Insurrection au Mozambique : pourquoi le Rwanda mène la riposte?

  • Par Joseph Hanlon
  • Analyste du Mozambique
Départ des troupes militaires rwandaises pour le Mozambique - Kigali, Rwanda, 10 juillet 2021

Crédit photo, Reuters

Une force rwandaise de 1 000 hommes est entrée en action depuis son déploiement au Mozambique pour combattre les insurgés pauvres qui ont mené des attaques dévastatrices dans l'extrême nord du pays.

En deux semaines, les troupes - la première force étrangère à être déployée contre les insurgés - ont pris un carrefour routier clé, tenu par les militants l'année dernière, et ont atteint la ville portuaire de Mocímboa da Praia.

En quatre ans, les insurgés ont pris le contrôle de la plupart des cinq districts de la province de Cabo Delgado, dans le nord-est du Mozambique.

A surtout lire sur BBC Afrique :

Jusqu'à présent, 3 100 personnes sont tuées et 820 000 sont déplacées, soit plus que l'ensemble de la population des cinq districts.

Lorsqu'en mars, les insurgés ont capturé Palma, la ville du boom gazier qui jouxte le développement de Total pour 20 milliards de dollars (14 milliards de livres sterling) du deuxième plus grand champ gazier d'Afrique, le géant pétrolier français a abandonné l'énorme chantier.

Les forces de défense mozambicaines, largement considérées comme corrompues, mal entraînées et mal équipées, n'ont pas fait le poids face à une bande d'insurgés de plus en plus nombreuse, mais toujours en lambeaux.

Malgré l'opposition de son propre parti, le président Filipe Nyusi a demandé une aide étrangère.

Tout le monde s'accorde à dire que le soulèvement a été déclenché par des jeunes sans emploi qui manifestaient contre la pauvreté et les inégalités croissantes, ainsi que contre l'absence de bénéfices tirés des ressources minérales, notamment les rubis et le gaz.

Crédit photo, AFP

Légende image,

Le conflit dans le nord du Mozambique a contraint plus de 800 000 personnes à fuir leur foyer

Cette situation est aggravée par l'injustice sociale - l'absence de voix et les abus des représentants du gouvernement, de la police et des soldats.

Le conflit a commencé par une attaque symbolique à Mocímboa da Praia en 2017 et s'est intensifié à mesure que les jeunes capturaient des armes aux soldats et obtenaient un soutien local.

Des liens "distendus" avec l'EI

Les rebelles s'appellent "al-Shabab", ce qui signifie en langue locale "les jeunes" et n'a aucun lien avec le groupe du même nom en Somalie.

La zone de conflit est majoritairement musulmane et, en 2019, les rebelles avaient pris contact avec le groupe État islamique (EI).

Les États-Unis les ont baptisés "Isis Mozambique" et les ont désignés comme une organisation terroriste étrangère.

Crédit photo, AFP

Légende image,

De nombreuses personnes dépendent de la pêche pour leur subsistance dans l'extrême nord du Mozambique

Mais les insurgés n'ont pas de véritable message religieux et disent plutôt qu'ils combattent l'État.

Et ils se battent toujours principalement avec des armes et des véhicules capturés aux forces de sécurité du Mozambique.

Le groupe de réflexion International Crisis Group (IGC) a récemment déclaré que les insurgés n'avaient que des "liens ténus" avec l'EI et que les "véritables moteurs de [ce] conflit ont davantage à voir avec les griefs locaux".

Personne n'enverra de soldats au Mozambique pour l'aider à lutter contre des habitants affamés, mais beaucoup soutiendront la lutte contre l'EI.

Le Portugal, l'ancienne puissance coloniale, et les États-Unis ont déjà des soldats au Mozambique qui forment l'armée pour combattre les insurgés.

L'Afrique du Sud, le grand voisin du Mozambique, a fait pression pour envoyer des troupes par l'intermédiaire de l'organisation régionale, la Communauté de développement de l'Afrique australe (Sadc).

Mais le Mozambique a des antécédents mitigés avec ces trois organisations et souhaite les garder à distance.

Le compromis a été le Rwanda, qui dispose d'une armée très professionnelle.

Map

Dix jours seulement après que le président Nyusi se soit envolé pour rencontrer son homologue rwandais pour des pourparlers en avril - une équipe de reconnaissance composée d'officiers rwandais était à Cabo Delgado.

Selon des sources diplomatiques, les États-Unis ont approuvé ce déploiement. Le Rwanda a également noué des liens étroits avec Israël, ce qui favoriserait une opération anti-IS.

Une fois les troupes rwandaises sur le terrain et au combat, la mission de la SADC a été autorisée à entrer.

Des navires et des avions sud-africains sont arrivés à Pemba au cours du week-end, près de la zone de guerre, et des convois blindés avec le premier des 1 500 soldats sud-africains sont entrés au Mozambique.

Parmi eux figurent des membres de la 43e brigade des forces spéciales. Des véhicules blindés du Botswana et 300 soldats sont également passés au Mozambique.

Peur des tireurs d'élite

Le Rwanda affirme que ses troupes resteront sur place aussi longtemps que nécessaire et qu'elles finiront par créer une zone de sécurité autour de Palma et des installations gazières voisines. L'espoir est que Total se sente suffisamment en sécurité pour reprendre le travail l'année prochaine.

Initialement, les troupes sud-africaines ne sont au Mozambique que pour trois mois. Et près de 3 000 soldats, plus la puissance aérienne et maritime, devraient permettre de reprendre assez rapidement les routes, les villes et le port de Mocímboa da Praia.

Crédit photo, AFP

Légende image,

Les troupes sud-africaines ont commencé à se déployer

Mais les insurgés abandonnent déjà les bases et se divisent en petits groupes, comme le font normalement les guérilleros sous pression.

Certaines parties de la zone de guerre sont constituées d'une jungle extrêmement dense qui fournit une excellente couverture.

De plus, la zone de guerre comporte de longues routes isolées qui sont idéales pour les tireurs d'élite.

Au cours des sept dernières années, la Renamo - un groupe d'opposition armé représenté au Parlement - a montré que quelques tireurs d'élite pouvaient semer le chaos en fermant sporadiquement la principale route nord-sud.

Et si la ligne de l'IS est correcte, alors il est fort probable qu'il envoie de l'argent, des armes et des djihadistes pour prendre en charge la guerre locale et l'intensifier.

Cette guerre ne sera pas terminée ; elle sera simplement repoussée au point où elle se trouvait il y a deux ans.

Au début de cette année, Amnesty International a accusé le gouvernement et les insurgés de "crimes de guerre", de sorte que de nombreuses personnes seront effrayées par le retour des soldats et des policiers mozambicains. Et les insurgés sont des gens de la région, connus de leurs communautés.

Ils ont capturé Palma et Mocímboa da Praia l'année dernière en envoyant d'abord des membres connus localement dans la ville pour qu'ils restent avec leur famille ou leurs partisans.

Les guerres civiles se terminent rarement de manière militaire. Il faut aussi résoudre le grief.

Des entretiens avec des personnes capturées et libérées par les insurgés confirment que beaucoup ne sont là que pour l'argent et le pillage, et quitteraient l'insurrection si on leur offrait un emploi raisonnable avec un avenir.

Quelques milliers d'emplois pourraient mettre fin à la guerre. Mais les nations prêtes à envoyer des bataillons de troupes coûteux ne paieront pas pour créer des emplois durables sans poser de questions.

Joseph Hanlon est chercheur principal invité en développement international à la London School of Economics (LSE) et écrit sur le Mozambique depuis de nombreuses années.

Vous pouvez également être intéressé par :