurs actions vont à l'encontre d'un ordre du gouvernement demandant aux gens de laisser les autorités locales se charger du nettoyage.

A voir aussi :

Légende vidéo,

Faire face à la pollution en période de pandémie

"Les gens ont compris qu'ils devaient prendre les choses en main. Nous sommes ici pour protéger notre faune et notre flore", a déclaré l'activiste environnemental Ashok Subron à l'Agence France Presse (AFP).

Mitsui OSK Lines, l'exploitant du navire, a déclaré qu'il avait essayé de placer ses propres barrages de confinement autour du navire mais n'avait pas réussi en raison de la mer agitée.

Les hélicoptères tentent de déplacer une partie du carburant et du diesel hors du navire.

Crédit photo, Reuben Pillay/ReubsVision.mu

Légende image,

Au moins 1 000 tonnes de pétrole se seraient infiltrées dans les eaux entourant l'île.

On estime que le vraquier, immatriculé au Panama, avait à bord quelque 4 000 tonnes de carburant lorsqu'il s'est échoué. Tout l'équipage a été évacué.

Au moins 1 000 tonnes de pétrole se seraient infiltrées dans les eaux entourant l'île.

Les écologistes s'inquiètent de l'impact sur l'écosystème des eaux protégées de l'Île Maurice.

A lire aussi :

'Des conséquences désastreuses pour l'économie, la sécurité alimentaire et la santé de Maurice".

Le MV Wakashio s'est échoué à Pointe d'Esny, un sanctuaire connu pour sa faune rare situé à courte distance de l'aéroport international de Maurice.

La zone contient également des zones humides désignées comme site d'importance internationale par la convention Ramsar sur les zones humides.

Happy Khamule de Greenpeace Afrique a averti que "des milliers" d'espèces animales "risquaient de se noyer dans une mer de pollution, avec des conséquences désastreuses pour l'économie, la sécurité alimentaire et la santé de Maurice".

Crédit photo, Maxar Technologies/Reuters

Légende image,

Des images satellite montrent l'impact

Lors d'une conférence de presse, Akihiko Ono, vice-président exécutif de Mitsui OSK Lines, s'est excusé "à profusion" pour le déversement et pour "le grand problème que nous avons causé".

Il a promis que la compagnie ferait "tout ce qui était en son pouvoir pour résoudre le problème".

La police mauricienne a déclaré avoir reçu un mandat de perquisition, lui permettant de monter à bord du navire et de saisir tous les documents relatifs à sa navigation tels que le journal de bord du navire afin d'aider à l'enquête. Le capitaine du navire aidera les officiers dans leurs recherches.

A lire aussi :

Etat d'urgence environnemental

Vendredi, le Premier ministre mauricien Pravind Jugnauth a déclaré un état d'urgence environnemental et a lancé un appel à l'aide.

Crédit photo, EPA

Légende image,

Volunteers are trying to limit the damage caused by the oil spill

Samedi, la France a envoyé depuis son île voisine de La Réunion un navire de la marine française et un avion des forces aériennes devant effectuer des rotations au-dessus du site du déversement, tous deux équipés d'équipements de lutte antipollution spécialisées.

Dimanche, le Japon a annoncé l'envoi d'une équipe de six experts pour travailler aux cotes des secours français et locaux.

Craignant que le mauvais temps ne complique davantage les efforts pour retenir le pétrole M. Jugnauth a convoqué pour dimanche une réunion de crise des autorités concernées.