Halima Aden, top model : "j'ai arrêté parce que le mannequinat est incompatible avec ma foi musulmane"

Halima Aden

Crédit photo, Giliane Mansfeldt Photography

1px transparent line

Halima Aden, la première top model à porter le hijab, a quitté l'industrie de la mode en novembre en disant que c'était incompatible avec sa religion musulmane. Dans une interview exclusive, elle raconte à Sodaba Haidare, reporter de la BBC Global Religion, l'histoire complète de son départ, comment elle est devenue mannequin et comment elle a pris la décision de partir.

Halima, 23 ans vit à St Cloud dans le Minnesota , où elle a grandi entourée d'autres Somaliens. Elle porte des vêtements ordinaires et n'est pas maquillée, caresse joyeusement son chien, Coco.

"Je suis Halima de Kakuma", dit-elle, en référence au camp de réfugiés du Kenya, où elle est née. D'autres l'ont décrite comme un top model pionnière portant le hijab ou comme le premier mannequin hijabi à figurer en couverture du magazine Vogue - mais elle a laissé tout cela derrière elle il y a deux mois, affirmant que l'industrie de la mode était en conflit avec sa foi musulmane.

"Je ne me suis jamais aussi sentie confortable dans une interview", dit-elle en riant. "Parce que je n'ai pas passé 10 heures à me préparer, dans une tenue que je ne pouvais pas garder."

En tant que mannequin portant le hijab, Halima était sélective dans ses vêtements. Au début de sa carrière, elle emportait une valise remplie de ses propres hijabs, robes longues et jupes à chaque séance de photos. Elle a porté son propre hijab noir uni pour sa première campagne pour la "Fenty Beauty" de Rihanna.

Cependant, elle était habillée, le fait de garder son hijab pour chaque tournage n'était pas négociable. C'était si important pour elle qu'en 2017, lorsqu'elle a signé avec IMG, l'une des plus grandes agences de mannequins du monde, elle a ajouté une clause à son contrat, stipulant qu'IMG s'engageait à ne jamais le retirer. Son hijab était très important pour elle.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Halima pour Max Mara en février 2017

"Il y a des filles qui voulaient mourir pour un contrat de mannequinat", dit-elle, "mais j'étais prête à partir si ce n'était pas accepté".

Et ce, malgré le fait qu'à ce stade, personne n'avait entendu parler d'elle - qu'elle était "une moins que rien".

Mais au fil du temps, elle a eu moins de contrôle sur les vêtements qu'elle portait et a accepté des couvre-chefs qu'elle aurait exclus au départ.

"J'ai fini par m'éloigner et je me suis retrouvée dans la zone grise où l'équipe a laissé mon hijab sur le plateau.

Au cours de la dernière année de sa carrière, son hijab est devenu de plus en plus petit, accentuant parfois son cou et sa poitrine. Et parfois, au lieu du hijab, elle s'enveloppait de jeans, ou d'autres vêtements et tissus, autour de la tête.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Sur le podium pour Tommy Hilfiger Londres Printemps 2020

Une autre clause du contrat d'Halima lui garantissait une loge individuelle, lui permettant de s'habiller dans l'intimité de son propre espace.

Mais elle s'est vite rendu compte que les autres mannequins portant le hijab, qui l'avaient suivie dans l'industrie, n'étaient pas traités avec le même respect. Elle voyait qu'on leur disait de trouver une salle de bain pour se changer.

Elle se disait : "OMG, ces filles suivent mes traces et j'ai ouvert la porte de la gueule du lion".

Elle s'attendait à ce que ses successeurs soient ses égaux, ce qui a intensifié ses sentiments protecteurs à leur égard.

"Beaucoup d'entre elles sont si jeunes que cela peut être une industrie effrayante. Même dans les fêtes auxquelles nous assistions, je me retrouvais toujours en mode "grande sœur", devant saisir un des modèles portant le hijab parce qu'elle était entourée d'un groupe d'hommes qui la suivaient et l'entouraient. Je me disais : "Ça n'a pas l'air bien, c'est une enfant". Je la sortais et je lui demandais avec qui elle était".

A ne pas manquer sur BBC Afrique

Une partie de ce sens des responsabilités et de la communauté vient de l'origine somalienne de Halima.

Enfant, dans le camp de réfugiés de Kakuma, au nord-ouest du Kenya, sa mère lui a appris à travailler dur et à aider les autres. Et cela a continué après qu'ils aient déménagé au Minnesota, quand Halima avait sept ans, faisant ainsi partie de la plus grande communauté somalienne des États-Unis.

Il y a donc eu un problème lorsque Halima est devenue la première reine du bal de fin d'année de son lycée à porter le hijab (un honneur accordé aux élèves les plus populaires de l'école). Elle savait que sa mère, qui se concentrait sur les bonnes notes, désapprouverait.

