Rajoelina candidat en 2018

Andry Rajoelina à la télévision nationale
Image caption Andry Rajoelina annonçant le 15 janvier 2013 qu'il ne serait pas candidat à la présidentielle en mai 2013.

Le président de la Transition Andry Rajoelina a annoncé dimanche son intention d'être candidat à l'élection présidentielle de 2018, cinq jours après avoir dit qu'il renonçait à l'élection prévue en mai 2013, dans un esprit d'apaisement de la crise qui dure depuis 4 ans.

"Je compte sur vous pour voter pour moi en 2018, nous allons faire un retour en force à ce moment là", a promis le président de la Transition lors de l'inauguration du nouvel hôtel de ville à Toamasina dans l'est de l'ïle.

Andry Rajoelina s'est désisté pour 2013 à l'instar de Marc Ravalomanana, le président évincé sous la pression de la rue avec le soutien de l'armée, sous la pression de la communauté internationale, qui souhaite que Madagascar puisse organiser des élections libres et sans violences.

C'est lors d'un discours d'inauguration du nouvel hôtel de ville à Toamasina dans l'est du pays qu'il a déclaré a l'assistance: "Je compte sur vous pour voter pour moi en 2018, nous allons faire un retour en force à ce moment là".

Les deux rivaux n'ont pas renoncé

La décision des deux principaux protagonistes de la crise malgache, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, de renoncer à la présidentielle en mai 2013 avait été bien accueillie par la communauté internationale, mais des observateurs avaient fait remarquer qu'il ne fallait pas croire que les deux responsables avaient renoncé au pouvoir.

Les mois à venir pourraient ressembler à une lutte à distance par candidats interposés, avaient-ils averti.

Image caption Le président évincé Marc Ravalomanana vit en exil à Johannesbourg.

"Rajoelina veut être président en 2018, il faut qu'il soit président même par procuration (...) pour préparer 2018, et Ravalomanana fera de même", pronostiquait Guy Ratrimoarivony, professeur au Centre d'études diplomatiques et stratégiques, cité par l'AFP.

Des incertitudes juridiques

Les politologues soulignent entre autres que la loi d'amnistie politique prévue par la "feuille de route" de sortie de crise, qui a été votée mais n'est pas encore entrée en vigueur.

Par ailleurs, la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) a demandé l'amnistie pour Marc Ravalomanana, condamné à perpétuité pour la mort de dizaines de manifestants tués par sa garde en 2009. Ce crime n'est en principe pas amnistiable.

Par ailleurs la nouvelle Loi fondamentale malgache approuvée par referendum en décembre 2010 n'a pas été reconnue par une partie de la classe politique, ni par la communauté internationale.

Or la nouvelle constitution a changé les modalités de nomination du Premier ministre.

Il ne sera plus nommé par le président, mais par la majorité à l'Assemblée nationale.

Il y a un vide juridique qui doit encore être comblé pour que les élections puissent se dérouler dans la sérénité, estiment les analystes.

Le calendrier électoral.

Toutes les parties prenantes et la communauté internationale s'étaient mis d'accord pour que la présidentielle précède les législatives.

Le premier tour est théoriquement prévu le 8 mai, avant un éventuel second tour couplé aux législatives le 3 juillet.

Mais en annonçant qu'il s'effaçait, mardi, le président de la Transition Andry Rajoelina a réclamé une inversion du calendrier électoral.

"La déclaration d'Andry Rajoelina semble être conditionnée à la tenue des législatives avant la présidentielle", relève le conseiller du Premier ministre Imbiky Anaclet, laissant entendre qu'Andry Rajoelina pourrait obtenir un changement du calendrier en contrepartie de sa non-candidature.

La communauté internationale a rejeté un changement de calendrier, mais "organiser les élections législatives avant la présidentielle permettrait d'assainir le milieu politique et de connaître le poids réel des partis", avance le professeur de droit constitutionnel Jean-Eric Rakotoarisoa.

Le ministère de l'Intérieur a recensé 216 partis et plus d'une vingtaine de candidats à la présidentielle se sont déjà déclarés.