Boko Haram cède cinq villes à l'armée

Ces villes figurent parmi les bases des islamistes de Boko Haram contre lequelles l’armée nigériane a lancé une offensive la semaine dernière.

Dans un communiqué, le général Olukolade, porte-parole de l’armée, affirme que les troupes gouvernementales ont « sécurisé les environs de New Marte, Hausari, Krenoa, Wulgo et Chikun Ngulalo. »

Ces cinq localités sont situées près de la frontière camerounaise.

De même, toutes « les bases terroristes situées autour de ces localités ont été détruites ».

Des témoins interrogés par l’AFP évoquent des frappes aériennes qui ont permis d’écarter, au moins provisoirement, l’emprise des islamistes sur ces villes.

Les premières inquiétudes confirmées notamment par l’un des porte-paroles de la présidence concernaient les risques de toucher les civils lors de l’avancée de l’armée dans les bastions de Boko Haram.

Mais le communiqué certifie que l’armée « assure la protection et la liberté » des habitants.

Par ailleurs, l'armee nigeriane a envoyé mille hommes supplémentaires dans le nord-est du pays ou elle a engagé ces opérations de grande envergure contre la secte islamiste Boko Haram.

Ses soldats ont commencé leur déploiement dans l'Etat de l'Adamawa.

Selon le ministre nigérian de la défense, plusieurs combattants de Boko Haram ont été mis en déroute, désemparés.

L’information n’a pas été confirmée mais ils seraient en fuite vers les pays voisins.

Mardi soir, le président Goodluck Jonathan avait annoncé l’état d’urgence dans trois provinces du nord-est du Nigéria : Borno, Yobe et Adamawa.

Lire plus