Sénégal : la vérité sur Sangalkam

Le président Wade Copyright de l’image
Image caption Le président Abdoulaye Wade a réclamé la vérité sur l'incident de Sangalkam.

Le président Abdoulaye Wade veut connaître la vérité sur la mort d'un manifestant tué par balle lundi dernier dans la localité de Sangalkam.

Le chef de l’Etat sénégalais a demandé que des mesures diligentes soient prises afin de situer les responsabilités dans la mort par balle de Malick Ba, âgé de 35 ans.

Lundi, à une quarantaine de kilomètres de Dakar, des manifestants protestaient contre la destitution du Conseil rural qu'ils avaient élu.

L’incident a éclaté au moment de l’arrivée de la délégation spéciale composée de fonctionnaires désignés pour remplacer les élus locaux.

La décision de destituer les élus locaux avait été prise par le ministre de la décentralisation, après le redécoupage de la localité de Sangalkam.

C’était la seconde fois que le président élu du conseil rural voyait son mandat interrompu par décision administrative. C’en était trop pour les populations qui ont manifesté afin de s’opposer l‘installation de la délégation spéciale.

Un des manifestants a été abattu par un gendarme. La hiérarchie a plaidé la légitime défense, arguant que devant l’agressivité des manifestants, les gendarmes avaient été contraints de faire usage de leurs armes pour protéger leur vie.

Une version démentie par des témoins.

L’affaire a pris une tournure politique : l’opposition exige maintenant la démission du ministre de la décentralisation.