Nigeria : un trafic de bébés démantelé

Copyright de l’image Reuters
Image caption Le trafic d'êtres humains est très répandu au Nigeria

Une trentaine d'adolescentes enceintes ont été libérés d'un hôpital, où elles auraient été retenues afin de donner naissance à des enfants, proposés à l'adoption ou à des fins de sorcellerie.

Selon la police, ces jeunes femmes agées de 15 à 17 ans étaient détenues par des trafiquants dans un hopital d'Abia, dans le sud-est du Nigéria.

Elles devaient donner naissance à des bébés, destinés à etre vendus.

Mais une descente de la police dans les locaux du centre hospitalier à permis de secourir une trentaine de jeunes femmes enceintes.

Ces-dernières ont declaré à la police de l'Etat d'Abia qu'elles devaient toucher 170 dollars chacunes - en échange de leurs bébés.

Des nouveaux-nés qui, toujours selon les policiers, pouvaient être vendus pour plusieurs milliers de dollars à des parents adoptifs ou comme victimes sacrificielles dans des meurtres rituels.

Le chef de la police de l'Etat d'Abia, Bala Hassan, a précisé que quatre bébés, déjà vendus mais en attente de départ, avait été découverts.

Le propriétaire de l'hôpital risque quatorze ans de prison.

Il nie toutes les accusations portées contre lui et affirme son établissement était une fondation venant en aide aux femmes, victimes de grossesses non désirées.

Il y a trois ans, une descente de police similaire dans une clinique à Enugu, un autre Etat du sud-est du pays, avait abouti à la libération de plusieurs jeunes femmes enceintes.

Le trafic d'êtres humains est très répandu au Nigeria, selon l'Unicef, le fonds des Nations Unies pour l'Enfance.

La pauvreté, la violence et la corruption expliquent en grande partie ce phénomène.

Toujours selon l'UNICEF, au moins dix enfants sont vendus, chaque jour, au Nigéria.