Le diamant africain affecté par Ebola

Copyright de l’image AFP
Image caption Cette photo prise le 10 Octobre 2013 montre 750 pierres de plus de 100 carats

Le Conseil mondial du diamant a proposé jeudi à Anvers, en Belgique, son soutien à l’Association des pays africains producteurs de diamants (ADPA) pour faire face à la crise liée à l’épidémie du virus Ebola.

La propagation du virus mortel commence à avoir un impact négatif sur l’industrie du diamant.

Les pays les plus affectés, la Sierra Leone, la Guinée et le Liberia, sont en effet producteurs de diamants de joaillerie de qualité.

En Sierra Leone, le diamant est vital pour l’économie. Il a représenté, avec 187 millions de dollars, près de la moitié de la valeur des exportations en 2013.

Le Conseil mondial du diamant rassemble les représentants de toute la filière de cette industrie.

Un spécialiste du développement a indiqué dans le quotidien britannique Guardian que les périodes de quarantaine mises en place par les autorités pour freiner la propagation du virus, en bloquant notamment les axes routiers, ont beaucoup perturbé les activités des creuseurs artisanaux.

De son côté, le bulletin spécialisé Rapaport, a indiqué que le développement de plusieurs mines en Sierra Leone devrait être reporté de plusieurs mois.

C’est dans ce contexte que le président du Conseil mondial du diamant, Edward Asscher, a offert une assistance technique, une expertise et les ressources de l’industrie pour que l’épidémie n’affecte pas davantage un des secteurs les plus prometteurs des économies d’Afrique de l’Ouest.