Les "hommes avares" s'opposent aux dépenses lors des rendez-vous au Nigéria

  • Par Azeezat Olaoluwa
  • Journaliste Affaires féminines, Lagos
Des bouquets de roses sont en vente pour la Saint-Valentin chez un fleuriste.

Crédit photo, AFP

Les femmes du Nigeria doivent faire attention - les hommes se révoltent.

Ils ne paieront plus pour des rendez-vous somptueux, n'offriront plus de cadeaux coûteux et ne donneront plus d'argent liquide sur demande.

C'est du moins ce qu'affirme l'association des hommes avares du pays.

A ne pas manquer sur BBC Afrique :

Il s'agit d'une création fictive - une réponse légère sur les réseaux sociaux qui a émergé au début de l'année en réponse aux préoccupations de certains hommes concernant le coût des sorties.

Crédit photo, Fred Itua

"C'est difficile d'être un homme au Nigeria, il y a trop de pression sur nous", explique Fred Itua, 35 ans, journaliste à Lagos, à la BBC.

"Tout le monde attend tellement de choses de vous. Les hommes ne devraient pas être considérés comme des machines à dépenser, nous voulons aussi être choyés."

Lire aussi :

Un autre homme a fait écho à ces propos, en déclarant sur Facebook qu'il avait l'impression de ne pas avoir la reconnaissance qu'il méritait pour l'argent qu'il avait dépensé pour des rendez-vous : "la plupart des mecs généreux sont considérés comme des objets à manipuler, à utiliser et à ne pas respecter pour leur générosité."

Le buzz que l'association des hommes avares a généré sur les médias sociaux a donné lieu à une application, qui permettait à ceux qui la téléchargeaient de concevoir leur propre carte d'identité. Elle a été téléchargée plus de 50 000 fois en quelques jours.

Crédit photo, SMA

Légende image,

Les hommes peuvent créer et télécharger leur propre carte de membre de l'association des hommes avares.

"Les membres" devaient également faire le serment de donner du "shishi" (argot nigérian pour "rien") aux femmes.

Mais certaines femmes étaient sceptiques quant à la capacité des hommes à rester fidèles à leurs principes - un point de vue résumé par un tweet montrant une photo d'actrice en mini-robe accompagnée des mots : "je me suis habillée comme ça chez lui et il a renoncé à son appartenance à l'Association des hommes avares".

Mais comme beaucoup de blagues, il s'agissait en fait de quelque chose de très sérieux : comment les jeunes Nigérians et Nigérianes doivent se traiter mutuellement dans une relation.

Les rencontres au Nigeria peuvent être une affaire coûteuse.

"J'ai dû payer une facture avec ma montre"

Certaines jeunes femmes semblent attendre des hommes qu'ils prennent soin de tous leurs besoins, ce qui n'est pas donné.

Elles peuvent exiger les derniers gadgets, les derniers vêtements à la mode et le meilleur maquillage, ce qui coûte à quelqu'un des centaines, voire des milliers de dollars.

Leur compagnon doit également payer pour les soirées, ce qui peut entraîner des coûts cachés. Dans un contexte où de nombreux hommes au Nigeria ne gagnent pas beaucoup d'argent, la pression est grande.

Lire aussi :

"Lorsque j'étais célibataire, j'ai invité une femme à sortir et j'ai établi un budget pour nous deux", raconte M. Itua.

"Mais elle est venue avec son amie et elles ont mangé des plats que je ne pouvais pas me permettre. Elle n'a pas proposé de partager l'addition, alors j'ai dû renoncer à ma montre-bracelet pour équilibrer la facture. Elle a même refusé de sortir avec moi par la suite."

Il s'est senti utilisé, mais cette attente d'un rendez-vous de suivi révèle quelque chose sur la dynamique d'une relation amoureuse où l'argent est impliqué.

Crédit photo, Getty Images

Pour certains hommes, il peut également y avoir une attente en matière de sexe et les femmes ressentent également cette pression.

''La plupart des jeunes hommes abordent les femmes avec ce qu'ils peuvent offrir financièrement'', explique Amarachi Kanu, styliste nigérian de 38 ans.

"Généralement, leur intention de sortir avec quelqu'un est pour leur propre bénéfice sexuel", ajoute-t-elle.

"Les femmes demandent de l'argent et des cadeaux en guise de récompense afin de ne pas se sentir utilisées", dit-elle.

Mme Kanu reproche aux hommes de perpétuer les idées traditionnelles de dépendance des femmes.

Lire aussi :

"Dans de nombreux pays, il n'est pas étrange de voir une femme payer les factures lors d'un rendez-vous, mais au Nigeria, les hommes font croire aux femmes que ce sont eux qui doivent tout payer."

Elle dit avoir eu du mal à avoir une relation lorsqu'elle insistait pour payer sa part.

"Je n'ai jamais eu d'ex qui payait mes factures car j'ai toujours été une femme indépendante".

"Cela a en fait rendu difficile le fait pour moi de rester longtemps dans une relation avant de finir par me marier".

"Personne ne devrait baser sa relation sur une transaction", poursuit-elle.

Des règles tacites

La psychologue Ann Uramu, âgée d'une vingtaine d'années, est célibataire et va souvent à des rendez-vous.

Mais elle n'est pas liée par les règles tacites.

"La plupart du temps, lorsque je vais à un rendez-vous et que le gars veut payer, je le laisse faire, mais je m'assure de payer à la prochaine sortie", dit-elle.

Crédit photo, Ann Uramu

"Je définis toujours mes valeurs au début d'une relation et je ne sors pas avec des personnes qui n'ont pas la même compréhension que moi", soutient-elle.

"Je suis chrétienne, donc je crois au sexe uniquement dans le mariage. Je ne permets à personne de dépenser trop pour moi'', affirme-t-elle.

A regarder :

Légende vidéo,

Je fête la Saint-Valentin et voici combien je dépense !

Alors que les Nigérians sont en plein débat sur le sujet du moment sur les réseaux sociaux avec l'Association des hommes avares, Mme Uramu suggère que les relations devraient être basées sur l'affection pure.

"L'amour devrait être l'élément clé d'une relation idéale, où les partenaires se mettent en avant et où rien d'autre ne compte. L'amour n'est pas égoïste, les deux parties doivent donc se respecter et se soutenir mutuellement."

Vous pouvez également être intéressé par :

Mme Kanu est d'avis qu'il doit s'agir d'un véritable partenariat où "l'argent et le sexe ne doivent pas être les seules choses proposées".

Les parents ont également la responsabilité de changer les attitudes et "d'apprendre à leurs enfants à voir les choses différemment. La réorientation doit commencer à la maison", affirme la créatrice de mode.

Cela pourrait toutefois prendre un certain temps, mais les choses changent.

"Il y a maintenant des femmes fortes et travailleuses. Tant de femmes prennent soin d'elles-mêmes financièrement et soutiennent même leurs hommes", dit-elle.

"Donc, toutes les femmes n'attendent pas que les hommes paient leurs factures", conclut-elle.

Regarder :

Légende vidéo,

Plaire à coups de fouet