La rumba congolaise inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco

Papa Wemba en concert en 2004

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Le regretté Papa Wemba était l'une des plus grandes stars de la rumba

L'un des genres les plus influents de la musique et de la danse africaines, la rumba congolaise, bénéficie désormais du statut de protection de l'Unesco.

C'est l'aboutissement d'une campagne menée par deux pays - la République démocratique du Congo et le Congo-Brazzaville voisin.

Ces deux pays occupent ce qui était autrefois l'ancien royaume de Kongo, d'où est issue cette danse, selon la demande conjointe des deux nations.

Lire aussi :

Le mot "rumba" lui-même vient du mot kikongo et désigne le nombril, "Nkumba".

Malgré ses origines africaines, la rumba est, dans l'esprit de nombreuses personnes hors du continent, plus étroitement associée aux danses latines. En effet, la rumba cubaine a été classée au patrimoine mondial de l'Unesco en 2016.

La rumba "a fait partie de notre identité, descendants de l'Afrique et nous tous, à travers les âges", a déclaré la ministre de la Culture de la RD Congo, Catherine Kathungu Furaha, plus tôt cette année. "Nous voulons que la rumba soit reconnue comme la nôtre. C'est notre identité.

"Lorsque nos ancêtres qui ont été emmenés à l'étranger voulaient se souvenir de leur histoire, de leur origine, de leur mémoire, ils dansaient la danse du nombril."

Le style de rumba qui est apparu à Cuba au XIXe siècle trouve ses racines dans les tambours des esclaves d'Afrique centrale, qui ont ensuite été combinés avec les mélodies des colonisateurs espagnols de Cuba.

Mais le rythme a conservé son caractère distinctif, à tel point que lorsque des enregistrements en vinyle ont été exportés en Afrique centrale au XXe siècle, on a immédiatement reconnu la rumba.

Parmi les premiers héros de la rumba congolaise figurent Franco et TPOK Jazz, Tabu Ley Rochereau et Dr Nico.

Alors que les nations africaines luttaient pour leur indépendance vis-à-vis de leurs dirigeants coloniaux, Indépendance Cha Cha du Grand Kallé a galvanisé beaucoup de monde et est considéré comme le premier véritable tube panafricain.

La même décennie a vu l'arrivée de Zaïko Langa Langa et de sa grande vedette Papa Wemba. Parmi ses nombreux protégés figurait Koffi Olomidé, qui reste populaire aujourd'hui, ainsi que des stars plus jeunes comme Fally Ipupa.

La question de savoir si la dernière génération de musiciens de rumba est totalement fidèle à la forme fait débat.

"Nous n'avons jamais utilisé de tambours, nous avons utilisé des maracas - et nous ne nous sommes pas battus, c'était doux. C'est ça la rumba. Lorsque vous jouez de la rumba et que les gens dansent, ils sont détendus", a déclaré Dawa Lusambu, directeur artistique de TPOK Jazz, à Emery Makumeno, de la BBC, à Kinshasa.

"Ce n'est pas comme les jeunes d'aujourd'hui, où l'on danse la rumba en transpirant. Ce n'est pas de la rumba".

Pas du tout, affirme le musicien Fred Kabeya : "La rumba reste la rumba - on essaie d'ajouter plus d'harmonie et plus d'accords, mais avec la même rumba congolaise à la base."

Il ne fait aucun doute que l'influence de la rumba se fait sentir dans le monde entier, et ses champions affirment qu'il n'est que juste que cela soit reconnu par l'Unesco et profite à la prochaine génération de musiciens.

"Nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers", a déclaré à la BBC le professeur André Yoka Lye Mudaba, de l'organisme national de promotion de la rumba en RD Congo. "C'est une incitation à une politique plus cohérente et innovante en matière de professionnalisation des industries créatives."

Map