Auto-immolation:Kaboul sensibilise

Une manifestation en Afganistan Copyright de l’image AP
Image caption Une manifestation en Afganistan

Le phénomène a pris de l'ampleur. La plupart des personnes qui se sont immolées sont des femmes. Beaucoup d'entre elles qui essaient de se suicider sont victimes de violence domestique et d'autres formes d'abus.

Jusqu'à récemment, la plupart des cas d'auto-immolation signalés en Afghanistan venaient de l'ouest du pays, notamment d' Herat à la frontière avec l'Iran.

Les cas les plus typiques concernent des jeunes femmes qui sont gravement brûlées par le pétrole à usage domestique ou l'huile de cuisson.

Beaucoup en gardent et souffrent des cicatrices terribles et, dans certains cas, les blessures sont mortelles. Les proches ont souvent honte de parler de femmes de leur famille qui tentent de se suicider, surtout si c'est en raison de la violence conjugale.

Il est donc souvent difficile de dissocier les cas d'accidents qui sont authentiques des suicides.

Il est établi que le nombre de cas d'immolation est en augmentation et le problème a dépassé les frontières régionales d'Hérat pour devenir nationale.

Docteur Dalil Suray ministre de la Santé a dit qu’il est temps d'agir. Elle a affirmé que 22 000 cas d'auto- immolation ont été traités dans les hôpitaux l'année dernière. Environ deux mille étaient des cas graves ou critiques. Dans les hôpitaux spécialisés à Kaboul et à Hérat seulement, plus de 230 personnes sont mortes.

Docteur Arif Jalali chef du centre de brûlures de la province d’Herat a dit avoir vu plus de cinquante cas d'auto - immolation depuis le début de l'année, seulement trois des victimes étaient des hommes, le reste étant des femmes.