Substance lacrymogène anti-émeute

Drone skunk pepper spray Copyright de l’image DESERT WOLF
Image caption Le drone Skunk peut tirer des billes contenant une substance lacrymogène, des billes de peinture et de plastique

La société Desert Wolf annonce avoir vendu son premier lot de drones contenant une substance lacrymogène.

L'entreprise sud-africaine, qui avait présenté ce nouveau produit industriel lors d'un salon à Londres, a vendu 25 unités à une compagnie d'exploitation minière. Cette arme anti-émeute a été conçue pour "maîtriser les manifestants" sans pour autant "mettre la vie du personnel de sécurité en danger".

La commercialisation de cette arme a toutefois suscité l'effroi de la Confédération syndicale internationale (CSI). "Cette invention est profondément choquante et répugnante, mais nous sommes convaincus qu'un gouvernement qui se veut raisonnable agira rapidement pour arrêter l'utilisation d'outils technologiques de combat sur des travailleurs ou des manifestants" a déclaré Tim Noonan, porte-parole de la CSI.

Baptisé Skunk, le drone est équipé de quatre canons capables de tirer chacun 20 billes à la seconde. Outre la substance lacrymogène, les canons contiennent également des billes de peinture et de plastique

Noel Sharkey, président du comité International pour le contrôle des armes, craint que le déploiement de ces drones conduise à l'interdiction des manifestations."L'utilisation de gaz lacrymogène contre les manifestants est une forme de torture qui ne devrait pas être permise", a-t-il ajouté.