Afrique du Sud: campagne pour un otage

Copyright de l’image
Image caption Mr Korkie, 56 ans, a été enlevé avec sa femme Yolande en mai 2013 dans la deuxième ville du pays, Taiz.

Des proches de l’enseignant sud-africain Pierre Korkie, retenu en otage au Yémen, ont lancé une campagne visant à récolter les 3 millions de dollars de rançon demandés par ses ravisseurs affiliés à al-Qaeda.

Ceux-ci ont menacé de tuer l'otage vendredi si aucune rançon n’était versée.

Ils ont cependant reporté la date limite de paiement.

Mr Korkie, 56 ans, a été enlevé avec sa femme Yolande en mai 2013 dans la deuxième ville du pays, Taiz.

Cette dernière avait été libérée le 10 janvier sans qu’aucune rançon ne soit versée et était retournée en Afrique du Sud.

“La situation a poussé les commerçants de sa ville et les amis du couple à lancer une campagne de collecte de fonds pour la libération de Pierre », a expliqué sa famille dans un communiqué.

“Bien que Yolande Korkie et ses enfants sont confiants de la prochaine libération de Pierre, la situation est toujours très incertaine et stressante pour eux », peut-on lire dans le communiqué.

Le couple vivait au Yémen depuis 4 ans. Yolande Korkie travaillait dans les hôpitaux du pays.

Après l’enlèvement de leurs parents, leurs deux adolescents étaient retournés vivre en Afrique du Sud.

Le couple avait été enlevé à la sortie de leur hôtel par des hommes armés fidèles à un chef local.

Le vice-ministre des Affaires étrangères sud-africain Ebrahim Ebrahim s’est rendu au Yémen pour rencontrer des représentants du gouvernement et discuter de la libération de Korkie.