Les célébrités nigérianes Simi et Chigul dénoncent le sexisme dans la musique et à Nollywood

  • By Cecilia Macaulay
  • BBC News
Simi posant avec un fond violet

Crédit photo, Macanthony Studios

Légende image,

La nouvelle chanson de Simi, Woman, traite des pressions que subissent les femmes nigérianes dans leur vie quotidienne.

Des célébrités nigérianes se sont récemment ouvertes publiquement au sexisme auquel elles ont été confrontées après que la chanteuse Simi, plusieurs fois récompensée, a lancé la tendance #NobodyLikeWoman sur Instagram.

Cette tendance a fourni un espace sûr aux stars, et à d'autres femmes, pour partager leurs expériences de la discrimination.

A lire aussi sur BBC Afrique :

Elles avaient tendance à poster des photos d'elles-mêmes en noir et blanc, sur lesquelles étaient gribouillés les mots de leurs détracteurs, comme : "C'est une mère, elle devrait rester à la maison", "Pourquoi sort-elle la nuit si elle n'est pas une prostituée ?" et "Pourquoi n'es-tu pas encore mariée ?".

Simi a raconté à la BBC qu'elle avait pleuré en faisant défiler l'un des messages marqués d'un hashtag sur son fil de médias sociaux.

Il s'agissait d'une femme dont on s'était moqué parce qu'elle avait subi quatre césariennes, c'est-à-dire qu'elle avait accouché en pratiquant une incision chirurgicale dans l'abdomen et l'utérus.

Les gens se demandaient pourquoi elle ne pouvait pas accoucher naturellement.

Elle a déclaré que les commentaires étaient durs : "'Elle n'est pas bonne. Imaginez qu'elle ne puisse même pas avoir vos enfants naturellement. Ils ont dû faire une césarienne pour elle et elle a quand même perdu un de ses enfants.' C'est tellement traumatisant."

La chanteuse de 33 ans a déclaré qu'elle voulait lancer la campagne pour que les femmes comprennent qu'elles n'étaient "pas seules" dans leurs luttes - cela coïncide avec la sortie de sa nouvelle chanson Woman.

Mais le flot de femmes qui ont sauté sur le hashtag pour partager leurs expériences du sexisme et de la discrimination à la fois dans leur carrière et dans leur vie personnelle a été une surprise.

Une photo de Simi avec les mots : "Comment peut-elle demander autant d'argent, n'est-elle pas enceinte ?" peinte dans son dos a lancé le mouvement.

En tant qu'artiste célèbre en Afrique et au-delà, Simi a déclaré que cela résumait le sexisme auquel elle avait été confrontée dans sa propre industrie de la musique afro.

Au début de sa carrière, les patrons de la musique - généralement des hommes - lui ont dit qu'elle devait être "sexy" et provocante pour réussir dans son domaine.

Elle les a ignorés.

Quand elle a quand même réussi, ils ont été choqués.

Il y avait même des gens qui ne voulaient pas travailler avec des femmes, car ils pensaient qu'elles ne pourraient pas fonctionner après avoir eu des enfants ou s'être mariées, dit-elle.

Elle se souvient d'un incident au cours duquel quelqu'un a demandé pourquoi elle faisait payer si cher des billets de concert alors qu'elle était enceinte.

"C'était probablement une agence", a-t-elle répondu, lorsqu'on lui a demandé qui était le coupable.

"Coucher avec moi pour devenir une star"

L'actrice de Nollywood Chioma Omeruah - connue sous le nom de Chigul - a été témoin de luttes similaires et pense que le problème est culturel.

"Notre culture consiste à ne pas parler", a déclaré la star de 45 ans à la BBC.

Crédit photo, Alistair Englebert

Légende image,

Chigul a joué dans des superproductions de Nollywood comme The Wedding Party 2 et Chief Daddy.

Elle a participé à #NobodyLikeWoman avec une photo accompagnée de la légende : "Mon amie ! Va avoir un enfant."

Chigul n'a pas d'enfant, mais cela n'a pas empêché ses amis et même les trolls de lui demander quand elle va avoir un bébé.

