Riposte en Côte d'Ivoire

Copyright de l’image AP
Image caption 7 Casques bleus ont été tués dans une attaque contre des villages ivoiriens.

Des hélicoptères de combat de l’ONU sont attendu en Côte d'Ivoire ce lundi, alors que les forces ivoiriennes, libériennes et onusiennes s'apprêtent à lancer une opération militaire vendredi 15 juin dans l’ouest de la Côte d'Ivoire.

Le gouvernement libérien a fermé samedi sa frontière avec la Côte d'Ivoire, au lendemain d'une attaque meurtrière perpétrée chez son voisin, dans la zone frontalière.

Sept Casques bleus nigériens, huit civils et au moins un militaire ivoirien ont été tués.

Le gouvernement ivoirien a accusé des assaillants "venus du Liberia".

"Les individus impliqués dans des attaques transfrontalières seront arrêtés et remis aux autorités ivoiriennes", a déclaré le ministre libérien de l'Information, Lewis Brown.

Dans un rapport publié la semaine dernière , l'ONG Human Rights Watch accusait le Liberia de pratiquer "la politique de l'autruche face au flot de criminels de guerre qui ont franchi la frontière libérienne" après la crise ivoirienne de 2010-2011.

Avant l'attaque de vendredi, ces raids transfrontaliers avaient fait "au moins 40" tués depuis juillet 2011, selon HRW, qui désigne des forces fidèles à l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo et recrutant des enfants.