Mugabe 'chasse' les fermiers blancs

Le président Robert Mugabe
Image caption Les commentaires du président Robert Mugabe ont causé de vives réactions parmi les fermiers blancs

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe a incité les derniers fermiers blancs du pays à céder leurs terres aux populations noires.

"Nous sommes contre l'appropriation de nos terres par des Blancs, qu'il s'en aillent", a lancé le président zimbabwéen à ses partisans lors d'un rassemblement. Il est déplorable, a estimé le syndicat des fermiers blancs, que les tensions raciales aient refait surface.

Par ailleurs, ses détracteurs estiment que la réforme agraire du président, qui consiste à saisir la majorité des terres appartenant aux fermiers blancs, a entraîné l'effondrement de l'économie du pays entre 2000 et 2009.

Robert Mugabe, âgé de 90 ans, est à la tête du Zimbabwe depuis l'indépendance de 1980. Stanley Kwenda, spécialiste du Zimbabwe à la BBC, s'est dit surpris des commentaires du président, étant donné que la réforme agraire mise en place par le gouvernement a officiellement pris fin il y deux ans.

"Ne soyez pas trop gentils envers les fermiers blancs. C'est notre terre, pas la leur," a ajouté le président Mugabe lors d'un rassemblement dans la province de Mashonaland Ouest, l'un des bastions traditionnels de l'Union nationale africaine du Zimbabwe (ZANU-FP).

Les commentaires de Robert Mugabe ont causé de vives inquiétudes parmi les fermiers blancs qui se disent prêt à aller de l'avant et à travailler avec le régime en place. Selon Hendricks Olivier, directeur du syndicat national des cultivateurs, il ne resterait que 100 à 150 fermiers blancs au Zimbabwe.

Lire plus