Gabon: un groupe français mis en cause

La société civile du Gabon a décidé de traduire l'entreprise française Gemalto en justice Copyright de l’image bbc
Image caption L'entreprise française Gemalto fait l'objet d'une plainte venant de la société civile du Gabon

La société civile gabonaise accuse le groupe français Gemalto chargé de l'identification biométrique des électeurs d'avoir détourné une partie des 50 milliards de francs CFA destinés à la biométrie, en vue des prochaines élections.

L’entreprise a été sélectionnée par le gouvernement gabonais pour élaborer un fichier électoral biométrique, afin d’améliorer la transparence lors des prochains scrutins.

Elle est chargée d’enrôler 580.000 électeurs.

Mais à la surprise des Gabonais, la phase-pilote de l’élaboration du fichier électoral n’avait pas été effective en novembre dernier, la date butoir prévue pour cela.

Les plaignants, qui ont saisi la justice de leur pays, estiment avoir réuni les preuves nécessaires pour faire condamner Gemalto.

"Rien ne peut justifier autant d’argent pour 580.000 électeurs. (…) Nous irons à Paris, où se trouve le siège de cette entreprise, pour déposer une autre plainte" contre elle, a déclaré à la BBC un responsable de la société civile gabonaise.

Le groupe français ne s’est pas prononcé sur cette affaire depuis son éclatement.