Les personnes qui lui étaient proches avaient peut-être de bonnes intentions, mais elles n'en ont pas moins souffert, dit-elle.

Au cours de sa carrière, Mme Chigul dit qu'un nombre incalculable d'actrices en devenir se sont confiées à elle au sujet d'allégations d'inconduite sexuelle de la part de puissants patrons de cinéma masculins.

Certaines d'entre elles se sont entendu dire par les directeurs masculins : "Viens coucher avec moi, je ferai de toi une star. Je peux vous obtenir cette partie, ce rôle" - ce qui, selon elle, équivaut à de la coercition.

Une actrice de sa connaissance qui a refusé d'avoir des relations sexuelles avec un patron de cinéma masculin a été réprimandée, dit-elle.

Il l'a traitée d'"enfant" ne comprenant pas grand-chose aux affaires "adultes".

Lorsqu'on lui a demandé combien de jeunes actrices s'étaient confiées à elle au sujet de la coercition sexuelle, elle a répondu qu'elles étaient "trop nombreuses".

Les femmes n'ont pas la cote, elles sont la plupart du temps les victimes, dit-elle.

"C'est juste du wahala [trouble] à tous les niveaux", a-t-elle déclaré.

Chigul et Simi s'accordent à dire que les lois nigérianes doivent être plus sévères à l'égard de ceux qui discriminent ou attaquent les femmes.

Selon ONU Femmes, le Nigéria a mis en œuvre 75 % des lois nécessaires pour faire progresser l'égalité des sexes, objectif que l'ONU souhaite atteindre dans le monde entier d'ici à 2030.

Mais moins de la moitié des mesures nécessaires pour suivre les progrès du pays vers cet objectif étaient en place l'année dernière - par exemple la collecte de statistiques régulières sur des sujets tels que l'écart de rémunération entre les sexes et le harcèlement physique et sexuel.

La Bible pour justifier les abus

Sotonye Kelechi-Nwuzi, avocate nigériane spécialiste des droits des femmes et vlogueuse sur YouTube, estime que la religion est souvent à blâmer.

Selon elle, les législateurs nigérians ont tendance à prendre en compte la façon dont les différentes communautés religieuses réagiront à la législation sur l'égalité des sexes.

Mme Kelechi-Nwuzi, qui est elle-même chrétienne, estime que cela pose problème.

"S'il y a un moyen de séparer la société laïque de la société religieuse et culturelle, j'ai le sentiment qu'il y aura des progrès", a-t-elle déclaré à la BBC.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Le mouvement "MeToo" est devenu viral en 2017 et a encouragé les gens à partager leurs expériences en matière de harcèlement et d'agressions sexuels

Elle attribue également une part de responsabilité à la police nigériane.

La plupart des cas que Mme Kelechi-Nwuzi couvre dans le cadre de son travail sur les droits des femmes concernent des violences domestiques, que les autorités ne prennent pas au sérieux, dit-elle.

"Souvent, vous trouverez des gens qui citent la Bible" pour tenter de justifier la violence d'un mari envers sa femme, dit-elle.

Les messages #NobodyLikeWoman ont tendance à être inoffensifs comparés au mouvement #MeToo qui a balayé le monde il y a quelques années lorsque des femmes - notamment à Hollywood - ont commencé à nommer ceux qui les avaient prétendument abusées sexuellement.

Mme Kelechi-Nwuzi estime qu'il pourrait y avoir un jour un mouvement #MeToo au Nigeria, mais il faudrait pour le diriger une femme capable de résister au vitriol et au "backlash" qui l'accompagneraient.

Toutefois, Simi estime que la lutte pour les droits des femmes en Afrique ne peut être comparée aux efforts déployés en Occident.

La situation des femmes en Afrique est bien pire en raison de ce qu'elle décrit comme le système patriarcal : "Il attend de la femme qu'elle se recroqueville et absorbe l'oppression".

Chigul est d'accord - étant donné que, selon elle, on apprend aux femmes nigérianes à "balayer les choses sous le tapis".