RDC : Reddition de rebelles hutus rwandais

Rebelles hutus du FDLR Copyright de l’image AFP
Image caption Rebelles hutus du FDLR

Plus de cent-cinquante rebelles hutus rwandais opérant dans l'Est du pays se sont rendus dimanche, moins d'une semaine de l'expiration de l'ultimatum fixé par les Nations Unies, le gouvernement congolais et les pays de la sous-région des Grands Lacs.

Cet ultimatum prévoit qu'après le 02 janvier, cette milice s'exposera à un désarmement forcé menée par les l'armée congolaise appuyée par les casques bleus.

Ces combattants qui se sont rendus appartiennent aux FDLR, une organisation soupçonnée d'avoir participé au génocide de 1994 au Rwanda. Depuis le génocide, ces rebelles s'étaient repliés dans l'Est de la RDC, où ils ont commis plusieurs exactions contre la population civile.

A ce jour, leurs effectifs tournent autour de 1500 à 2000 combattants. Plusieurs opérations militaires ont sérieusement affaibli cette rébellion. Les combattants qui se sont rendus dimanche devant des délégués du gouvernement congolais, de l'ONU et de la Conférence internationale pour la région des Grands Lacs proviennent du Nord et du Sud Kivu.

En mai dernier, un premier groupe composé 180 miliciens hutu rwandais accompagnés de leurs familles s'était déjà rendu. Depuis le processus était au point mort. Pour Conradie Marius, délégué de la SADC, une organisation internationale rassemblant plusieurs pays d'Afrique australe et dont la RDC est membre, cette nouvelle reddition des FDLR est un pas nécessaire mais insuffisant. Il appelle à une reddition complète de cette milice avant le 02 janvier 2015.

Poly Muzalia, Kinshasa pour BBC Afrique