Cérémonie des Kora Awards

Le chanteur de R&B Chris Brown
Image caption Le chanteur de R&B Chris Brown

Abidjan sera dimanche soir la capitale de la musique africaine: les "Kora Awards", le plus grand rendez-vous musical du continent, qui récompense les meilleurs artistes du moment, sera organisé au Palais des congrès.

La cérémonie initialement prévue samedi, avait été reportée à lundi.

Finalement le clou du show, le chanteur de R&B Chris Brown, étant arrivé dans la nuit, la cérémonie aura lieu dimanche soir.

Jusqu'à la dernière minute, artistes et techniciens se sont affairés pour ce "show" de deux heures, créé en Afrique du Sud en 1994, exporté en 2010 au Burkina Faso et dont la Côte d'Ivoire accueille la 12e édition.

L'équivalent africain des "Grammy Awards", qui a vu par le passé la participation de l'ancien président sud-africain Nelson Mandela et du "roi de la pop" Michael Jackson, mais a connu des difficultés et des années de léthargie, doit être retransmis par des télévisions à travers l'Afrique.

Si des artistes de toutes les régions du continent seront récompensés - près d'une trentaine de trophées sont annoncés - l'attraction est sans nul doute l'Américain, le chanteur de R&B Chris Brown.

Coqueluche des jeunes filles, connu autant pour ses pas de danse virtuoses que pour ses amours tumultueuses avec la chanteuse Rihanna, qui était à ses côtés à la descente d'avion, le rappeur américain sera la star dimanche soir, avant de participer au grand stade d'Abidjan à un concert "pour la paix en Afrique".

A l'affiche également le duo nigérian P-Square, vainqueur des derniers "Kora" à Ouagadougou, "Mama" Patience Dabany, mère de l'actuel président du Gabon, qui doit être célébrée pour l'ensemble de sa carrière

Le groupe ivoirien Magic System est nominé dans la catégorie du meilleur groupe africain. .

Pour la Côte d'Ivoire, qui s'efforce de tourner la page de la crise post-électorale de décembre 2010-avril 2011 aux quelque 3.000 morts, la tenue des "Kora Awards" à Abidjan est une marque de la normalisation tant vantée par le gouvernement du président Alassane Ouattara.

Cette "très belle fête" doit permettre d'"accompagner les Ivoiriens" sur le chemin de la "paix", de la "démocratie" et du "développement", expliquait récemment Ernest Adjovi, homme d'affaires béninois et patron des "Kora".

Cependant l'événement est terni par une polémique sur le prix des places qui va jusqu'à un million de francs CFA (1500 euros). Un prix hors de portée de la plupart des Ivoiriens.