Sénégal: un blogeur tchadien expulsé

Image caption Makaïla Nguebla

Les organisations de défense des droits de l’homme au Sénégal ont condamné l’expulsion du journaliste et blogeur tchadien Makaïla Nguebla vers la Guinée.

Dans un communiqué, la Ligue sénégalaise des droits humains (LSDH), la Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme (Raddho) et la section sénégalaise d'Amnesty International, notent que "cette expulsion subite liée à ses activités de journaliste et de blogueur" survient après la visite à Dakar du ministre tchadien de la Justice, Jean-Bernard Padarél, et "constitue une atteinte grave à son droit à la liberté d'opinion et d'expression".

Depuis la Guinée, Makaïla Nguebla a raconté à BBC Afrique les circonstances de son expulsion:

“J’ai été interpellé par la DST, la direction de surveillance territoriale du Sénégal, et une fois arrivé, j’ai été accompagné par un responsable d’Amnesty International-Senegal qui est venu à mes cotés au niveau du bureau de la DST."

"Là, on m’a montré des correspondances avec Eric Topona, et avec des opposants tchadiens au Tchad, et on m’a accusé d’inciter à un soulèvement populaire de la jeunesse tchadienne, à travers internet et les réseaux sociaux. On m’a mennoté. Ils voulaient m’extrader vers la Tchad. Ils m’ont imposé un choix d’extradition entre le Mali et le Tchad. J’ai dit : ‘pas question’".

Plusieurs journalistes ont été récemment arrêtés au Tchad, dont Eric Topona, incarcéré depuis lundi.

“Je suis devenu une figure de l’opposition tchadienne en exil qui dénonce ce qui se passe dans mon pays”, poursuit Makaïla Nguebla.

“Le régime a toujours des fiches pour pouvoir liquider tout ceux qui gênent, ceux qui s’opposent de manière pacifique et démocratique au pouvoir en place”.

“Je ne m’attendais pas que le Sénégal, qui est une grande démocratie puisse se rabaisser à ce niveau, arrêter un blogeur”, a-t-il regretté.

Les services de communication de la présidence sénégalaise et de la police ont affirmé ne pas être au courant de l'expulsion de Makaila Nguebla.

Les trois ONG de défense des droits de l’homme au Sénégal constatent "avec regret la volonté du gouvernement (sénégalais) de museler et de réduire au silence les réfugiés et demandeurs d'asile dès lors qu'ils émettent des opinions critiques à l'encontre des gouvernants de leur pays d'origine".

Le Réseau des Blogueurs du Sénégal a dénoncé l’expulsion de Makaila Nguebla vers la Guinée, et estiment qu’il risque désormais d'être extradé vers le Tchad, et que les autorités sénégalaise sont moralement responsables de son sort.