"J'étais très gênée, car lorsque tu es nominée, les enfants viennent chez toi et je leur dis : "Ne fais pas ça, ma mère va préparer la chaussure et tu ne sauras pas dans quoi tu t'es embarquée !

Ses craintes étaient justifiées. La mère d'Halima a brisé la couronne de reine à son retour à la maison. "Tu te concentres beaucoup trop sur les amis et les concours de beauté", a-t-elle dit.

Mais Halima a quand même participé à Miss Minnesota USA en 2016. Elle a été la première concurrente à porter le hijab et est devenue demi-finaliste.

Crédit photo, Alamy

Légende image,

Lors du concours de Miss Minnesota en 2016

Et puis, au grand désarroi de sa mère, Halima a choisi de faire une carrière de mannequin - une carrière que sa mère jugeait en conflit avec ce qu'était Halima en tant que personne : noire, musulmane, réfugiée.

Même lorsqu'elle a commencé à marcher sur certaines des plus grandes pistes du monde pour Yeezy et Max Mara, ou qu'elle est devenue membre du jury pour Miss USA, sa mère l'a toujours encouragée à "trouver un vrai travail".

C'est l'aspect humanitaire de la carrière d'Halima qui a permis de convaincre sa mère que cela en valait la peine. En tant que réfugiée ayant marché 12 jours de la Somalie au Kenya pour une vie meilleure, elle connaissait la valeur de l'aide apportée à ceux qui étaient dans le besoin.

"Il n'y a pas moyen de faire du mannequinat si cela ne comporte pas un élément de restitution". Lors de ma première rencontre avec le DIM, je leur ai dit de m'emmener à l'Unicef", raconte Halima.

Crédit photo, Getty Images

IMG l'a soutenue dans cette démarche et en 2018, Halima est devenue ambassadrice de l'Unicef. Comme elle a passé son enfance dans un camp de réfugiés, son travail se concentre sur les droits de l'enfant.

"Ma mère ne m'a jamais considérée comme un mannequin ou une cover girl. Elle me considérait comme un phare d'espoir pour les jeunes filles et me rappelait toujours d'être un bon modèle pour elles".

Halima voulait sensibiliser les gens au problème des enfants déplacés et leur montrer que si elle pouvait sortir du camp de réfugiés, ils pourraient espérer un jour faire de même.

Mais l'Unicef n'a pas répondu à ses attentes.

En 2018, peu de temps après être devenue ambassadrice de l'Unicef, elle s'est rendue au camp de Kakuma pour donner un Ted Talk.

J'ai rencontré les enfants et leur ai demandé : "les choses se font-elles encore comme avant, devez-vous encore danser et chanter devant les nouveaux arrivants ? Ils ont répondu : "oui, mais cette fois-ci, nous ne le faisons pas pour d'autres célébrités qu'ils amèneraient au camp, cette fois-ci, nous le faisons pour vous".

Halima se sentait coupable et bouleversée. Elle dit qu'elle se souvient encore de l'époque où elle et d'autres enfants chantaient et dansaient pour les célébrités en visite.

"Les travailleurs de l'ONU m'ont préparée à ce qui allait arriver : J'ai eu mon premier coup de tête, grâce à ces organisations."

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Des réfugiés soudanais dansent au camp de réfugiés de Kakuma

Il lui semble que l'organisation se concentre davantage sur sa marque que sur l'éducation des enfants.

Je pouvais épeler "Unicef" quand je ne pouvais pas épeler mon propre nom. Je marquais X", dit-elle. "Le Minnesota m'a donné mon premier livre, mon premier crayon, mon premier sac à dos. Pas l'Unicef."

Elle avait supposé que tout cela avait changé depuis son départ.

En novembre, lorsqu'elle a appelé par vidéo les enfants de Kakuma pour la Journée mondiale de l'enfance, elle a décidé qu'elle ne pouvait plus continuer. Il était difficile de les voir en hiver, au milieu d'une pandémie mondiale.

"Après avoir parlé aux enfants, j'ai fait une découverte", dit-elle.

J'ai décidé d'en finir avec le monde des ONG qui m'utilisent pour "ma belle histoire de courage et d'espoir"".

"Nous sommes reconnaissants à Halima pour ses trois ans et demi de partenariat et de soutien. Son histoire remarquable de résilience et d'espoir a guidé sa vision d'un monde qui respecte les droits de chaque enfant. Ce fut un privilège pour l'Unicef de travailler avec Halima et nous lui souhaitons tout le succès possible dans ses futurs projets", indique Unicef USA à la BBC.

Les doutes de Halima sur le côté mannequin de sa carrière se sont également multipliés.

Comme la demande pour elle dans l'industrie de la mode augmentait, elle passait moins de temps avec sa famille et était loin de chez elle lors des fêtes religieux musulmans.

