La consigne imprécise de Bemba

Jean Pierre Bemba n'a pas donné de consige de vote explicite
Image caption Jean Pierre Bemba n'a pas donné de consige de vote explicite

L'ancien vice-président Jean-Pierre Bemba, arrivé deuxième lors de la dernière présidentielle, ne se présente pas en raison de sa détention à la cour pénale internationale à la Haye.

Il s'est néanmoins prononcé sur ce double scrutin en demandant aux congolais de voter pour le candidat d'opposition qui "garantira" l'alternance.

Le message de Jean-Pierre Bemba était attendu dans les états-majors politiques comme chez les 7 millions d'électeurs qui ont voté pour lui en 2006.

Ses admirateurs restent nombreux en RDC, surtout à Kinshasa et dans sa province natale de l'Equateur.

Peu avant 20 heures mercredi soir sur la télévision du Mouvement de libération du Congo, le secrétaire général du parti Thomas Luhaka lit enfin un e-mail de Jean-Pierre Bemba qui rapporte avoir rencontré trois autres candidats de l'opposition récemment : Etienne Tshisekedi, Vital Kamerhe et Léon Kengo wa Dondo :

"Chacun d'eux s'est engagé à mon égard à poursuivre un dialogue constructif devant utilement aboutir à des désistements au profit d'un seul parmi les trois candidats précités", déclare Thomas Luaka, lisant l'e-mail de Bemba.

"Il n'est pas encore trop tard pour sauver le pays à cet égard. A défaut, je demande au peuple congolaise de porter unanimement ses voix à un seul candidat, celui qui a le plus de chances de garantir le changement et l'alternance au pouvoir actuel, et qui ne pourra pas traduire le peuple congolais."

Après les déclarations de messieurs Tshisekedi et Kamerhe qui se sont tous les deux opposés à une fusion de leurs candidatures ces derniers jours, libre donc à chaque électeur du MLC de choisir son favori.

M. Bemba ne les aide pas beaucoup : il a salué autant la lutte importante que mène avec permanence Etienne Tshisekedi que le dynamisme et la vision de Vital Kamerhe ou la connaissance et l'expérience de Léon Kengo wa Dondo.

La position de Jean-Pierre Bemba ne réduira donc pas le fractionnement de l'opposition, qui continue à profiter au président Joseph Kabila dans une élection à un seul tour où il n'est pas nécessaire d'obtenir une majorité absolue pour être élu.