Libye: l'opération américaine critiquée

Copyright de l’image Reuters
Image caption Le 11 septembre 2012, des hommes armés ont fait irruption dans le consulat américain de Benghazi et l'ont incendié.

La Libye a condamné la capture par les Américains du leader suspecté de l'attaque contre le consulat américain de Benghazi en 2012.

L'opération secrète, qui s'est déroulée le 15 juin près de Benghazi, à l'est de la Libye, et qui a mené à la capture d'Ahmed Abu Khattala, est une « atteinte à la souveraineté de la Libye », ont déclaré des diplomates du pays mercredi.

Washington avait plus tôt révélé qu'Abu Khattala était détenu dans un endroit sécurisé à l'extérieur de la Libye.

L'ambassadeur américain Chris Stevens et trois autres personnes avaient péri dans l'assaut contre le consulat américain en 2012. 'Figure clef'

"Le gouvernement libyen condamne cette regrettable atteinte à la souveraineté de la Libye », a déclaré le porte-parole du ministre des Affaires étrangères libyens, Saeed Alaswad, mercredi.

De son côté, le ministre de la Justice Salah al-Marghani a révélé que Tripoli n'avait pas été informé d'une opération américaine en préparation.

Le suspect doit être renvoyé vers la Libye et jugé dans ce pays, les autorités locales ayant émis un mandat d'arrêt à son encontre, a ajouté Marghani.

Plus tôt, le Pentagone avait donné, au compte goûte, des informations sur l'opération, notamment « qu'aucun civil n'avait été blessé ».

« Tout le personnel américain qui a participé à cette opération est aujourd'hui en dehors de la Libye et en sécurité ».

"Lorsque les Américains sont attaqués, peu importe le temps que cela prend, nous trouvons toujours les responsables et nous les traduisons en justice", a expliqué le Secrétaire du Pentagone John Kirby.

Pour le directeur du FBI, James Comey, l'organisation va poursuivre ses recherches jusqu'à ce que d'autres suspects soient retrouvés.

Abu Khattala a été inculpé par une cour fédérale américaine de meurtre lors de l'attaque d'un bâtiment fédéral, mais aussi d'avoir fourni un soutien matériel à des terroristes.

'Une attaque organisée'

Hillary Clinton, qui était Secrétaire d'Etat lors de l'attaque contre le bâtiment et avait été vivement critiquée par les Républicains, a estimé que les interrogatoires d'Abu Khatalla devraient permettre de faire la lumière sur les faits.

Le 11 septembre 2012, des hommes armés ont fait irruption dans le consulat américain de Benghazi et l'ont incendié.

La Maison blanche avait tout d'abord déclaré que des manifestants anti-Américains en colère après la diffusion sur internet d'une vidéo très crue, produite aux Etats-Unis, qui insultait l'islam, étaient à l'origine de l'assaut sur le consulat.

Les enquêteurs du gouvernement avaient ensuite compris qu'il s'agissait d'une attaque organisée par des milices locales.

Les Etats-Unis avaient alors offert jusqu'à 10 millions de dollars pour toute information sur l'attentat.

L'attaque contre le consulat a provoqué un scandale aux Etats-Unis. Les Républicains ont en effet accusé l'administration Obama d'avoir un temps caché l'engagement de groupes militants afin de ne pas entacher la campagne de 2012 pour la réélection d'Obama.