Des missiles Mistral au Rwanda

Copyright de l’image AFP
Image caption L'avion du president rwandais Juvénal Habyarimana avait été abattu en 1994.

A la veille du génocide de 1994 au Rwanda, l'armée rwandaise disposait de missiles Mistral, alors interdits à la vente.

Selon le quotidien français Libération, c'est ce qu'indique un document de l'ONU, versé jeudi au dossier d'instruction sur l'attentat contre le président Habyarimana.

L'attentat du 6 avril 1994 contre l'avion du président est considéré comme le déclencheur du génocide qui a fait 800.000 morts, selon l'ONU.

La liste révélant la présence de ces missiles sol-air de fabrication française a été remise au juges Marc Trevidic et Nathalie Poux.

Depuis 1994, les anciens officiers rwandais inculpés par le Tribunal pénal international pour le Rwanda affirmaient qu’auncun des leurs ne pouvaient être mêlés a cet attentat car ils ne possédaient pas de missiles, rappelle Libération.

Selon notre correspondante à Paris , la présence de ces missiles n’est pas un élément déterminant car le missile qui avait atteint l’avion du président Habyarimana était de fabrication russe.

Jeudi marquait l’expiration du délai offert offert à toutes les parties civiles pour commenter ou contester une expertise balistique rendue publique en janvier.

Celle-ci avait orienté l'enquête vers des tirs de missile depuis le camp de Kanombe, alors aux mains de l'armée, sans désigner les auteurs possibles de cette attaque.