BBC navigation

Soudan : Sumbeiywo regrette la sécession

Dernière mise à jour: 8 janvier, 2011 - 12:29 GMT

Le Général kényan, Lazarus Sumbeiywo dont la médiation a conduit au referendum de ce dimanche au Soudan, regrette la perspective de la sécession.

La seule option est la coexistence pacifique Nord-Sud, selon Salva Kiir

Lazarus Sumbeiywo a supervisé les pourparlers de paix de 2005 entre les autorités du Nord et celles du Sud du Soudan.

Il regrette de voir son nom mentionné dans l'histoire comme celui qui a aidé à la partition du pays le plus vaste d'Afrique.

Dans une interview à la BBC, le général Sumbeiywo a toutefois reconnu que la décision finale revenait aux Soudanais.

En visite mardi dans le Sud Soudan, le président Omar al Bechir a affirmé qu’il reconnaitrait l’issue du scrutin et que les deux peuples sont appelés à vivre en paix.

Lors d’une interview sur BBC Afrique, le représentant du Sud Soudan à Bruxelles, Dr. Nazario Francis a déclaré être certain du vote en faveur de l’indépendance du Sud Soudan.

Pour lui, la mise ensemble de ces deux peuples, a toujours conduit à des conflits.

Il a déclaré que les autorités du Sud Soudan sont disposées à négocier avec leurs homologues du Nord en vue de la gestion sans heurts des richesses minières du pays.

La grande partie des richesses du sous-sol se situent en effet dans le sud du pays.

Le président Béchir a précisé lors de sa visite dans le Sud Soudan—l’une des rares jamais effectuées—que la délimitation des nouvelles frontières au cas où le « oui » l’emportait, interviendra en juillet prochain.

Soudan: un pays divisé

La division entre le nord et le sud du Soudan est aussi visible depuis l'espace, comme le montre cette image satellitaire de la Nasa. Les Etats du nord désertiques sont traversés par le Nil. Le sud du Soudan est au contraire très vert avec prairies, marécages et forêts tropicales.

Les régions arides dans le nord du Soudan sont peuplées de musulmans arabophones. Dans le sud, il n'y a pas de culture dominante. Les Dinkas et les Nuers sont les ethnies les plus importantes parmi 200 groupes ethniques, ayant chacun sa langue et ses croyances tradtitionnelles.

Les inégalités des services de santé au Soudan sont illustrées par le taux de mortalité infantile. Au sud Soudan 1 enfant sur 10 meurt avant son premier anniversaire. Alors que dans les régions plus dévelopées des Etats du Nord, comme Gezira et le Nil Blanc, la moitié de ces enfants pourraient survivre.

La différence entre le Nord et le Sud, du point de vue sanitaire est totale. Dans l'état de Khartoum, du fleuve Nil et de Gezira, les deux tiers de la population ont accès aux canalisations, à l'eau potable et aux puits. Dans le sud Soudan, les forages et les puits non protégés sont les principales sources d'eau destinées à la consommation. Plus de 80% de la population du sud n'a pas de toilettes à sa disposition.

Au Soudan l'accès à l'éducation dépend des revenus du foyer. Dans les régions pauvres du sud, moins d'1% des enfants finit l'école primaire. Alors que dans le nord, plus riche, 50% des enfants vont jusqu'au terme de la scolarité primaire.

Les conflits et la pauvreté sont les principales causes d'insécurité alimentaire au Soudan. Les populations résidant dans les zones touchées par la guerre, comme le Darfour et le sud Soudan sont toujours dépendantes des aides alimentaires. Bien plus que dans les Etats du nord, qui sont plus riches, plus urbanisés et moins dépendants de l'agriculture.

Le Soudan exporte chaque année des millions de barils de pétrole. Les Etats du Sud en produisent plus de 80% mais ne recoivent que 50% des revenus, ce qui exacerbe les tensions avec le nord. La région frontalière d'Abyei riche en pétrole, votera séparément pour décider, dans le cas d'une séparation, de son rattachement au nord ou au sud.

BBC © 2014 Avertissement: la BBC n'est pas responsable du contenu de sites extérieurs.

Il est recommandé d'avoir la dernière version de votre navigateur et d'activer les spécifications CSS afin de bénéficier au maximum des effets visuels quand vous consultez cette page. Nous recommandons d'installer la dernière version de votre navigateur ou d'activer les spécifications CSS si c'est possible.