Algérie: enlèvement d’un Français

L'endroit où s'est produit l'enlèvement se trouve à proximité d'une grande forêt qui avait servi de cache et de lieu de repli aux combattants de la guerre d'indépendance entre 1954 et 1962.
Légende image,

L'endroit où s'est produit l'enlèvement se trouve à proximité d'une grande forêt qui avait servi de cache et de lieu de repli aux combattants de la guerre d'indépendance entre 1954 et 1962.

Un groupe armé affilié à l'organisation de l’Etat islamique a revendiqué lundi soir l'enlèvement du ressortissant français Hervé-Pierre Gourdel.

L’enlèvement s’est produit dimanche près d'Ath Ouavane, dans le massif montagneux du Djurdjura, en Kabylie, à environ 160 km à l'est d'Alger.

Les ravisseurs ont menacé d'exécuter l'otage si la France n'arrête pas ses frappes en Irak.

Hervé-Pierre Gourdel était arrivé le 20 septembre en Algérie.

Il logeait dans un chalet près du complexe touristique de Tikjda, à une quinzaine de kilomètres du lieu de son enlèvement.

Il se trouvait avec ses hôtes algériens lorsque leur véhicule a été intercepté par un commando armé opérant sous la bannière de l’Etat islamique.

Ses accompagnateurs algériens ont été libérés.

En avril dernier, 11 militaires avaient été tués et 5 autres blessés, dans une embuscade perpétrée par un groupe d'AQMI dans le même secteur.

L'endroit où s'est produit l'enlèvement se trouve à proximité d'une grande forêt qui avait servi de cache et de lieu de repli aux combattants de la guerre d'indépendance entre 1954 et 1962.

Cet enlèvement, signé Jund el-khalifa (les soldats du califat), montre que des éléments d'AQMI ont rejoint l'organisation de l’Etat islamique.

Depuis quatre jours, le dispositif de sécurité a été renforcé à Alger.

Des patrouilles pédestres de la police sillonnent les artères de la ville.