Affrontements meurtriers en Côte d'Ivoire

Image caption Autour de la RTI, le périmètre a été hermétiquement bouclé par les soldats fidèles à Gbagbo

Les forces de l'ordre fidèles à Laurent Gbagbo, l'un des deux présidents, proclamés en Côte d'Ivoire ont tiré à balles réelles sur des manifestants pro-Ouattara qui tentaient de prendre le contrôle de la radio-télévision d'Etat. Au moins trente personnes ont été tuées, selon un bilan provisoire.

La tension est montée d'un cran à Abidjan. Les affrontements les plus intenses se sont déroulés près de l'hôtel du Golf servant de quartier général à Alassane Ouattara, reconnu par la communauté internationale comme le vainqueur de la présidentielle du mois dernier.

Les Nations unies font aussi état d'affrontements à Tiébissou dans le centre.

L'ONU, qui soutient Alassane Ouattara, ont appelé au calme.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a, une fois de plus, appelé le président sortant, Laurent Gbagbo, à reconnaître sa défaite et à quitter le pouvoir.

"Mobilisation"

Dans la matinée, les forces de sécurité ont fait usage de gaz lacrymogènes et tiré des coups de feu en l'air pour disperser des manifestants dans les quartiers favorables à Ouattara, tuant au moins trois personnes.

La sécurité a été renforcée autour la radio-télévision nationale. Des véhicules blindés et des chars bloquaient de part et d'autre le boulevard longeant la RTI.

Déterminé, le camp Ouattara a demandé aux Ivoiriens de poursuivre la "mobilisation".

Guillaume Soro, Premier ministre d'Alassane Ouattara, avait appelé mardi leurs partisans à marcher sur la télévision d'Etat et à l'aider ensuite à prendre le contrôle du siège du gouvernement cette semaine.

Media playback is unsupported on your device

Devant cette flambée de violences, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo a prévenu qu'il engagerait des poursuites contre quiconque serait responsable de meurtres en Côte d'Ivoire, dans un entretien à la télévision France 24.

Lire plus

Liens Internet sur le même sujet

La BBC n'est pas responsable du contenu de sites externes