Qu'est-ce qu'un introverti et comment le distinguer d'un extraverti?

Loneliness

Crédit photo, Getty Images

Ce 2 janvier est la Journée Mondiale des introvertis. Une occasion pour BBC Afrique de se pencher sur le sujet et d'expliquer ce qu'est être un introverti.

La première Journée mondiale des introvertis a eu lieu en 2011 après que la psychologue et auteure Felicitas Heyne a publié un billet de blog appelant à une journée pour les personnes silencieuses, celles qu'elle appelle une "minorité incomprise" vivant dans un monde extraverti.

Et les introvertis semblent souvent arrogants et étranges. Ce qu'ils ne sont pas. Les introvertis travaillent simplement différemment.

Qu'est-ce qui fait de nous des extravertis et des introvertis ?

Pourquoi certaines personnes préfèrent-elles l'aventure et la compagnie des autres, alors que d'autres préfèrent être seules ? Tout est lié à la façon dont votre cerveau traite les récompenses.

Passerez-vous votre samedi soir dans un bar bondé, ou vous loverez-vous avec un bon livre ?

Vos vacances sont-elles idéales pour pratiquer des sports d'aventure avec un grand groupe de copains ou pour vous rendre dans une destination plus calme avec quelques bons amis ? Peut-être vos réponses à ces questions sont-elles claires - vous aimeriez une option et en détestez une autre - ou peut-être vous trouvez-vous quelque part entre les deux extrêmes.

Quelles que soient vos réponses, l'origine de vos sentiments peut résider dans la façon dont votre cerveau réagit aux récompenses.

Nous nous situons tous quelque part entre les extravertis et les introvertis, et des circonstances différentes peuvent nous faire ressentir davantage l'un ou l'autre.

Les extravertis, un terme popularisé par le psychologue Carl Jung au début du 20e siècle, semblent dominer notre monde, soit parce qu'ils sont vraiment plus courants, soit parce qu'ils font simplement le plus de bruit possible.

Tout se passe dans le cerveau

Crédit photo, Science Photo Library

Une question fondamentale demeure : qu'est-ce qui fait qu'un extraverti est extraverti ? Pourquoi sommes-nous tous différents à cet égard, et qu'est-ce que les extravertis ont en commun qui les rend comme ils sont ?

Aujourd'hui, grâce aux scanners cérébraux qui peuvent enregistrer l'activité des profondeurs du cerveau, et au profilage génétique qui révèle le code qui se cache derrière les constructions du système de signalisation chimique utilisé par le cerveau, nous pouvons apporter des réponses à ces questions vieilles de plusieurs décennies.

Dans les années 1960, le psychologue Hans Eysenck a fait la proposition influente que les extravertis étaient définis par un niveau d'excitation chroniquement plus faible.

L'excitation, au sens physiologique du terme, est la mesure dans laquelle notre corps et notre esprit sont alertes et prêts à répondre à une stimulation. Cela varie pour nous tous tout au long de la journée (par exemple, lorsque je passe du sommeil à l'éveil, généralement en buvant quelques tasses de café) et selon les circonstances (par exemple, traverser l'heure de pointe à vélo vous tient en haleine, ce qui augmente l'excitation, alors qu'une salle de conférence particulièrement chaude a tendance à diminuer votre excitation).

Selon la théorie d'Eysenck, les extravertis ont un taux d'excitation de base légèrement inférieur. L'effet est qu'ils doivent travailler un peu plus dur pour se mettre au niveau que les autres trouvent normal et agréable sans rien faire.

D'où le besoin de compagnie, de recherche d'expériences et de risques nouveaux. À l'inverse, les personnes très introverties se trouvent surstimulées par des choses que les autres pourraient trouver simplement agréablement excitantes ou engageantes. Ils recherchent donc des conversations calmes sur des sujets importants, des activités solitaires et des environnements prévisibles.

Nos préférences sont façonnées par la façon dont notre cerveau réagit au monde. Ce petit bout de psychologie biologique peut peut-être nous aider tous, qu'ils soient introvertis ou extravertis, en nous permettant d'apprécier comment et pourquoi les autres pourraient aimer des choses différentes de nous.

La vie est-elle plus facile pour les extravertis ?

Crédit photo, Getty Images

Voir l'introversion et l'extroversion de manière binaire peut nous amener à prendre des décisions en fonction du type de personnalité auquel nous nous identifions.

Par exemple, une étude a révélé que les "introvertis" (selon un test de personnalité) avaient le sentiment de ne pas réussir ou de ne pas apprécier les rôles de direction. Cela peut les dissuader de se présenter à de tels postes.

En revanche, les personnes extraverties, qui se présentent comme étant confiantes, sûres d'elles et dominatrices, sont traditionnellement perçues comme étant mieux adaptées à ces rôles de haut niveau. Les "extravertis" sont donc susceptibles de gagner plus que les "introvertis".

Les avantages de l'introversion

Comme nous l'avons vu, les gens ne sont pas entièrement un type de personnalité, et ceux qui ont des tendances introverties peuvent bénéficier professionnellement d'un comportement parfois extraverti. Des recherches ont montré que les personnes ayant des traits introvertis ont tendance à surestimer les sentiments négatifs qu'elles éprouveront en agissant de manière extravertie, ce qui les décourage de le faire. L'étude a démontré que ces inquiétudes étaient infondées, et que lorsque les personnes introverties exploraient une autre facette de leur personnalité, elles prenaient en fait plaisir à agir de manière extravertie (tout autant que celles qui ont une disposition extravertie !).

Cela semble refléter la théorie de Jung selon laquelle nous pouvons tirer profit d'un contact avec leur "ombre" (dans ce cas, l'extraversion). Comme le dit Mark, si nous exploitons de plus en plus ces manières d'être contre-intuitives, "progressivement, elle se remplit et cesse de devenir une ombre, et devient une partie de nous-mêmes".

Les introvertis font-ils de meilleurs leaders ?

Les qualités associées à l'introversion peuvent également être bénéfiques aux situations de leadership. Les recherches montrent que si les leaders extravertis obtiennent de meilleurs résultats lorsqu'ils travaillent avec une équipe passive, les équipes plus proactives réagissent mieux aux leaders introvertis.

L'adoption de la qualité extravertie de confiance aidera les personnes introverties à croire en leurs compétences de leadership et à les mettre en pratique. Une fois qu'ils ont atteint ces positions de pouvoir, les dirigeants introvertis peuvent alors bénéficier d'un comportement qui leur vient plus naturellement, comme de bonnes capacités d'écoute et de réflexion.

Le problème avec les types de personnalité ?

Crédit photo, Getty Images

Dans One to One, Mark Vernon explique à Russell Kane qu'il n'est pas particulièrement utile de définir les gens par types de personnalité. On constate de plus en plus que nos personnalités sont changeantes au fil du temps, même à l'âge adulte.

Le langage est un facteur important qui entre en jeu ici : se décrire ou décrire les autres en utilisant un nom, comme "introverti" ou "extraverti", implique que c'est ce que nous sommes, et cela s'accompagne de connotations de permanence.

« Il n'est pas particulièrement utile de définir les gens par type de personnalité. On constate de plus en plus que nos personnalités sont changeantes au fil du temps, même à l'âge adulte ».

Un adjectif tel que "introverti" ou "extraverti" peut être plus utile ici.

Nous, les humains, sommes plus malléables que nous ne le pensons, et notre amour d'une étiquette peut nous empêcher de voir que nous pouvons changer et grandir. Introverti ou extraverti ? Pourquoi pas les deux ?