"La première année de ma carrière, j'ai pu rentrer chez moi pour l'Aïd et le Ramadan, mais les trois dernières années, j'étais en voyage. Je prenais parfois six à sept vols par semaine. Ça ne s'arrêtait pas", dit-elle.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Halima Aden regarde un mannequin portant des vêtements conçus par Sherri Hill

En septembre 2019, elle a fait la couverture du magazine King Kong, portant un fard à paupières rouge et vert vif et un gros bijou sur le visage. Elle ressemblait à un masque et couvrait tout sauf son nez et sa bouche.

"Le style et le maquillage étaient horribles. Je ressemblais à la version fétichisée d'un homme blanc", dit-elle.

Et à son grand désarroi, elle a trouvé une photo d'un homme nu dans le même numéro.

"Pourquoi le magazine aurait-il jugé acceptable d'avoir une femme musulmane portant le hijab alors qu'un homme nu figure à la page suivante ?" demande-t-elle. Cela allait à l'encontre de tout ce en quoi elle croyait.

"Les artistes, photographes et collaborateurs avec lesquels nous travaillons s'expriment d'une manière qui peut à la fois plaire aux uns et sembler provocante aux autres, mais les histoires qu'ils produisent respectent toujours le sujet et le modèle", explique King Kong.

"Nous sommes désolés qu'Halima regrette maintenant le travail qu'elle a fait avec nous, et qu'il y ait eu dans ce numéro des images qu'elle n'aimait pas personnellement, mais qui n'étaient en aucun cas liées à son propre reportage".

Halima dit que lorsqu'elle voyait sa photo sur la couverture des magazines dans les aéroports, alors qu'elle voyageait entre les prises de vue, elle se reconnaissait souvent à peine.

Crédit photo, Alamy

"Je n'avais aucune excitation car je ne me voyais pas. Savez-vous à quel point cela peut être mentalement dommageable pour quelqu'un ? Quand je suis censée me sentir heureuse et reconnaissant et que je suis censé m'identifier, parce que c'est moi, c'est ma propre image, mais j'étais si loin.

"Ma carrière était apparemment au top, mais je n'étais pas mentalement heureuse."

Et il y avait ces autres problèmes - sa règle du hijab qui s'étirait jusqu'au point de rupture, et la façon dont les autres mannequins portant le hijab étaient traités.

La pandémie de coronavirus a tout mis en perspective. Le Covid-19 ayant mis fin aux séances de photos de mode et aux défilés, elle est rentrée chez elle à St Cloud pour passer du temps avec sa mère, dont elle reste incroyablement proche.

"J'étais anxieuse à l'idée de 2021 car j'aimais rester à la maison avec ma famille et revoir des amis", dit-elle.

A lire aussi

Tout cela explique pourquoi, en novembre, elle a décidé d'abandonner à la fois le mannequinat et son rôle au sein de l'Unicef.

"Je suis reconnaissante de cette nouvelle chance que m'a donnée Covid. Nous réfléchissons tous à notre parcours professionnel et nous nous demandons si cela m'apporte un vrai bonheur, si cela m'apporte de la joie", dit-elle.

Les prières de sa mère ont enfin été exaucées. Elle était si heureuse qu'elle a même accepté de faire une séance photo avec sa fille, juste pour s'amuser.

"Quand j'étais mannequin, ma mère refusait toutes les séances photos, elle ne voulait même pas faire de campagnes mère-fille. Je voulais lui donner une chance de me voir dans ma zone de créativité", dit Halima avec enthousiasme.

"Elle est vraiment mon inspiration numéro un et je suis si reconnaissante que Dieu m'ait choisie pour être sa fille. C'est vraiment une femme remarquable et résistante".

Crédit photo, Giliane Mansfeldt Photography

Légende image,

Halima avec sa mère, sa soeur Fadumo (à gauche) et sa cousine Rahma

Le photoshoot n'est pas la seule chose qui enthousiasme Halima. Elle vient de terminer la production exécutive d'un film inspiré par l'histoire vraie d'un réfugié fuyant la guerre et la violence en Afghanistan. I Am You doit sortir sur Apple TV en mars.

"Nous attendons avec impatience de voir si nous avons été nominés pour un Oscar", dit-elle.

Quitter l'Unicef ne signifie pas qu'Halima a renoncé à faire du travail caritatif.

"Je ne vais pas arrêter de faire du bénévolat", dit-elle. "Je ne pense pas que le monde ait besoin de moi en tant que modèle ou célébrité, il a besoin de moi en tant que Halima de Kakuma - quelqu'un qui comprend la vraie valeur d'un centime et la vraie valeur de la communauté".

Mais d'abord, elle va faire une pause.

"Vous savez, je n'ai jamais pris de vraies vacances. Je mets ma santé mentale et ma famille au premier plan. Je m'épanouis, je ne me contente pas de survivre. Je me fais examiner, j'ai du temps pour ma thérapie."